Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu relatif à la mémoire des victimes du régime khmer rouge au Cambodge.

Déliberation/ Conseil municipal/ Avril 2009 [2009 V. 88]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville

et transmise au représentant de l?Etat le 14 avril 2009.

Reçue par le représentant de l?Etat le 14 avril 2009.

 

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

Considérant que le 17 février 2009 vient de s?ouvrir le premier procès tenu devant les Chambres Extraordinaires au sein des Tribunaux Cambodgiens dit ?Tribunal Khmers rouges? (CETC), fruit de la coopération entre la justice cambodgienne et la justice internationale ;

Considérant que le régime mis en place par Pol Pot constitue l?une des plus graves tragédies humaines du siècle dernier, entraînant entre 1975 et 1979 la disparition de près du quart de la population du pays (1,7 million de victimes) ;

Considérant le soutien politique et financier substantiel que la France a apporté à la mission de justice et de vérité de ces Chambres Extraordinaires deux juges français, plusieurs avocats français sont aux côtés des parties civiles comme auprès de la défense, ainsi que différents collaborateurs français (juristes, interprètes...) - une dotation de 1 million de dollars a été versée par la France en 2008 ;

Considérant qu?en décembre dernier, nous fêtions également le 60e anniversaire de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, Convention complétée depuis par divers textes. Plus particulièrement, celui du 26 novembre 1968 confirme l?imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l?humanité qui couvre entre autre le crime de génocide ;

Considérant que le procès des anciens responsables khmers rouges s?est ainsi ouvert sur l?accusation de ?crimes contre l?humanité? et de ?crimes de guerre? mais les massacres perpétrés et dénommés généralement ?génocide khmer? sont reconnus par la majorité des historiens comme un génocide ;

Considérant que la Ville de Paris elle-même, qui a accueilli

S.M. Norodom SIHAMONI, Roi du Cambodge lors de sa visite officielle en 2006, partage ce combat, par une politique de coopération décentralisée, de solidarité, d?échange avec l?espace francophone dont fait partie le Cambodge, membre de l?O.I.F. depuis 1993.

Considérant qu?à la lumière de ces dates commémoratives il nous apparaît essentiel d?aider à l?entame d?un nouveau temps, celui du devoir mémoriel, et un nouveau pas, celui de valeurs universelles de justice et de vérité restaurées dans un Etat de droit.

Sur la proposition de M. Jérôme DUBUS et des élus du groupe U.M.P.P.A.

Emet le voeu :

Que la Mairie de Paris rende hommage aux victimes d?un drame qui, par son ampleur, appartient à la mémoire collective. Depuis, d?autres génocides ont malheureusement eu lieu. Ces tragiques perpétrations rendent toujours vivace et essentielle la nécessité de marquer symboliquement notre soutien à la justice internationale, dans la défense des Droits de l?homme et le respect de la dignité humaine.

Que cet hommage pourrait prendre la forme d?une plaque commémorative, qui pourrait être apposée dans un lieu comme celui du monument du Souvenir situé ? Place du Bataillon Français de l?O.N.U. en Corée? près du quai des Célestins, ou la ?passerelle du Cambodge?, qui permet de relier la cité du Chaperon Vert à Gentilly, à la cité Internationale Universitaire côté Paris.