Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

6 - 2001, DASCO 42 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de souscrire un avenant n° 3 à la convention de mandat de maîtrise d'ouvrage du 11 juillet 1997 conclue entre le Département de Paris et la S.E.M.E.A.-XV et confiant à cette société la 2e phase de restructuration de l'ensemble immobilier "Buffon", 16, boulevard Pasteur (15e)

Débat/ Conseil général/ Décembre 2001


M. LE PRÉSIDENT. - Nous abordons l'examen du projet de délibération référencé DASCO 42 G relatif à la convention de mandat de maîtrise d'ouvrage pour la restructuration de l'ensemble immobilier "Buffon".
La parole est à M. GOUJON.
M. Philippe GOUJON. - Monsieur le Président, cet avenant concerne le déroulement du chantier de la rénovation du lycée-collège Buffon dans le 15e. L'ancien proviseur avait demandé, lors de l'exécution des tranches précédentes des modifications de programme rendues nécessaires par l'évolution rapide des données pédagogiques, au regard de la mise au point relativement ancienne du programme initial qui est engagé depuis de nombreuses années.
Des appels d'offres infructueux avaient également conduit le mandataire en accord avec la DASCO et le Proviseur à substituer certains éléments du programme à d'autres pour permettre de réaliser les travaux au mieux tout en essayant de rester dans les enveloppes budgétaires attribuées. Tout ceci a eu pour résultat une modification dans les délais de ce programme.
Les travaux doivent être engagés en mai 2002 pour être achevés en septembre 2003, dit l'avenant. J'espère que ce sera plutôt avril 2003, mais ma première question est de savoir si on peut accélérer davantage les travaux qu'attendent tous les membres de la communauté scolaire.
Deuxièmement, je voudrais appeler votre attention sur la nécessité qui a déjà été mise à l'étude d'engager une troisième et dernière phase de ces travaux, puisque les deux premières phases de travaux en raison de l'importance des constructions neuves et des réhabilitations entreprises n'ont pas prévu d'intervention sur les toitures d'une surface très importante, ni sur la plupart des galeries de liaison du bâtiment qui sont aujourd'hui particulièrement dégradées. Quand je dis "particulièrement dégradées" tous ceux qui connaissent le lycée Buffon savent que c'est un euphémisme.
Le ravalement n'a pas non plus été inscrit au titre du programme. Il apparaît évident en fin de programme - ce qui n'était pas le cas au début - que ceci est nécessaire.
Afin d'éviter que les travaux neufs qui ont été très bien réalisés ne subissent comme cela commence à être le cas d'ailleurs des dommages du fait des problèmes d'étanchéité dus aux problèmes des toitures et des galeries, mais également afin que l'établissement puisse bénéficier d'une rénovation complète et définitive, nous souhaitons que vous vous saisissiez de ce dossier et vous vous prononciez sur l'engagement prochain d'une troisième phase dont le coût avait été estimé récemment à environ 50 millions de francs et dont le principe avait été accepté par la précédente Municipalité lors d'une visite sur place de l'adjoint au Maire compétent et du Directeur des Affaires scolaires.
Voilà les deux questions que je pose, Monsieur le Président.
M. LE PRÉSIDENT. - Merci.
La parole est à M. DARGENT.
M. Claude DARGENT. - Monsieur le Président, chers collègues, je voudrais effectivement me féliciter de cet avenant concernant le lycée et le collège Buffon.
Mais je voudrais également poser le problème de l'engagement rapide de la phase dite 3. Les travaux durent en fait depuis de nombreuses années dans cet établissement et nous pensons qu'il convient d'en finir.
Le collège a été remarquablement réhabilité, il convient de le dire, c'est désormais un établissement tout à fait agréable et il y a un paradoxe : quand les élèves passent du collège au lycée, ils tombent dans un établissement qui cette fois est extrêmement dégradé du point de vue de son aspect intérieur en particulier. Je sais qu'il y a énormément de travaux à faire dans les établissements scolaires dans Paris à cause du retard considérable laissé par l'ancienne Municipalité dans ce domaine comme dans d'autres, et donc la tâche à accomplir est tout à fait importante pour les finances départementales et municipales.
Je sais d'autre part que certains établissements délaissés accueillent en particulier des populations défavorisées, et que les travaux dans ces établissements sont tout à fait urgents. Il convient de façon rapide de les remettre aux normes. Ce n'est pas le cas du lycée Buffon qui est un établissement de très grande qualité avec des classes préparatoires, etc., mais il ne faudrait pas que paradoxalement il souffre de son statut d'établissement d'excellence et donc j'appelle l'attention de l'Exécutif sur la nécessité d'engager rapidement cette phase 3 afin qu'il soit digne de ce que doit être un établissement scolaire de cette Capitale.
Merci.
M. LE PRÉSIDENT. - Merci, Monsieur DARGENT.
La parole est à M. FERRAND.
M. Eric FERRAND, au nom de la 7e Commission. - Merci, Monsieur le Président.
Le projet de délibération qui nous est soumis concerne effectivement la dernière étape du schéma directeur qui a été arrêtée en 1993 pour la rénovation du lycée et donc évidemment ce schéma directeur est notoirement insuffisant comme les deux orateurs viennent de le souligner.
L'issue de cette dernière étape est prévue au plus tard en septembre 2003. Nous essaierons, comme vous le savez, de réduire au maximum les délais pour que cette rénovation en tout cas cette dernière étape du schéma directeur soit terminée avant les vacances d'été de 2003.
Nous parachèverons bien sur les travaux sur le lycée. A cet effet, j'ai demandé à ce qu'une étude soit lancée. M. GOUJON nous a précisé qu'effectivement le restant des travaux à effectuer, représente un montant de 50 millions de francs. Ce n'est pas rien. Cela demande donc un examen tout à fait particulier.
Une étude sera menée et nous serons dans la possibilité de vous donner des indications d'ici quelques mois.
M. LE PRÉSIDENT. - Merci beaucoup.
Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 42 G.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, DASCO 42 G).