Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

67 - 1999, DAEE 13 - Subvention à l'association "Paris Europlace" (1er). - Montant : 300.000 F.1999, DAEE 14 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec l'association "Agence pour la promotion de la création industrielle" (A.P.C.I.) une convention.1999, DFAE 73 - Subvention à la Chambre de commerce et d'industrie de Paris pour l'école supérieure de cuisine française Ferrandi (site Grégoire Ferrandi) (6e). - Montant : 25.000 F

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1999


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DAEE 13 relatif à l'attribution d'une subvention à l'association "Paris Europlace".
La parole est à M. HUBIN.
M. Jean-Philippe HUBIN. - Je vais traiter, si vous le permettez les trois projets de délibération en même temps.
M. Jean-François LEGARET, adjoint président. - Je vais donner les intitulés.
Il s'agit des projets de délibération DAEE 13, déjà énoncé, DAEE 14 concernant le signature d'une convention avec l'A.C.P.I. et DFAE 73 relatif au versement d'une subvention pour l'école supérieure de cuisine française Ferrandi.
M. Jean-Philippe HUBIN. - Chaque mois, depuis un an, nous intervenons au nom du groupe "U.D.F. et Modérés" pour dénoncer l'absence de parcimonie dans la dépense de l'argent du contribuable de certains secteurs de l'administration municipale, interventions pondérées, mesurées, modérées pour ne pas faire d'ombre à l'intitulé même de notre groupe, mais interventions claires, demandant à chaque fois à l'administration et à la Municipalité de se souvenir que la gestion des fonds publics dont elle a la charge, implique une rigueur et une prudence spécifiques. Le gaspillage est à éviter, à fuir même ; la parcimonie est à observer avec scrupule : l'argent de la Ville n'est pas la propriété personnelle des élus ou des hauts fonctionnaires mais bien toujours, l'argent pris sur l'épargne, le superflu parfois, mais aussi le nécessaire du contribuable, y compris le contribuable le plus modeste.
Ces principes, avancés, une fois encore, avec conviction et vigueur, nous conduiront à critiquer de nombreux projets. Nous pourrions les évoquer individuellement. Pour gagner du temps, chers collègues, nous les évoquerons collectivement. J'en traiterai trois et M. OGÉ, quatre.
Pour ce me qui concerne, je reprendrai les projets de délibération DFAE 73, nous proposant une dépense 25.000 F sous forme de subvention à la Chambre de Commerce de Paris, le projet de délibération DAEE 13, proposant une subvention de 300.000 F à l'Association "Paris Europlace", et le projet de délibération DAEE 14, proposant une subvention de 200.000 F à l'association "A.P.C.I".
Dans les trois cas, il s'agit de subventions de nature économique. Nous nous y opposons car nous pensons que la Ville n'a pas à subventionner ces organismes plus riches qu'elle, ni des organismes à l'efficacité économique très discutable et incertaine. Non à des subventions à des personnes morales plus riches que la Ville ! En effet, la Chambre de Commerce de Paris prélève déjà des taxes fiscales sur les entreprises parisiennes. Il ne peut être question d'ajouter à ses ressources des subventions municipales dérisoires par rapport aux dépenses de la Chambre de Commerce (25.000 F), comme par rapport aux prélèvements effectuées par la Chambre sur la restauration parisienne.
Le deuxième projet de délibération vise à subventionner "Paris-Europlace". Le budget de cette association est de 22 millions de francs. Son bilan fait apparaître un chiffre de disponible en banque et de valeurs de placement de 4,3 millions de francs. Lui donner 300.000 F, c'est faire subventionner par le contribuable parisien, par définition modeste, les membres de l'association : à savoir, à l'exception de M. BLED, les plus grands noms de la finance française (M. Bernard ARNAUD à MM. SEILLERE et TRICHET, en passant par M. BOUTON, de CROISSET, DESMARET, François MICHELIN, Michel PEBEREAU et PEYRVELADE). Pourquoi dans le même ordre d'idée, ne pas subventionner, si elles existent encore, les 200 familles ?
Enfin, nous croyons sans efficacité certaine, la subvention de 200.000 F proposée pour A.P.C.I. avec pour justification l'information et la promotion du "design" industriel. Il y a là un gaspillage parfaitement inutile.
M. Jean-François LEGARET, adjoint président. - Je vous ai parfaitement écouté et M. GABORIAU va vous répondre.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Je vais essayer d'être bref mais je dirai tout de même un mot de chaque délibération.
Concernant la subvention de 25.000 F pour la cuisine française, il ne s'agit pas de donner la subvention à la Chambre de Commerce. Il s'agit de donner 25.000 F pour participer au trophée baptisé le "Fouet d'argent" pour cette école hôtelière.
Quant à la légitimité de la Ville de participer à la réalisation d'une étude sur la place financière, dans la compétition internationale, elle me paraît évidente. La Ville de Paris est membre fondateur de "Paris Europlace". Une mise en concurrence a été effectuée. "Paris Europlace" et la Région Ile-de-France devraient contribuer à la même hauteur financière. Dois-je rappeler que le secteur financier emploie plus de 50.000 personnes, soit 10 % des effectifs employés dans la Capitale. A ce titre, pour la promotion et le développement de l'emploi, il est tout à fait normal et justifié - même si les autres établissements fondateurs sont riches, comme l'a dit mon collègue, que la Ville de Paris montre son intérêt et son soutien au développement économique de la Capitale et au soutien du secteur financier.
Enfin, pour la subvention à l'A.P.C.I., je rappellerai que l'A.P.C.I. intervient comme partenaire de la Ville en matière d'information et de conseil aux chefs d'entreprise, qu'elle organise des réunions d'information dans les "espaces économie emploi", qu'elle travaille en collaboration avec les porteurs de projets de "Paris-Innovation", structure d'incubation d'entreprises de haute technologie créée par la Ville de Paris et qu'elle travaille en collaboration dans le cadre de la convention Ville-E.M.S.A.M. visant à promouvoir et favoriser le développement de projets innovants dans les P.M.E. et P.M.I. A ce titre, il est donc également naturel que la Ville aide cette association.
Voilà, Monsieur le Maire, les quelques éléments de réponse que je pouvais vous donner à ces trois projets de délibération, et je vous remercie de bien vouloir les faire voter.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Merci, Monsieur GABORIAU.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAEE 13 portant attribution d'une subvention à "Paris Europlace".
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, DAEE 13).
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAEE 14 relatif à la signature d'une convention avec l'A.P.C.I.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, DAEE 14).
Je mets enfin aux voix, à main levée, le projet de délibération DFAE 73 concernant l'attribution d'une subvention à la C.C.I.P. pour l'Ecole de cuisine Ferrandi.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, DFAE 73).