Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

154 - QOC 2002-704 Question de Mme Nicole CATALA à M. le Préfet de police relative à la délinquance à Paris

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2002


Libellé de la question :
"Mme Nicole CATALA souhaite connaître l'évolution du taux d'augmentation de la délinquance à Paris au cours des quatre premiers mois de l'année 2002 et par ailleurs le constat réalisé sur la situation depuis le mois de mai 2002."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"L'analyse des données statistiques de la délinquance enregistrée à Paris au cours des huit premiers mois de l'année confirme une évolution favorable puisque la délinquance générale connaît une baisse de 3,8 % par rapport à la période équivalente de l'année précédente, représentant 202.825 faits contre 210.759.
En ce qui concerne la délinquance de voie publique qui regroupe les infractions les plus sensibles en terme de sentiments d'insécurité (vols avec violences, cambriolages, vols de voiture...), ces résultats sont encore plus encourageants puisqu'ils enregistrent une baisse globale de 8,1 % par rapport à la même période de 2001. Sont ainsi en baisse :
- les cambriolages (- 9,5 %) ;
- les vols à la roulotte (- 14,8 %) ;
- les vols automobiles (- 12 %) ;
- les vols à main armée au préjudice de banques (- 16, 7 %) ;
- les vols avec violences (- 13,8 %) ;
- les destructions et dégradations (- 10,6 %).
De même, s'agissant de la délinquance générale constatée de juin à septembre, les faits enregistrés au cours de ces quatre mois connaissent une baisse globale de 5,94 % par rapport à la période équivalente de l'année précédente, représentant 95.122 faits contre 101.135.
En ce qui concerne la délinquance de voie publique, il est constaté une baisse de 12,8 %.
Plusieurs éléments ont permis de conduire à ces résultats.
En premier lieu, cette période a correspondu à l'achèvement de la mise en place de la police de quartier dans la Capitale.
Celle-ci s'est traduite par une augmentation significative des effectifs de police dans les commissariats d'arrondissements et notamment par le renforcement de fonctionnaires dans les Services de l'accueil, de la recherche et de l'investigation judiciaire (S.A.R.I.J.) et au sein des Brigades anti-criminalité (B.A.C.), ce qui a permis de faire sensiblement progresser les capacités d'investigation de la police parisienne.
En outre, depuis le mois de mai 2002 le Ministère de l'Intérieur, de la Sécurité intérieure et des Libertés locales a décidé de renforcer substantiellement la sécurité dans les réseaux ferrés d'Ile-de-France et notamment à Paris. Ainsi quatre unités de la réserve nationale sont affectées à cette mission en complément des services spécialisés de la Préfecture de police.
Aux opérations de sécurisation, se sont ajoutées les interventions d'une unité exclusivement consacrée à la lutte contre les vols à la tire qui a principalement opéré sur plusieurs pôles sensibles tels les grands magasins, le Palais Royal ou le secteur des Halles.
Cette mobilisation des effectifs a permis de réaliser 1.240 opérations de sécurisation (soit une progression de 7,27 % par rapport à l'été 2001 au cours duquel 1.156 opérations avaient été menées).
Enfin, l'analyse des données statistiques relatives aux faits élucidés, aux délits révélés, aux personnes mises en cause et aux gardes à vue confirme l'engagement de l'ensemble des services de police.
Dans ces quatre domaines, les indicateurs affichent en effet des hausses importantes qui se déclinent ainsi : + 14,54 % pour les faits élucidés, + 36,48 % pour les délits révélés par l'activité des services de police, + 15,25 % pour les personnes mises en cause et + 17,18 % pour les gardes à vue."