Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

73 - QOC 95-245 Question de M. Patrick BLOCHE et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris sur la signalisation des lieux culturels parisiens.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 1995



Libellé de la question :
"Compte tenu de l'offre culturelle existant à Paris, les responsables des théâtres ont le souci légitime que les lieux qu'ils animent puissent être facilement identifiés et localisés.
Aussi, la Direction de la Voirie est-elle régulièrement sollicitée pour contribuer à cette localisation par un fléchage adapté.
Or, il s'avérerait que cette prestation n'est proposée qu'aux lieux culturels "reconnus". Cette notion plutôt subjective a en fait pour conséquence que seuls les théâtres subventionnés par la Ville bénéficient de ce fléchage.
Aussi, M. Patrick BLOCHE et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent-ils à M. le Maire de Paris que les lieux culturels qui ne sont pas aidés financièrement par la Municipalité ne soient pas doublement pénalisés et qu'à l'avenir, la Direction de la Voirie puisse contribuer à leur localisation."
Réponse (Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint) :
"La Ville de Paris s'est dotée en avril 1985 d'un schéma directeur de signalisation d'indication définissant un principe de signalisation ainsi que les établissements pouvant être signalés.
Ainsi, en ce qui concerne les théâtres, avait-il été décidé que seuls les théâtres dits publics, à savoir les théâtres nationaux, les théâtres municipaux, mais également les théâtres régulièrement subventionnés par la Ville de Paris, pouvaient bénéficier d'une telle signalisation.
En 1991, le bénéfice de la mesure a été étendu à l'ensemble des théâtres subventionnés, qu'ils le soient d'une manière directe ou indirecte comme c'est le cas pour les adhérents de l'Association pour le soutien au théâtre privé.
Etendre à l'ensemble des théâtres ladite signalisation impliquerait la pose d'environ 260 mâts et 300 caissons supplémentaires s'ajoutant aux 260 mâts et 360 caissons déjà posés pour signaler les théâtres répondant aux critères du schéma directeur.
Compte tenu de l'encombrement des trottoirs par les divers mobiliers urbains, il n'est pas souhaitable d'étendre à l'ensemble des 65 théâtres cette signalisation, qui de plus détériorerait le paysage urbain et l'environnement parisien."