Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

29 - Vœu déposé par le groupe "Les Verts" relatif à l'opération "Paris respire"

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2002


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant au v?u référencé n° 3 dans le fascicule déposé par le groupe des "Verts".
Je donne la parole à M. NAJDOVSKI pour le présenter.
M. Christophe NAJDOVSKI. - Merci, Monsieur le Maire.
Ce v?u concerne l'opération "Paris respire" et nous souhaitons donc que cette opération puisse être étendue. Vous savez que l'opération "Paris respire" est la nouvelle dénomination de l'opération "Paris, Piétons, Vélo, Rollers" qui consiste en l'ouverture dominicale ainsi que les jours fériés, notamment, des voies sur berge, mais aussi d'autres voies parisiennes.
Cette opération connaît un très grand succès et montre aussi le besoin important d'espaces de promenades libérés du bruit, de la pollution et des dangers de la circulation automobile à Paris. Faut-il rappeler le succès de l'opération "Paris Plage" cet été pour montrer à quel point le besoin de réappropriation de l'espace, par les Parisiens au c?ur de la ville, était quelque chose de très important ?
Lors de la journée "En ville sans ma voiture", cette année, le dimanche 22 septembre, un certain nombre de secteurs de Paris connaissaient une fermeture à la circulation générale. C'était notamment le centre de Paris, la Butte-Montmartre mais aussi les deux bois parisiens.
A cette occasion, sachant que cette opération s'est très bien déroulée, qu'elle a connu un grand succès, notamment dans le centre de Paris mais aussi dans les bois, nous souhaitons que l'opération "Paris respire" puisse progressivement être étendue aux bois parisiens, mais aussi à la Butte-Montmartre et à l'ensemble des berges du canal Saint-Martin. Voilà donc quel est l'objet de ce v?u.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "Les Verts", socialiste et radical de gauche, du Mouvement des citoyens et communiste).
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci. Monsieur BAUPIN, vous avez la parole.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Je remercie M. Christophe NAJDOVSKI, Mme NENNER et M. GAREL pour le v?u qu'ils ont présenté, notamment qui se rapporte au souci qu'avait exprimé M. le Maire de voir cette opération étendue progressivement.
Evidemment, j'appellerai à voter favorablement pour ce v?u. Je pense qu'il est important de préciser que les trois sites que vous proposez ne sont pas exactement de même nature. Cela ne vous aura pas échappé. La concertation à mener préalablement n'est pas du même domaine.
En ce qui concerne, les bois de Vincennes et de Boulogne, une charte d'aménagement durable de ces bois a été élaborée. Un comité de suivi associant les communes riveraines s'est mis en place et c'est dans ce cadre que nous discuterons avec les maires voisins de la mise en ?uvre d'un tel dispositif.
Par ailleurs, cela n'aurait pas de sens si simultanément nous ne menions pas un travail avec la R.A.T.P. de façon à mettre en place une navette comme cela a été le cas lors de la journée "En ville sans ma voiture", de façon à desservir l'intérieur des bois par un bus, si possible un bus non polluant ; c'est ce que j'ai d'ailleurs indiqué à Mme IDRAC, que j'ai rencontrée récemment, avec laquelle nous avons évoqué le bilan de la navette pour la journée "En ville sans ma voiture", bilan assez insatisfaisant, il faut bien le dire, parce qu'une navette mise en place pour une seule journée, sans toute la publicité qui peut accompagner un transport régulier, n'a pas du tout le même impact qu'un transport que l'on mettrait en place de façon régulière.
En ce qui concerne la Butte Montmartre, on est dans une situation tout à fait différente.
Cette proposition me semble particulièrement intéressante, on l'a d'ailleurs évoquée déjà à plusieurs reprises et il me semble qu'elle devrait recueillir l'aval des riverains et peut-être du Conseil de quartier local afin que cette proposition soit réellement portée par la population locale et puisse se mettre en place.
Enfin, en ce qui concerne le canal Saint-Martin, là il s'agit tout simplement de l'extension d'une opération existante. Donc, l'attente est forte localement pour l'extension jusqu'à la rue du Faubourg-du-Temple, cela ne devrait pas poser de problèmes majeurs pour pouvoir mettre en place un tel dispositif.
Il n'en reste pas moins que la mise en place des journées "Paris respire" nécessite une coordination avec la Préfecture de police puisqu'elle suppose des moyens humains importants que seule la Préfecture de police est en capacité de mettre en place. Donc, nous nous rapprocherons des services de la Préfecture de police de façon à regarder dans quelles conditions l'extension du dispositif au printemps prochain pourra se mettre en place. En tout état de cause, je pense que le vote de ce v?u permettrait de faire avancer les choses.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je voudrais compléter la réponse de M. BAUPIN par deux observations.
