Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

135 - QOC 2002-16 Question de Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants", à M. le Maire de Paris relative à la lutte contre les nuisances occasionnées par les pigeons

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2002


Libellé de la question :
"La Municipalité parisienne ayant annoncé le lancement d'une nouvelle politique de sensibilisation et de répression pour lutter contre la pollution canine, Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE et les membres du groupe "Démocratie libérale et Indépendants" souhaiteraient que M. le Maire de Paris leur indique les dispositions qu'il entend parallèlement prendre pour lutter efficacement contre les pollutions (fientes) et nuisances (regroupements massifs) occasionnées par les pigeons sur les places, les statues, les espaces verts, voire les fenêtres de certains immeubles, ou aux abords des bâtiments à l'abandon."
Réponse (M. Yves CONTASSOT, adjoint) :
"La prolifération de ces volatiles fait l'objet d'une particulière vigilance de la part de la Municipalité.
En premier lieu, leur nourrissage - pratique donnant lieu à des rassemblements préjudiciables - constitue une infraction au Règlement sanitaire départemental et est à ce titre sanctionné.
Les syndics et propriétaires parisiens sont par ailleurs informés des différents dispositifs empêchant le nichage des oiseaux.
Dans cet esprit, la Municipalité a équipé son patrimoine immobilier de dispositifs anti-pigeons et expérimente depuis quelques mois un procédé visant à empêcher les oiseaux de trouver refuge boulevard de Grenelle sous le métro aérien, entre les stations La Motte-Picquet et Dupleix. Cette installation dont l'efficacité semble réelle a fait l'objet d'une convention spécifique entre la Ville de Paris et la R.A.T.P. dans le cadre de la réalisation d'un programme de travaux sur les infrastructures aériennes du métro surplombant les marchés. Il est prévu d'étendre ce procédé aux ponts situés sous les voies ferrées et des contacts ont été pris en ce sens avec la direction de la S.N.C.F.
Enfin, les services municipaux ont cherché à appliquer la méthode d'effarouchement électroacoustique. Cette méthode, développée par une entreprise de Toulouse, a été mise en place sur quelques monuments de Paris, tels que la Porte Saint-Denis et le Palais-Royal et fera l'objet d'une évaluation."