Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

89 - QOC 2002-45 Question de Mme Catherine GÉGOUT, M. Pierre MANSAT et des membres du groupe communiste, à M. le Maire de Paris à propos de la clôture du jardin d'enfants, 3, rue Victor-Dejeante (20e)

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2002


Libellé de la question :
"Les locataires de l'ensemble immobilier de l'O.P.A.C. de Paris, rue Victor-Dejeante ainsi que le personnel du jardin d'enfants situé 3, rue Victor-Dejeante (20e) demandent depuis longtemps que ce jardin soit sécurisé par une clôture.
En effet, notamment le soir et le week-end, les jeunes du quartier y viennent, certains avec leurs chiens, car il n'y a qu'une petite clôture basse. Il en résulte des problèmes d'hygiène pour les enfants (mégots, déjections canines, etc.) ainsi que des nuisances sonores pour les locataires, puisque le jardin est enclavé dans le groupe d'immeubles. Ce lieu n'est évidemment pas adapté à ce type d'usage.
Il était convenu que l'O.P.A.C. et la Ville de Paris prendraient en charge, chacun pour moitié, la clôture à réaliser. Seul, l'O.P.A.C. a fait sa part. Aussi, le jardin est-il pour partie clos, c'est-à-dire, ouvert !
Mme Catherine GÉGOUT, M. Pierre MANSAT et les membres du groupe communiste demandent à M. le Maire de Paris ce qu'il entend faire pour qu'il soit mis fin, dans les meilleurs délais, à cette situation inacceptable pour les enfants, les personnels et les riverains."
Réponse (Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe) :
"Des problèmes d'hygiène sont effectivement rencontrés dans le jardin du jardin d'enfants de la rue Victor-Dejeante, en raison de l'absence de clôture.
L'O.P.A.C. a missionné une entreprise pour la pose de grilles et portails au cours des vacances de la Toussaint 2001, et la Ville de Paris s'est engagée à faire réaliser la part des travaux de clôture lui incombant.
Pour ce faire, des devis ont été demandés à différentes entreprises, mais n'ont été obtenus qu'au mois de septembre 2001.
Il a ensuite été procédé à l'engagement financier du montant des travaux, de 160.960 F.
L'ordre de service a été adressé début octobre à la société retenue, la Métallerie Marie.
Toutefois, en raison de son plan de charge, il n'a pas été possible à cette dernière de débuter les travaux avant la fin de l'année.
Il a été convenu que l'entreprise débute les travaux le 4 février 2002 leur achèvement devant être effectif avant la fin du mois de février."