Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif au relogement des familles expulsées de la Ferme Montsouris.

Déliberation/ Conseil municipal/ Novembre 2007 [2007 V. 292]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville

et transmise au représentant de l?Etat le 27 décembre 2007.

Reçue par le représentant de l?Etat le 27 décembre 2007.

 

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil Municipal,

Le vendredi 2 septembre 2005, à 7 h du matin, M. Nicolas SARKOZY, Ministre de l?Intérieur, demande l?expulsion des squats de la Tombe Issoire (14e) et de la Fraternité (19e). Paris vient de vivre un drame sans précédent avec les incendies des hôtels meublés des rues du Roi Doré et Vincent Auriol. Le Ministre veut alors ?mettre à l?abri? des familles qui risquent leur vie dans des immeubles insalubres. Il s?en suit une campagne d?expulsion des squats, violente et servant uniquement les intérêts médiatiques du Ministre.

Car, qu?en est-il du sort de ces familles que l?on a voulu ?sauver? ? Le 2 septembre au matin, dans le 14e arrondissement, les enfants de la rue de la Tombe Issoire se préparent pour une nouvelle rentrée des classes, leurs parents à rejoindre leurs lieux de travail. La suite en est tout autre : les cars de CRS arrivent, accompagnés des camions de déménagement. En quelques heures, malgré la mobilisation du comité de soutien aux résidents de la Ferme de la Tombe Issoire, des élus mais aussi des voisins, la trentaine de familles qui réside au 26, rue de la Tombe Issoire, dit la Ferme Montsouris, est expulsée. Pour faire baisser leur résistance, les représentants de la Préfecture et de l?Ambassade de Côte d?Ivoire promettent aux familles un relogement rapide. Rassurés, ils acceptent de monter dans les bus, direction l?hôtel Formule 1 de la Porte de Châtillon.

Deux ans après, presque jour pour jour, les familles de la Tombe Issoire résident toujours au Formule 1. Un père de famille témoignait récemment dans le journal ?La Croix? : ?Après l?école, les enfants s?amusent dans le couloir. C?est un petit peu dur à supporter. On gêne tout le monde (?), on n?a pas de cuisine à notre disposition et donc pas de réfrigérateur non plus. Nous ne pouvons pas nous rendre au restaurant du Formule 1, c?est trop cher. La seule solution est donc de manger à l?extérieur, tous les jours, dans des fast-foods?. Les conditions de vie de ces foyers sont épouvantables et ont des conséquences terribles sur l?épanouissement des enfants mais aussi sur la vie familiale et professionnelle.

Un processus de relogement a pourtant été engagé, au lendemain de l?expulsion. Le Ministre SARKOZY s?était engagé à offrir à ces familles la possibilité de vivre dans la dignité. Le processus prévoyait que les relogements seraient assurés, tant par l?Etat, c?est-à-dire par la Préfecture, que par la Ville de Paris. Aujourd?hui, seules neuf familles ont été relogées. 26 chambres de l?hôtel Formule 1 de la Porte de Châtillon restent occupées par les familles de la Tombe Issoire.

Le travail de relogement promis est un échec dont la responsabilité est double. Lourde responsabilité de l?Etat d?abord, qui après avoir expulsé les résidents de la Tombe Issoire pour leur offrir soit disant une meilleure qualité de vie, fait mine d?oublier leur existence et les abandonne à leur sort. Responsabilité de la Ville de Paris ensuite, qui n?a pas rempli ses engagements dans le cadre de ce processus de relogement. En effet, les neuf relogements effectués jusque là ont été organisés par la Préfecture. La Ville de Paris n?ayant pas donné suite aux dossiers logements dont elle avait la charge, la Préfecture à décidé de suspendre sa participation au relogement.

Ces famille n?aspirent qu?à vivre dignement, à s?intégrer dans un quartier et à assurer l?avenir de leurs enfants. Le processus de relogement doit être relancé. Préfecture et Ville doivent prendre leur responsabilité. Il n?est pas concevable que ces familles continuent à vivre dans des conditions intolérables.

Sur la proposition de M. René DUTREY, Mme MarieThérèse ATALLAH et des élu(e)s du groupe ?Les Verts?,

Emet le voeu :

Que M. le Maire de Paris intervienne de manière à relancer le processus de relogement engagé avec la Préfecture de Paris et ce, afin que les familles de la Tombe Issoire puissent avoir accès à un logement et des conditions de vie dignes.