Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

88 - QOC 2002-44 Question de Mme Catherine GÉGOUT et des membres du groupe communiste, à M. le Maire de Paris relative à l'entretien de l'école élémentaire Sorbier (20e)

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2002


Libellé de la question :
"L'école élémentaire de la rue Sorbier (20e) dispose de 3 agents de service pour assurer le nettoyage. Sont compris dans cette affectation quelques heures attribuées pour les assistantes sociales du 20e qui ont leurs bureaux dans l'école, ainsi que pour des cours de beaux-arts dispensés le soir à des adultes.
L'école a 12 classes, mais en réalité 18 salles sont occupées, avec notamment des salles de dessin, d'informatique, de documentation, de centre de loisirs utilisées à l'interclasse, de rééducation et divers bureaux, sans compter les ateliers bleus, les ateliers lecture, le centre sportif tous les soirs, le soutien scolaire. Le centre sportif et le centre de loisirs accueillent également des enfants d'autres écoles.
Cette affectation de 3 agents, attribuée en fonction du nombre de classes, ne correspond pas à la réalité de l'école. En effet, outre ce grand nombre de salles, il s'agit d'une école dont de nombreuses parties sont vétustes. Les espaces sont très grands, notamment le préau et la cour. Les sols sont partout en mauvais état, ce qui rend l'entretien difficile. La réfection de la cour est à l'étude, mais en attendant, son nettoyage est particulièrement lourd.
De plus, les toilettes sont totalement à refaire. Cette taille d'établissement et sa vétusté ne sont pas prises en compte dans le nombre d'heures de ménage affectées. Aussi, l'entretien de l'école est insuffisant et la moindre absence ponctuelle de l'un des agents empêche d'assurer le minimum indispensable.
Parallèlement, la quantité de produits d'entretien dont dispose l'école est, de toute évidence, insuffisante.
La Directrice, les enseignants et les parents d'élèves ont attiré l'attention, à de nombreuses reprises depuis 1998, sur cette situation.
Mme Catherine GÉGOUT et les membres du groupe communiste demandent à M. le Maire de Paris :
1°) s'il compte affecter un agent supplémentaire à cette école pour tenir compte de sa taille et de sa vétusté, et augmenter la quantité de produits d'entretien ;
2°) s'il peut faire accélérer la réfection de la cour et celle des sols et programmer en urgence la réfection des toilettes."
Réponse (M. Eric FERRAND, adjoint) :
"Outre l'affectation de 3 agents prévue par la prise en compte stricte de l'ancien barème, l'école Sorbier bénéficiait d'un renfort de 8 heures, décidé par la circonscription des affaires scolaires du 20e arrondissement.
En effet, le barème fixant jusqu'à présent le nombre d'heures d'agents de service chargés du nettoyage des écoles élémentaires avait pour principale composante le nombre de classes pédagogiques. Des éléments tels que le nombre de salles réellement utilisées, la configuration et la superficie des locaux n'étaient donc pas pris en compte dans ce barème.
Toutefois, afin d'assurer dans tous les cas un état de propreté satisfaisant, des renforts d'effectifs étaient, si nécessaire, affectés par les circonscriptions des affaires scolaires.
Il vient d'être décidé, dans le cadre des mesures d'amélioration du service public accompagnant la réduction du temps de travail, d'appliquer un nouveau mode de fixation des effectifs.
La mise en place de ce nouveau mode de fixation des effectifs sera nécessairement échelonnée. En effet, elle nécessitera dans certains cas des visites sur place et une concertation avec les directeurs d'école et les personnels de service, sachant qu'un niveau de propreté parfois insuffisant peut résulter de problème d'organisation du travail et non d'une insuffisance des effectifs.
C'est dans le cadre de cette amélioration du service que le cas de l'école de la rue Sorbier sera à nouveau examiné afin de déterminer si le complément d'heures de ménage déjà octroyé doit encore être renforcé.
En ce qui concerne les travaux à effectuer dans l'établissement, la réfection du sol de la cour programmée pour 2001 n'a pu être réalisée en raison d'un appel d'offres infructueux. Une nouvelle procédure est en cours afin que cette opération soit réalisée durant l'été prochain.
La réfection des menuiseries extérieures et la remise en état des sanitaires sont également prévues en 2002.
L'état actuel des sols intérieurs n'impose pas d'interventions à court terme."