Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par le groupe “Les Verts” relatif à la suspension du jumelage de la Ville de Paris avec Rome.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2008


 

M. François DAGNAUD adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 5 dans le fascicule, déposé par le groupe ?Les Verts?, relatif à la suspension du jumelage de la Ville de Paris avec Rome.

Je propose à M. Jacques BOUTAULT de nous présenter ce v?u et je demanderai à M. Pierre SCHAPIRA de répondre et de donner la position de l?Exécutif.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - A peine élu, le nouveau Maire de Rome, M. Gianni ALEMANNO, ancien membre du parti néofasciste italien le M.S.I., a dénoncé les subventions aux associations d?aide au plus démunis et aux associations d?aide aux usagers de drogues. Il a également prôné une nouvelle formule pour la marche des fiertés homosexuelles, qu?il assimile à une exhibition sexuelle et offensante.

Enfin, ce nostalgique de Mussolini, qui lui-même était arrivé démocratiquement au pouvoir, demande l?expulsion de 20.000 étrangers, visant plus particulièrement les Roumains, qui sont pourtant ressortissants de l?Union européenne, et des gens du voyage qu?ils jugent responsables de l?insécurité. Ces déclarations sont choquantes et inquiétantes pour l?avenir et elles interviennent alors même que la Ville de Paris vient d?organiser, avec la Ligue des droits de l?Homme, une consultation des Parisiennes et des Parisiens sur le droit de vote des résidents étrangers qui s?est déroulée ce week-end dernier, et à laquelle une partie de l?opposition municipale a apporté son soutien.

C?est la raison pour laquelle, face à cette volonté institutionnelle d?exclusion, à la xénophobie officielle et à l?instrumentalisation de l?insécurité manifestée par M. ALLEMANO, nous considérons que la Ville de Paris s?honorerait en suspendant les opérations de jumelage avec la Ville éternelle, en souhaitant que M. ALLEMANO n?y soit pas éternellement élu !

(Applaudissements sur les bancs du groupe ?Les Verts?).

M. François DAGNAUD, adjoint, président - Merci.

La parole est à M. Pierre SCHAPIRA pour vous répondre.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Monsieur le Maire, chers collègues.

Restons un peu calmes ! Ce v?u s?inscrit en réaction à l?élection, il y a quelques semaines à la mairie de Rome, de M. Gianni ALLEMANO, ancien membre du parti néo-fasciste. Nous avons tous été profondément choqués par les images au soir de l?élection de ses partisans faisant le salut fasciste devant la mairie de Rome.

Nous sommes tous également, je l?espère, quel que soit notre parti politique, outrés par les délégations homophobes, par son souhait d?expulser 20.000 étrangers, essentiellement des roms, ressortissants pourtant d?un Etat membre et par sa volonté d?arrêter les subventions à plusieurs associations qui viennent en aide aux plus démunis et aux toxicomanes.

Le voeu des ?Verts? rappelle bien ces faits ou ces déclarations. Au nom des valeurs humanistes que nous partageons, ces actes ou ces intentions sont inacceptables. Je me permets de souligner ou de rappeler que M. le Maire de Paris n?a pas souhaité écrire au nouveau maire de Rome pour le féliciter, comme cela se fait habituellement. Cela constitue déjà un geste politique dans la diplomatie officielle des villes.

Maintenant, la question est posée : faut-il suspendre le jumelage entre nos deux villes, comme le demande le groupe ?Les Verts? ? Je ne le pense pas et je vais m?expliquer.

Au nom tout d?abord des relations étroites tissées entre les Parisiens et les Romains qui n?ont pas à subir les conséquences de cette situation. Quand je dis les Parisiens et les Romains, je pense non seulement aux touristes respectifs qui viennent visiter les deux capitales et profiter, par exemple, de la gratuité des expositions temporaires dans les musées municipaux grâce au jumelage, mais également aux institutions culturelles, économiques ou sociales qui, toujours sur la base du jumelage, ont tissé des liens et des relations étroites. Des actions précises ont été ainsi lancées en 2006 pour le 50e anniversaire du jumelage en matière de promotion des jeunes créateurs de mode, d?échanges entre les établissements culturels, entre le 104 et la zone Attive, ou en matière d?aide aux sans domicile.

