Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

145 - QOC 2002-690 Question de Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris à propos des contradictions figurant dans la réponse à la question orale 2002-547, portant sur le "Tennis-Atlantique " (15e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2002


Libellé de la question :
"En réponse à la question n° 547 que Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE avait posée à M. le Maire de Paris dans le cadre de la séance du Conseil de Paris du 24 septembre 2002 et qui se rapportait à la couverture de 2 des 5 courts de tennis situés en lisière du jardin Atlantique, M. le Maire de Paris avait indiqué "que la Ville de Paris attendait que le gestionnaire actuel de ces équipements formulât des propositions techniques et financières portant sur les équipements à réaliser".
Or par courrier en date du 18 juin 2002 adressé à M. CHOTTARD, Secrétaire général adjoint de la Mairie de Paris, le concessionnaire a précisé le principe de couverture qu'il convenait de mettre en place et renouvelé sa proposition de contribuer au financement de ces équipements afin de répondre aux attentes des usagers.
Il a par ailleurs exprimé le souhait que la Ville, propriétaire des terrains, désigne un interlocuteur compétent pour suivre ce dossier afin que le projet de couverture aboutisse dans les meilleurs délais.
Or, à ce jour, le concessionnaire n'a reçu aucune réponse à ses propositions et à sa demande.
Nous nous trouvons donc dans une situation absurde qui en dépit des bonnes volontés bloque le bon développement de ce dossier et pénalise les usagers, en particulier les associations qui ne peuvent jouer par temps de pluie et les enfants qui sont de ce fait trop souvent privés de leçons.
Soucieuse que ce dossier évolue dans l'intérêt des usagers, Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE et les membres du groupe U.M.P. demandent à M. le Maire de Paris pour quelle raison les services n'ont toujours pas apporté de réponse au concessionnaire. Ils émettent par ailleurs le v?u que la Municipalité engage un dialogue fructueux afin que ces équipements sportifs fonctionnent d'une façon optimale dans les meilleurs délais."
Réponse (M. Pascal CHERKI, adjoint) :
"En réponse à la question 547 posée dans le cadre de la séance du Conseil de Paris du 24 septembre 2002, il a été indiqué à Mme de CLERMONT-TONNERRE que la Ville de Paris restait dans l'attente des propositions écrites techniques et financières du gestionnaire des Tennis Atlantique.
Contrairement à ce qui été indiqué à Mme la Conseillère de Paris, aucun courrier confirmant ses propositions orales formulées lors de la réunion tenue au Secrétariat général n'a été reçu ni au Secrétariat général ni dans un autre service.
La Ville de Paris est tout comme Mme la Conseillère de Paris très soucieuse de faire aboutir ce dossier. Mais, il convient que le gestionnaire de l'équipement s'acquitte de son côté de l'ensemble de ses obligations de délégataire de service public, et respecte les engagements qu'il a pu prendre."