La première, est relative aux termes indiqués à la fin de sa réponse : évidemment, cela ne peut pas se faire sans la participation de la Préfecture de police. Or, je ne suis pas certain - je suis plutôt certain du contraire ! - que la Préfecture de police soit d'un jour à l'autre en capacité de mettre en place ce dispositif.
Par conséquent, je voudrais que l'on conditionne très clairement l'adoption de ce v?u - s'il était adopté - à la nécessité d'une concertation et d'une coopération avec la Préfecture de police.
C'est le premier point.
Le deuxième point - et là, je m'exprimerai plutôt en tant que député de Montmartre - c'est que je ne comprendrais pas qu'au moment où la mairie du 18e arrondissement met en place un conseil de quartier à Montmartre, dont l'élu référent s'appelle Sylvain GAREL (signataire de ce v?u) que le Conseil de Paris adopte une disposition de cette nature sans avoir, au préalable, consulté le Conseil de quartier de Montmartre. En effet, si le Conseil de quartier de Montmartre n'était pas consulté sur cette question, sur quoi le serait-il ?
Par conséquent, je souhaiterais que ce v?u n'inclue pas, à ce stade, la Butte-Montmartre, je pense que ce serait une mauvaise manière de commencer la concertation au sein du conseil de quartier.
J'aimerais que ces deux réserves importantes figurent dans le v?u.
Monsieur GAREL, voulez-vous ajouter quelque chose ?
M. Sylvain GAREL. - D'abord, je m'étonne que le Président de séance reprenne la parole après un maire adjoint pour le contredire ! Ce genre de pratique n'est pas habituel dans cette Assemblée et je trouve qu'au sein de notre majorité il n'est pas normal que vous repreniez la parole pour dire le contraire de ce que vient de dire M. BAUPIN sur une partie d'un v?u !
Deuxièmement, en ce qui concerne Montmartre...
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Vous n'êtes pas Maire de Paris ?
M. Sylvain GAREL. - Non, je ne suis pas Maire de Paris, mais j'ai le droit de faire des réflexions sur l'attitude que vous avez.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - L'Exécutif fonctionne comme il fonctionne.
M. Sylvain GAREL. - Non. Ou alors, s'il faut fonctionner comme cela, ça va devenir très compliqué.
(Mouvement divers dans l'hémicycle).
Deuxièmement, en ce qui concerne Montmartre, bien évidemment, comme l'a dit M. BAUPIN - et je suis d'accord avec cela - le Conseil de quartier sera consulté sur cette question, mais pour l'instant il ne peut pas l 'être puisque le conseil de quartier n'est pas encore créé !
Donc, pour ma part, je souhaite que ce v?u soit voté - de toute façon, c'est un v?u, ce n'est pas une résolution, ce n'est pas un amendement - et je souhaite qu'il soit voté en l'état. D'ailleurs, c'est le Maire de Paris qui, dans ses interventions, a parlé de la Butte Montmartre, ce n'est pas nous qui l'avons inventé ! Il a dit, après "la journée sans voiture", qu'il souhaitait que "Paris respire" soit étendu à la Butte-Montmartre et aux Bois de Vincennes et de Boulogne. Donc, ce v?u s'appuie sur cette déclaration du Maire de Paris et je ne vois pas pourquoi on remettrait en cause ce qu'a dit le Maire de Paris !
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Sur le premier point, je m'exprime en tant qu'adjoint au Maire de Paris chargé des problèmes de sécurité et en particulier des relations avec la Préfecture de police. Par conséquent, la première réserve que je faisais était - dans tous les cas - clairement liée à cela.
Je persiste et je signe, je souhaite que l'Assemblée soit éclairée sur les difficultés que la Préfecture de police rencontrera pour mettre en ?uvre un dispositif de cette nature. Ce n'est pas rendre service à l'Assemblée que de ne pas lui fournir l'ensemble des informations, et cette information me semble importante.
Sur le deuxième point, là aussi, je persiste et je signe. Je souhaite, en ce qui concerne la Butte-Montmartre, en tant qu'élu du 18e arrondissement, que le conseil de quartier soit consulté au préalable et non pas après que le Conseil de Paris ait pris une décision.
Pour formuler peut-être les choses encore plus clairement, je m'abstiendrai sur ce v?u.
Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe "Les Verts".
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u est adoptée. (2002, V. 119).
(Applaudissements sur les bancs du groupe "Les Verts").
Monsieur NAJDOVSKI, vous voulez rajouter quelque chose ?
M. Christophe NAJDOVSKI. - J'avais tout simplement une proposition à faire pour intégrer la dimension "concertation" que vous évoquiez dans votre intervention, ce qui aurait permis d'avoir un v?u adopté plus largement.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Le voeu est adopté.
Quant aux réserves, je crois que tout le monde a pu s'exprimer. Les réserves et les observations de chacun sont consignées au procès-verbal et, donc, chacun pourra y faire référence.