Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

38 - 2002, DVLR 92 - Subventions à des associations menant des actions au titre de la politique de la ville sur le quartier Fontaine-au-Roi (11e). - Montant total : 77.488 euros

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2002


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - A présent, nous passons au projet de délibération DVLR 92 relatif à l'attribution de subventions à des associations menant des actions au titre de la politique de la ville sur le quartier Fontaine-au-Roi dans le 11e arrondissement.
Je donne la parole à M. DAGUENET.
M. Jacques DAGUENET. - Merci, Madame la Maire.
Je voudrais me féliciter de cette délibération qui vise à subventionner 26 associations agissant effectivement dans le quartier de la Fontaine-au-Roi. Quartier qui est l'un des plus denses de Paris et qui compte plus de 15 % de chômeurs.
Je me félicite pour plusieurs raisons : la première c'est le fait que sous l'impulsion de l'adjointe au Maire chargée de la politique de la ville, Mme DURLACH, mais aussi du chef de projet de l'équipe de développement local et des associations, un travail considérable a été effectivement effectué.
Il s'est créé véritablement une dynamique partenariale qui commence réellement à porter ses fruits et le changement de climat dans le quartier est perceptible, selon les acteurs de terrains et les élus.
La deuxième raison c'est le fait que les associations font un travail remarquable, n'épargnant pas, comme je disais, leurs efforts. Parmi elles, je voudrais citer "le Picoulet" qui porte sur des actions diverses de soutien, de renforcement de prévention ou encore d'insertion et d'animations festives, mais aussi une autre association, par exemple, "Belleville Insolite" qui, par son action de pédagogie urbaine, organise des parcours de visite dans ce quartier, permet de découvrir les richesses culturelles et historiques du bas de Belleville. Ils ont recruté et formé 10 emplois jeunes au métier d'accompagnateur de quartier.
Enfin, le "comité des métallos" qui a agi depuis longtemps, comme chacun le sait, pour que la maison du 94 que l'on nomme la maison des métallos, emblématique dans ce quartier, puisse être sauvée et rachetée par la Ville de Paris grâce à la mobilisation des riverains et des associations qu'il regroupe.
Aujourd'hui, le "comité des métallos" poursuit son action pour que les habitants soient partie prenante de l'élaboration du futur projet de cette maison dans l'esprit qui a toujours présidé, depuis le début, à la sauvegarde de ce lieu.
Je pourrais parler évidemment d'autres associations. Je tiens à souligner la qualité et le dévouement de toutes ces associations qui contribuent à l'amélioration de la vie dans ces quartiers.
Je voudrais simplement terminer en soulignant que ces associations ne vivent effectivement, comme chacun le sait, que grâce aux subventions de la Ville, de la Région et de l'Etat. Mais trop souvent leurs activités sont mises en péril et leur survie est parfois compromise par des retards dans les versements. Cette situation les conduit souvent à passer plus de temps, malheureusement, à négocier avec les banques qu'à effectuer du travail de terrain.
Il faut savoir que le gel des crédits d'Etat, après le changement de Gouvernement, a duré trop longtemps et a mis un certain nombre d'associations dans des situations extrêmement complexes.
Il semble que, pour 2002, les problèmes soient réglés. Par contre, je rappelle que de réelles incertitudes pèsent sur les financements d'Etat pour 2003, ce qui est très grave. Il ne faudrait pas que les associations aient à souffrir de réductions de crédits d'Etat dans aucun domaine de la politique de la ville ; et les résultats des efforts fournis par les acteurs locaux n'auraient plus le même impact à partir de là, car les habitants de ces quartiers pourraient effectivement en faire les frais. Merci, Madame la Maire.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Monsieur DAGUENET.
Mme DURLACH a la parole pour apporter une réponse.
Mme Martine DURLACH, adjointe, au nom de la 5e Commission. - Je remercie M. DAGUENET pour son intervention et son soutien. Je voudrais profiter de cette intervention pour dire à quel point les associations, qui travaillent en territoire politique de la Ville, sont essentielles et ont un rôle crucial. Très souvent, quand je vais sur le terrain dans un quartier et que je vois les tensions, je me dis que s'il n'y avait pas ces associations pour créer un lien social, je ne sais pas où nous en serions.
On ne décrit souvent dans les cités que l'aspect négatif, mais il y a toutes ces ressources humaines extraordinaires dans les associations, et l'intervention de la Ville.
Je veux me joindre à l'hommage que leur a fait M. DAGUENET et je sais que dans le quartier Fontaine-au-Roi, pour en avoir parlé avec les gens, avec le Maire, et la mairie du 11e, les effets de la politique de la ville commencent à se faire sentir réellement.
Ce travail se fait, bien sûr, en commun avec les chefs de projets et les équipes de développement local qui mettent en réseau les différentes actions et font tout cela dans le cadre d'un projet pour l'insertion, pour l'emploi, pour une vie meilleure dans le quartier.
Je dis tout cela parce qu'effectivement on peut être inquiet actuellement pour ces associations - on a parlé des emplois-jeunes - tant il est vrai qu'elles sont dépendantes des financements de la Ville, de l'Etat, de la Région et du FASILD et que les retards de paiement les mettent souvent en danger.
Donc, on étudie les possibilités de répondre à ces problèmes.
Nous avons avancé déjà les dates de dépôt des demandes de subventions, qui seront désormais examinées en décembre pour avancer le calendrier de paiement.
Par ailleurs, la convention qui vient d'être passée avec la Région concernant les subventions "politique de la ville" devrait également permettre plus de souplesse.
Je partage l'inquiétude de Jacques DAGUENET concernant l'incertitude pour les subventions d'Etat pour 2003. Comme je l'ai exprimé au Préfet de Paris, le budget du Ministère de la Ville qui serait orienté vers plus d'investissement et moins de fonctionnement ne doit pas conduire à un désengagement des financements d'Etat aux associations.
Par ailleurs, pour ce qui concerne la Ville, je sais que Marie-Pierre de LA GONTRIE, soucieuse de la survie et de la vie des associations, a donné pour consigne d'introduire de la souplesse dans l'examen des demandes de subventions de moins de 10.000 euros afin qu'elles puissent passer avant la fin de l'année. C'est une bonne chose et nous devons continuer à être attentifs à ces questions.
(Applaudissements sur les bancs des groupes communiste, socialiste et radical de gauche, "Les Verts" et du Mouvement des citoyens).
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Madame DURLACH.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVLR 92.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DVLR 92).