Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés sur l’attribution du nom de Pierre Desproges à un lieu public dans Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2008


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 57 dans le fascicule, déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, relatif à l?attribution du nom de Pierre Desproges à un lieu public dans Paris.

Je donne la parole à M. Romain LÉVY.

M. Romain LÉVY. - ?On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde?. Cette maxime devenue célèbre est l?une des plus connues que Pierre Desproges nous laisse en héritage.

L?homme qui tire sur tout ce qui bouge et ce qui est immobile aussi a disparu, il y a vingt ans. Il a commencé sa carrière d?humoriste en 1975, comme ?grand reporter? au Petit Rapporteur de Jacques Martin. Il est ensuite intervenu sur les ondes de France-Inter, que ce soit dans ?le Luron du midi? ou en tant que procureur dans le ?Tribunal des flagrants délires?.

Il a commencé, à partir de 1982, une série de courtes chroniques télévisées mélangeant absurde et humour noir, intitulées ?la Minute de M. Cyclopède?, qui étaient diffusées chaque jour sur France 3.

Il est enfin revenu en 1986 sur France Inter pour ces ?Chroniques de la haine ordinaire? où il s?agaçait contre la bêtise et l?intolérance.

Le 18 avril 1988, Pierre Desproges meurt d?un cancer à l?âge de 49 ans. Considérant que le style de Pierre Desproges va bien au-delà de ces formules et de la violence de ses mots dévastateurs parfois qui peinaient à faire rire ses victimes. La somme de ses écrits montre avant tout qu?il était d?abord un homme de lettres. ?J?existe quand j?écris?, dira-t-il quelques mois avant sa mort. ?Ce que je fais après, c?est le service après vente?.

Considérant que depuis les années 80, ces livres se sont vendus, selon son éditeur, à près de 4 millions d?exemplaires et touchent toutes les générations. C?est ainsi qu?aujourd?hui le comique, alors dit de l?élite, lucide, impitoyable, intransigeant serait, selon certains, devenu celui du consensus. A l?occasion du 20e anniversaire de sa disparition, sur proposition de M. Patrick BLOCHE, le Conseil de Paris émet le voeu qu?un lieu parisien porte le nom de Pierre Desproges.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Précisons que ce voeu a été adopté par le Conseil du 11e arrondissement à l?unanimité.

Madame Anne HIDALGO ?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Bien sûr, un avis très favorable aussi à ce voeu.

Je crois, et cela a été très bien rappelé, que Pierre Desproges continue non seulement à vivre à travers son ?uvre comique, mais aussi à travers ses autres écrits. Il continue à inspirer beaucoup.

Je pense, et M. Romain LÉVY l?a rappelé notamment à la période du ?Tribunal des flagrants délires?, que cela reste quelque chose d?extrêmement marquant pour tous les artistes, pour toutes celles et ceux qui considèrent que l?esprit libre, l?esprit critique sont les moteurs de la création et qu?il faut absolument préserver, encourager cette liberté de ton qu?avait Pierre Desproges, que beaucoup d?autres ont, mais je crois qu?il continue à les inspirer.

En tous les cas que Paris ait un lieu avec le nom de Pierre Desproges sera aussi un honneur pour nous tous. J?émets donc un avis très favorable à ce v?u.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de voeu déposée par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2008, V. 37).