Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

119 - QOC 2002-663 Question de M. Patrick TRÉMÈGE et des membres du groupe U.M.P. à M. le Préfet de police sur la mise en place de la nouvelle Unité mobile d'intervention et de prévention

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2002


Libellé de la question :
"De nombreux élus parisiens s'interrogeaient depuis fort longtemps sur l'efficacité relative des gardes statiques devant les bâtiments officiels situés à Paris (ministères, ambassades, sièges d'organisations internationales...), par ailleurs "dévoreuses" de fonctionnaires de police qui auraient sans doute été plus utiles en patrouillant dans les quartiers difficiles de la Capitale.
Aussi l'annonce récente de la mise en place de l'Unité mobile d'intervention et de prévention (U.M.I.P.) est-elle accueillie avec satisfaction par nombre de Parisiens.
M. Patrick TRÉMÈGE et les membres du groupe U.M.P. souhaitent donc que M. le Préfet de police leur présente avec précision les modalités de fonctionnement de cette nouvelle unité et leur indique le nombre de fonctionnaires de police désormais libérés des gardes statiques et la nouvelle affectation, arrondissement par arrondissement, de ces policiers."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Je puis vous indiquer que l'Unité mobile d'intervention et de protection (U.M.I.P.), destinée à se substituer aux actuelles "gardes statiques" propose une approche nouvelle de la protection des sites sensibles et exige, par voie de conséquence, une organisation qui soit en adéquation avec ses missions.
L'U.M.I.P. est placée sous l'autorité du directeur de l'Ordre public et de la circulation.
La nouvelle unité s'articule autour de circuits de surveillance, d'un personnel formé et entraîné et d'un matériel spécifique.
S'agissant des circuits, six itinéraires de patrouilles ont été arrêtés. Ils comprennent entre six et cinquante-huit points sensibles et sont parcourus chacun par deux véhicules de patrouille et un véhicule de soutien pour deux circuits.
C'est au total 15 patrouilles supplémentaires dans Paris qui 24 heures sur 24 assureront cette mission à compter du 10 novembre 2002.
264 gardiens de la paix et 31 gradés ont été retenus pour assurer cette mission. Ils bénéficient d'une formation particulière.
Le concept de l'U.M.I.P. repose également sur la dissuasion. Cette unité est équipée de matériel fonctionnel et performant tant au niveau des véhicules, de l'équipement individuel que de l'armement.
D'une manière générale, ce sont la rapidité d'intervention et l'efficacité des premières mesures prises qui fonderont la crédibilité du système.
L'U.M.I.P. est appelée à remplacer la totalité des gardes statiques permanentes dans Paris, ne laissant subsister que des dispositifs lourds comme ceux protégeant les institutions, quelques ambassades devant être particulièrement protégées ainsi que quelques gardes statiques ponctuelles, limitées dans le temps, répondant à un problème précis."