Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

100 - QOC 2002-36 Question de Mme Géraldine MARTIANO et des membres du groupe Union pour la Démocratie française, à M. le Maire de Paris à propos du manque de personnel affecté à la surveillance des entrées des écoles du 16e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2002


Libellé de la question :
"Mme Géraldine MARTIANO et les membres du groupe Union pour la Démocratie Française appellent l'attention de M. le Maire de Paris sur le manque notoire de personnels affectés à la surveillance des entrées et sorties d'école du 16e arrondissement.
Il est en effet surprenant de constater la distorsion entre le besoin, évalué à plus de 70 agents et l'affectation des 20 agents accordés par la Municipalité.
Mme Géraldine MARTIANO et les membres du groupe Union pour la Démocratie Française demandent à M. le Maire de Paris de leur faire parvenir l'état des demandes de personnels des autres arrondissements et les décisions prises concernant les affectations."
Réponse (M. Christophe CARESCHE, adjoint) :
"Actuellement 6 points-écoles sont tenus par des A.L.M.S. sur le 16e arrondissement.
Les points-écoles sont déterminés par la Préfecture de police dans chaque arrondissement et après consultation des maires d'arrondissement et des représentants scolaires concernés.
Compte tenu des difficultés de localisation de locaux permettant d'accueillir les A.L.M.S., il a été décidé que l'offre par les mairies d'arrondissement de lieux d'accueil adaptés constitueraient un critère d'affectation prioritaire.
La présence d'A.L.M.S. chargés d'assurer la surveillance de points-écoles est étroitement liée à la mise à disposition, par les mairies d'arrondissement, de locaux situés à proximité de leur lieu d'affectation.
Ceux-ci permettent à ces emplois-jeunes d'y revêtir leur tenue, d'y recevoir leurs consignes de service, et de rester sous contrôle permanent d'inspecteurs de sécurité encadrant.
Actuellement, le déploiement d'A.L.M.S. sur des points d'école reste subordonné à cette condition essentielle.
A ce jour, la mairie du 16e arrondissement n'a pas procédé à des propositions conformes aux besoins mais se verra affecter, dans les meilleurs délais, des A.L.M.S. supplémentaires, dès lors qu'elle pourra fournir des locaux d'accueil adaptés."