Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

87 - QOC 2002-43 Question de Mme Catherine GÉGOUT, M. Pierre MANSAT et des membres du groupe communiste, à M. le Préfet de police concernant les nuisances subies par les riverains de la Porte de Montreuil

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2002


Libellé de la question :
"Les nuisances subies par les riverains de la porte de Montreuil persistent et s'aggravent, au point que ceux des habitants qui le peuvent cherchent à partir vers d'autres quartiers.
Mme Catherine GÉGOUT, M. Pierre MANSAT et les membres du groupe communiste ont attiré, à de nombreuses reprises, l'attention de M. le Préfet de police sur cette situation insupportable.
Les trafics illicites, qui se sont développés, notamment sur l'avenue de la Porte-de-Montreuil, concernent pour l'essentiel des téléphones portables. Ils entraînent une affluence telle qu'il n'est pas possible, à certains moments, de circuler sur le trottoir et que les clients ne peuvent accéder aux commerces qui bordent cette avenue. Les commerçants ne peuvent ainsi plus exercer et sont, de plus, soumis à un stress important. Les riverains ne pouvant pas accéder à leur entrée d'immeuble, n'osent pas sortir de chez eux, craignant pour leur sécurité et celle de leurs enfants.
Ces nuisances ne sont pas le fait des personnes en difficulté qui essayent de vendre quelques objets pour se faire un peu d'argent. Le problème vient des trafics illicites, notamment d'objets volés et ce, à grande échelle.
Les riverains de l'avenue de la Porte-de-Montreuil sont les plus touchés, mais tout le quartier environnant en subit aussi les conséquences.
Les véhicules ventouses proposés à la vente se multiplient et les opérations ponctuelles menées à leur encontre ne suffisent pas. Certaines de ces ventes sont le fait de trafiquants, d'autres de particuliers. En tout état de cause, l'encombrement qu'entraîne ces véhicules constitue une nuisance importante et les riverains ne peuvent plus garer leur propre voiture, dans un quartier où les parkings sont rares.
Mme Catherine GÉGOUT, M. Pierre MANSAT et les membres du groupe communiste demandent à M. le Préfet de police les mesures exceptionnelles qu'il compte prendre pour éradiquer de façon durable les trafics qui se déroulent au vu et au su de tous, bafouant la loi de façon évidente et massive."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Les nuisances subies par les riverains de la porte de Montreuil sont dues notamment à une recrudescence des voitures qui se garent de façon anarchique, constatée depuis la restructuration, durant l'été 2001, de la rue du professeur André-Lumière à Montreuil (Seine-Saint-Denis), qui a eu pour effet d'empêcher tout stationnement.
Par ailleurs, les ventes à la sauvette, conséquence indirecte du "marché aux puces" local ont perduré.
Afin de résorber les problèmes inhérents au marché aux puces, à l'afflux de véhicules, à leur stationnement désordonné ou prolongé, et aux ventes à la sauvette, des opérations spécifiques de sécurisation sont mises en place chaque week-end, regroupant les effectifs locaux, ceux de la Direction de l'Ordre public et de la Circulation, ainsi que des Compagnies républicaines de sécurité.
Ainsi, durant le mois de décembre 2001, 840 procès-verbaux réprimant le stationnement illicite ont été dressés, soit une moyenne de plus de 200 par week-end. Durant la même période, cinq véhicules en stationnement prolongé ont été conduits à la fourrière.
Au cours des 9 premiers jours du mois de janvier 2002, le nombre de procès-verbaux relatifs au stationnement s'élève à 185.
L'action engagée contre les trafics illicites, qui se sont développés sur ce site, s'avère particulièrement efficace, puisqu'au cours du mois de décembre 2001, 60 procédures de ventes à la sauvette ont été établies, dont 25 concernaient des téléphones portables.
Durant les 9 premiers jours du mois de janvier 2002, 7 affaires de vente à la sauvette ont été réalisées, dont 1 relative à des téléphones portables.
Je vous précise que lors d'une récente rencontre avec le représentant de l'association regroupant les riverains de la porte de Montreuil, ce dernier a exprimé aux effectifs du commissariat du 20e arrondissement sa satisfaction face à la répression efficace des véhicules vendus irrégulièrement dans ce quartier.
Je vous donne l'assurance que les services de police locaux, en tenue et en civil, ont reçu pour mission de maintenir sur ce site, une présence soutenue pour lutter contre de telles pratiques."