Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

142 - QOC 99-483 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu du Front national, à M. le Préfet de police à propos du marché de la drogue dans le quartier de la Chapelle (18e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1999


Libellé de la question :
"Le quartier de La Chapelle (18e) est transformé en zone de non droit par des toxicomanes qui l'occupent par centaines, le soir et la nuit, et y procèdent à leurs trafics au su et au vu de tout le monde.
Ces trafics durent depuis 1994. La seule réponse faite aux familles du quartier a été "barricadez-vous", tandis que l'action publique se borne à renvoyer ces délinquants sur des "coordinateurs toxicomanie de quartier".
M. Jean-Pierre REVEAU demande à M. le Préfet de police quelles mesures véritablement efficaces il compte mettre en oeuvre pour que le quartier de La Chapelle cesse d'être un marché de la drogue à ciel ouvert."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Depuis plusieurs mois, les services de police concentrent leurs efforts sur le quartier Marx Dormoy-La Chapelle dans le 18e arrondissement, qui connaît des difficultés liées à la consommation et au trafic de drogue.
Les moyens déjà engagés et les mesures prises viennent d'être très récemment renforcés pour répondre aux légitimes aspirations des habitants de cette partie de l'arrondissement.
Au nombre de ces dispositions, je citerai tout d'abord l'implantation quotidienne sur le site de fonctionnaires de la direction de l'ordre public et de la circulation, auxquels s'ajoutent des éléments de renfort issus des compagnies républicaines de sécurité.
Par ailleurs, un groupe de soutien à l'îlotage prioritairement affecté aux secteurs sensibles de l'arrondissement, dont le quartier de La Chapelle, a été créé au sein du commissariat central.
Un deuxième véhicule de police-secours vient également d'être mis en place sur le 18e arrondissement.
Les opérations de sécurisation se multiplient sur le terrain.
Elles mobilisent, outre les éléments de renfort précités, des effectifs locaux de la direction de la police urbaine de proximité, des fonctionnaires de la brigade anti-criminalité de nuit de la capitale, mais aussi ceux du service de protection et de surveillance des réseaux ferrés parisiens.
Au cours de la semaine comprise entre les 11 et 18 octobre dernier, ces opérations ont conduit à l'interpellation de 167 individus, dont 38 pour infractions à la législation sur les stupéfiants.
Parallèlement, les services de la police judiciaire, et plus particulièrement la brigade des stupéfiants, effectuent un travail en profondeur visant au démantèlement des réseaux de trafiquants.
Ce travail a permis, depuis le 1er juillet 1999, la réalisation de 17 affaires importantes sur le 18e arrondissement qui se sont traduites par l'interpellation de 38 trafiquants. Dans le cadre de ces affaires, il a été procédé à la saisie de 2,288 kilogrammes de cocaïne, 2,776 kilogrammes d'héroïne, 37 doses de crack et près de 18 kilogrammes de résine de cannabis.
J'ajoute que tous les toxicomanes interpellés à l'occasion de ces interventions ont fait l'objet de procédures incidentes d'usage."