Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

76 - QOC 2002-726 Question de M. José ESPINOSA à M. le Maire de Paris au sujet du théâtre "Essaïon de Paris" (4e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2002


Libellé de la question :
"Unique expérience de ce type dans la Capitale qui développe et participe à la promotion de nouveaux auteurs, de nouveaux talents ainsi que de nouvelles démarches théâtrales, "Essaïon de Paris" doit trouver les aides nécessaires à sa survie.
Il en va de l'avenir d'un lieu qui permet l'éclosion de jeunes et petites compagnies qui valorisent notre patrimoine linguistique et culturel.
"Essaïon de Paris" a besoin de 50.000 euros pour payer les salaires des personnels.
En conséquence, M. José ESPINOSA demande à M. le Maire de Paris :
- quelle est la politique de la Ville en matière d'aide à ce type de structures ?
- ce que la Ville compte faire pour maintenir et peut être élargir les activités de ce théâtre ;
- si la Ville envisage de pérenniser une convention avec cette association."
Réponse (M. Christophe GIRARD, adjoint) :
"Le théâtre Essaïon, qui se compose de 2 salles de 100 et 70 places, est géré par deux structures :
- une association qui reçoit l'aide de la Ville de Paris et de l'Etat ;
- une S.A.R.L. qui reçoit l'aide de l'Association pour le soutien au théâtre privé.
Le fonctionnement du théâtre Essaïon est très différent de celui de la plupart des théâtres privés. En effet, le nombre de représentations est déterminé a priori, quel que soit le succès rencontré par les pièces présentées. Ce mode de fonctionnement s'apparente plus à celui du théâtre public.
Depuis deux ans, le théâtre Essaïon ne reçoit d'aide de l'A.S.T.P. que pour un spectacle chaque année au lieu de trois spectacles précédemment. Lors des derniers conseils d'administration, l'A.S.T.P. a rappelé qu'à compter de l'année 2003, ce théâtre serait classé dans la catégorie des membres associés, ce qui aura pour effet de rendre sa situation encore plus précaire et dépendante des aides publiques.
Les deux structures sont dans une situation financière fragile. Ainsi, en 2001, les résultats de l'exercice sont négatifs, comme le fonds de roulement. Seule la trésorerie reste positive.
En dépit des importantes aides publiques qu'il reçoit, les compagnies qui présentent des spectacles au théâtre Essaïon sont accueillies dans des conditions financières difficiles pour elles : pour chaque représentation, elles versent 152 euros au théâtre. Les 152 premiers euros des recettes sont versés à la compagnie. Au-delà de 152 euros de recettes, un partage est effectué, à raison de 40 % pour le théâtre et de 60 % pour la compagnie.
Compte tenu de ce qui précède, il est apparu souhaitable d'augmenter l'aide de la Ville à ce lieu : la subvention au titre de l'année 2002 sera, sous réserve du vote du Conseil de Paris, de 50.000 euros, soit une augmentation de 10 %, afin que les conditions consenties aux compagnies soient moins draconiennes.
Au début de l'été 2002, la S.A.R.L. "Théâtre Essaïon" a pris la décision de céder les baux du théâtre et les locaux administratifs. La Ville de Paris suit avec une attention toute particulière l'évolution de la situation de ce lieu.
La programmation artistique du théâtre Essaïon est prévue jusqu'à la fin de l'année 2002. La subvention de la Ville de Paris est destinée à permettre la programmation de tous les spectacles de l'année 2002 dans des conditions favorables.
C'est pourquoi il est proposé de soutenir, en 2002, le théâtre Essaïon en accordant à l'association "Atelier théâtre Alizé Valverde" une subvention de fonctionnement de 50.000 euros."