Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, Voeu déposé par Mme Violette BARANDA, M. Olivier PAGÈS et les membres du groupe MoDem, relatif à la création de centres de planification et d’éducation familiale. Voeu déposé par l’Exécutif.

Débat/ Conseil général/ Juillet 2007


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l?examen des v?ux référencés nos 7 G et 7 G bis dans le fascicule, déposés respectivement par le groupe MoDem et l?Exécutif, relatifs à la création de centres de planification et d?éducation familiale.

Je donne la parole à Mme BARANDA et c?est Mme TROSTIANSKY qui répondra.

Mme Violette BARANDA. - Merci, Monsieur le Président.

Mes chers collègues, notre Municipalité s?est largement inscrite et investie sur la place et le droit des femmes dans la Capitale.

Les centres de planification en font partie car n?oublions pas que s?il y a bien une conquête que les féministes ont toujours revendiquée et défendue, c?est bien le droit de disposer de leur corps. Et cela passe par une maîtrise de la fécondation et le droit à l?avortement.

Il y a à peine quarante ans, en 1967, la pratique contraceptive était légalisée. Le remboursement de la contraception ne fut reconnu et voté que quelques jours avant la loi VEIL sur l?I.V.G. en décembre 1974. Aujourd?hui, la contraception a progressé globalement. Cependant, le nombre d?I.V.G. n?a que très sensiblement baissé, en dépit d?une diffusion massive de la contraception médicale (pilule, stérilet, etc.).

Pour les très jeunes filles, la pilule du lendemain, qui est une pilule contraceptive et non pas abortive, n?est pas toujours aussi accessible qu?elle devrait l?être. Refus encore de certains pharmaciens parisiens de la donner à des mineurs, bafouant ainsi nos principes républicains d?égalité et de justice sociale.

Les conséquences peuvent être dramatiques, du point de vue de la santé, de ne pouvoir disposer de ce droit. Cela peut finir par un avortement ou une grossesse précoce non désirée. Le numéro vert ?Ecoute sexualité contraception? reçoit environ 2.000 appels chaque mois dont une majorité de moins de 18 ans. Les appels proviennent d?un public plus large et plus mixte que les centres de planification. Cela prouve bien le besoin d?information sur ces sujets.

Nous devons nous interroger sur le faible nombre de centres dont nous disposons à Paris. Je vais vous indiquer quelques chiffres qui sont édifiants et qui vaudront mieux que des pages de discours. En Seine-Saint-Denis, 119 centres de planification pour 1.459.000 habitants, qui dispensent les mêmes informations que nos 21 centres.

Nous avons accumulé un retard considérable en la matière et nous devons le rattraper ; c?est une question de justice. Sur ces propositions de Violette BARANDA et des élus du groupe MoDem, le Conseil de Paris émet le v?u que des financements soient rajoutés au prochain budget afin que d?ici la fin de la mandature quatre nouveaux centres soient ouverts dans les différents quartiers, dits politique de la ville.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame BARANDA.

Mme TROSTIANSKY vous répond et présentera le v?u n° 7 G bis de l?Exécutif.

Mme Olga TROSTIANSKY. - Monsieur le Président, je voulais d?abord remercier particulièrement Violette BARANDA pour son intervention ; il est vrai que c?est un sujet important pour les femmes, pour les parents parisiens et également pour les jeunes.

Je partage le souhait de Violette BARANDA de voir se développer les centres de planification familiale à Paris. Je crois qu?en ce domaine nous avons fait quelques progrès. Il existe effectivement 21 centres de planification familiale à Paris dont 3 qui ont ouvert depuis le début de la mandature : le centre de l?hôpital Pompidou, celui de la MGEN et celui de l?hôpital Robert Debré.

Je crois qu?il est important aussi d?avoir en tête que nous avons mis l?accent essentiellement sur la multiplication des informations en direction des jeunes. En 2001, il y avait 1.200 séances d?informations collectives qui étaient organisées à Paris. En 2006, il y en a eu 1.800. Vingt-sept mille jeunes ont été donc rencontrés dans le cadre de ces séances. Et nous avons réalisé une plaquette expliquant aux jeunes filles et aux jeunes garçons le mode d?emploi de chaque type de contraceptif. Vraiment cela a été une action importante qui a été menée et une première sur Paris.

Il est vrai que la situation que vous évoquez, Madame BARANDA, ne me satisfait pas entièrement ; vous avez raison de souligner le décalage entre certains départements voisins et le Département de Paris où la planification est essentiellement faite dans les hôpitaux.

Pourtant, je ne peux souscrire à votre v?u. Deux nouveaux centres pourraient ouvrir dans les mois à venir dans le 19e arrondissement et aussi dans le 11e arrondissement ; il s?agit de deux quartiers populaires où une information de proximité est nécessaire.

C?est la raison pour laquelle je vous propose un v?u de l?Exécutif municipal. Sur proposition de Mme Violette BARANDA, conseillère de Paris, membre du groupe MoDem, l?Exécutif municipal s?engage à ouvrir d?ici la fin de la mandature deux nouvelles consultations d?éducation et de planification familiale dans les quartiers populaires de Paris.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame TROSTIANSKY.

Je me tourne vers Mme BARANDA. On vous propose deux centres d?ici la fin de l?année. Est-ce que vous retirez votre v?u au profit du v?u de l?Exécutif qui fait un grand chemin dans votre direction ?

Mme Violette BARANDA. - Oui, Monsieur le Président. Bien sûr que je vais accepter 50 %, surtout que l?hôpital Debré, j?en suis aussi à l?initiative, et ma foi, cela fera un petit peu plus mais, franchement, j?espère qu?à la prochaine mandature, on prendra ce problème à bras le corps parce qu?il faut savoir qu?au moment des vacances, c?est un vrai drame pour certaines femmes pour avoir des rendez-vous pour avorter.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame BARANDA.

La proposition de v?u n° 7 G est retirée.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2007, V. 10 G).