Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

125 - QOC 2002-5 Question de M. Claude GOASGUEN et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants", à M. le Maire de Paris à propos des Etats généraux des rythmes scolaires

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2002


Libellé de la question :
"En novembre dernier, les "Etats généraux des rythmes scolaires" ont été organisés.
Sans aucune concertation préalable avec les partenaires concernés (enseignants, parents d'élèves, responsables du secteur périscolaire, autorités ecclésiastiques) M. le Maire de Paris a annoncé dans la presse un nouvel aménagement des rythmes scolaires autour d'une semaine de 5 jours, avec mercredi matin travaillé, samedi libre et journées se terminant plus tôt.
M. le Maire de Paris peut-il indiquer à M. Claude GOASGUEN et aux membres du groupe "Démocratie libérale et Indépendants" de quelle façon et à quel moment seront pris en compte les avis des partenaires concernés.
Comment sera organisé le périscolaire et avec quels intervenants ?"
Réponse (M. Eric FERRAND, adjoint) :
"Les Etats généraux des rythmes scolaires ont été organisés à la suite d'une très large consultation de l'ensemble des partenaires concernés : les enseignants, les parents d'élèves, les autorités ecclésiastiques, les responsables et les intervenants du secteur périscolaire. Les groupes politiques au sein du Conseil de Paris ont également été conviés aux Etats généraux et ont eu la possibilité de diffuser leur position sur le sujet.
Ces consultations ont été conduites conjointement par le Rectorat et la Mairie grâce à la mise en place d'une mission des rythmes scolaires commune.
Le Recteur a annoncé le 19 décembre 2001 ses propositions pour un nouvel aménagement de la journée et de la semaine scolaire.
A la suite de cette annonce, une consultation de l'ensemble des membres de la communauté éducative (enseignants et parents, agents communaux, animateurs du périscolaire, directeurs de centres sportifs, personnels des services sanitaires et sociaux, délégués départementaux de l'Education nationale, etc.) est actuellement organisée dans toutes les écoles. Cette consultation s'appuie sur un questionnaire élaboré conjointement par le Rectorat et la Mairie.
Quelle que soit la décision que prendra le Recteur après consultation du Conseil départemental de l'Education nationale, je tiendrai l'engagement pris lors des Etats généraux des rythmes scolaires, de maintenir et d'améliorer encore l'accueil périscolaire et l'offre éducative. L'organisation d'activités éducatives de qualité le samedi matin, si telle est la décision arrêtée par le Recteur, permettra même d'augmenter cet accueil dans la mesure où rien n'est actuellement proposé aux familles lorsque les classes vaquent, au minimum, un samedi sur trois.
Pour assurer la qualité des actions périscolaires, des mesures ont déjà été prises pour améliorer la stabilité et le professionalisme des personnels d'animation : 600 postes de contractuels ont été créés en 2001, dont 150 à temps plein. D'autres mesures portant sur le statut et la formation des personnels d'animation suivront afin de mettre en place l'aménagement des rythmes scolaires dans les meilleures conditions.
Bien entendu, le Conseil de Paris sera associé le moment venu."