Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

102 - QOC 99-520 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris sur la dégradation de l'immeuble, 181, rue de la Roquette (11e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1999


Libellé de la question :
"Le bâtiment mitoyen de l'immeuble R.I.V.P. construit il y a 2 ans, 181, rue de la Roquette (11e) et depuis lors muré, présente un aspect extrêmement dégradé, préjudiciable à l'esthétique du quartier. Cette situation n'est pas acceptable et choque le sens commun.
Pourquoi cet immeuble reste-t-il en l'état et inhabité ?
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent à M. le Maire de Paris de les informer sur la situation précise de cet immeuble situé à l'angle du boulevard de Ménilmontant et que des dispositions soient prises pour mettre fin à ce problème par l'acquisition et la réhabilitation dudit bâtiment."
Réponse (M. Michel BULTÉ, adjoint) :
"L'immeuble 181, rue de la Roquette, à Paris 11e, est un bâtiment qui appartient en totalité à un propriétaire privé et qui est loué au gérant de la marbrerie funéraire installée au rez-de-chaussée. Le bail autorise la sous-location de la dizaine d'appartements existants.
Ce bâtiment aurait subi des désordres lors de la construction d'un immeuble attenant au 179, rue de la Roquette.
Une expertise sur la responsabilité de chacune des parties est en cours d'instruction, et c'est pour cette raison que les travaux de réhabilitation lourde prévus à cette adresse (enlèvement des batteries d'étais qui soutiennent les façades) ont été suspendus dans l'attente des résultats de cette enquête.
Cependant, je puis vous préciser que cet immeuble d'ores et déjà "chaîné" (afin d'en préserver la stabilité) a fait l'objet de travaux d'amélioration au niveau des logements qui le composent ;
Il est d'ailleurs à noter, que le Service technique de l'habitat de la Direction du Logement et de l'Habitat n'a pas reçu, ces deux dernières années, de plainte des occupants concernant notamment des problèmes d'hygiène.
Selon l'architecte de l'immeuble contacté par téléphone le 12 octobre 1999 M. BENICHOU, expert nommé par le Tribunal de Grande Instance, n'a pas encore déposé ses conclusions.
Toutefois, dans cette attente, les travaux d'entretien des parties communes se poursuivent et une première tranche de réfection de la toiture doit s'achever fin 1999. Une deuxième tranche de travaux est prévue au premier semestre 2000.
Les travaux de ravalement devraient être mis en ?uvre après analyse des conclusions de l'expert dont le dépôt est prévu fin 1999 début 2000.
A ce jour, aucune déclaration d'intention d'aliéner ou dossier de demande d'autorisation d'urbanisme, n'a été déposé dans les services de la Direction de l'Aménagement urbain et de la Construction."