Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

98 - IV - Questions du groupe du Mouvement des citoyens.QOC 99-492 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris relative au soutien des projets défendus par des associations sportives parisiennes

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1999


Libellé de la question :
"Le Ministre de la Jeunesse et des Sports a obtenu du Comité français d'organisation de la Coupe du monde de football le versement de 300 millions de francs au Fonds national de développement du sport destinés à promouvoir le sport amateur.
Ce fonds servira notamment à financer des initiatives prises par les collectivités publiques dans leur politique de soutien au sport.
C'est pourquoi M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent à M. le Maire de Paris s'il entend se saisir de cette opportunité pour solliciter le concours du F.N.D.S. afin de soutenir des projets défendus par des associations sportives parisiennes."
Réponse (M. Dominique CANE, adjoint) :
"Paris a été l'une des villes organisatrices de la Coupe du Monde de Football en 1998.
Elle a dans ce cadre fait un effort considérable pour la réussite de cette manifestation et il est manifeste que sans l'action et la mobilisation des villes organisatrices, la Coupe du Monde n'aurait pas eu le succès qu'elle a connu.
C'est pourquoi ces Villes se sont regroupées afin de demander à bénéficier d'une partie des excédents financiers de la Coupe du Monde.
Cette demande n'était d'ailleurs que le souci de faire appliquer une disposition de la convention signée par chaque ville organisatrice et le C.F.O., prévoyant que "ce dernier s'engage à intervenir auprès de l'Etat et de la Fédération française de Football pour que tout ou partie des éventuels bénéfices dégagés par l'organisation de la Coupe du Monde soient consacrés au financement d'équipements, notamment sportifs, dans les différentes villes organisatrices de cette manifestation et plus particulièrement dans les quartiers en difficulté."
Cette démarche collective, et non partisane, des villes organisatrices a connu de nombreuses difficultés pour être admise et prise en considération par l'Etat et notamment par le Ministère de la Jeunesse et des Sports.
A la suite de différentes interventions auprès du Premier Ministre, du Ministère de la Jeunesse et des Sports et de la Fédération française de Football, les villes organisatrices ont obtenu la possibilité de siéger au sein du Comité qui examinera les dossiers.
Je vous rappelle que la demande des villes organisatrices est que chacune puisse bénéficier d'une subvention permettant la réalisation d'un terrain de football et de ses annexes, soit un coût unitaire de l'ordre de10 millions de francs.
Cette demande est très modérée puisqu'elle représente, même si le chiffre des bénéfices n'est pas encore définitif, de l'ordre d'un tiers des bénéfices réalisés pour la Coupe du Monde de Football.
S'agissant de demandes d'aides qui émaneraient d'associations sportives vis à vis du Fond national de Développement du Sport (F.N.D.S.), il faut observer qu'à l'heure actuelle la Ville de Paris n'est ni consultée, ni même informée des demandes qui sont présentées et ne participe donc pas au processus de décision.
Bien évidemment, si un schéma particulier est retenu dans le cadre de la répartition des bénéfices de la Coupe du Monde de Football pour associer là aussi les villes organisatrices à l'examen des demandes, la Ville ne manquera pas d'apporter son soutien à tous les dossiers des associations parisiennes qui lui paraîtraient fondés et qui contribueraient au développement du sport, notamment du football, à Paris."