Ce serait une erreur de les sanctionner dans leur activité, alors qu?elles n?y sont pour rien. Au contraire, je pense qu?il faut les soutenir, non seulement parce qu?elles souhaitent poursuivre leurs échanges mais parce que les personnes qui animent ces structures ont bien souvent l?âme plus européenne et solidaire que les actuels dirigeants de la mairie de Rome.

Nous ne le souhaitons pas, pas plus que les représentants de l?opposition, et je pense en particulier à notre ami M. Francesco RUTTELI, que nous avons contacté et qui ne demande pas une telle suspension au nom de l?amitié entre les deux villes, qui doit être considérée par delà cette période difficile. Il ne faut pas oublier, et c?est une autre raison de mon désaccord, que les Romains se sont exprimés démocratiquement. Ils l?ont fait par la voix des urnes et pour des raisons que nous n?avons pas à juger ici. Ils ont désigné leur nouveau maire même si nous ne sommes pas d?accord avec ce qui est sorti des urnes. Mais il ne peut donc pas être question d?appeler à un retour à une démocratie municipale qui n?a pas disparu.

C?est pourquoi, si je partage totalement les premiers éléments de ce v?u, dans son objectif premier, la suspension du jumelage me paraît injustifiée. C?est pour cela que je demanderai à mon ami M. Jacques BOUTAULT de retirer son voeu s?il est convaincu par mes arguments.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci, Monsieur Pierre SCHAPIRA.

Avant de me tourner vers M. Jacques BOUTAULT pour savoir s?il maintien ou non son v?u, je suis saisi de deux demandes d?explications de groupe, de M. Jean-Pierre CAFFET pour le groupe socialiste et de M. Jean-François LAMOUR pour le groupe U.M.P.P.A.

Le groupe ?Les Verts? souhaite-t-il maintenir le v?u a priori ? Bien.

Je donne la parole à M. Jean-Pierre CAFFET puis à M. Jean-François LAMOUR.

M. Jean-Pierre CAFFET. - Merci, Monsieur le Maire.

Je veux dire d?emblée que mon groupe ne votera pas ce v?u, pour un certain nombre de raisons. Une élection municipale s?est déroulée à Rome, elle s?est tenue démocratiquement, le résultat est celui que l?on connaît : 53 % des Romains ont élu un nouveau maire. On peut penser ce que l?on veut du nouveau maire et contester sa personnalité et les éléments de sa politique municipale future qu?il a indiquée le soir de l?élection et dans les jours qui ont suivi, mais cette élection a eu lieu.

Pourquoi nous ne voterons pas ce v?u ? Pour deux raisons. La première, c?est que la suspension du jumelage serait une décision extrêmement grave, avec laquelle il ne faut pas jouer. Il ne faut pas prendre le jumelage en otage parce qu?on n?est pas d?accord avec le résultat d?une élection démocratique quoi que l?on puisse penser de la personnalité de ce nouveau maire.

Très franchement, je crois que nous pouvons faire confiance au Maire de Paris pour adopter le comportement et l?attitude qui conviennent vis-à-vis du nouveau maire de Rome. Je crois que la raison principale de ne pas adopter ce v?u, c?est qu?il aboutirait en fait à pénaliser les Parisiens et les Romains, et pas seulement le nouveau Maire de Rome.

J?imagine mal que les relations culturelles qui unissent nos deux villes, nos échanges nombreux et variés soient suspendus parce que les Romains auraient choisi librement un nouveau maire, quoi que l?on puisse en penser. Je prend un exemple : si je ne me trompe pas, le jumelage de nos deux villes prévoit la gratuité des musées municipaux, à la fois à Paris et à Rome, pour les Parisiens qui vont à Rome et pour les Romains qui viennent à Paris. Je ne vois pas au nom de quoi il faudrait punir les Parisiens et les Romains parce que le résultat d?une élection démocratique à Rome nous déplaît.

M. François DAGNAUD, président. - Merci.

La parole est à M. Jean-François LAMOUR pour une explication de vote.

M. Jean-François LAMOUR. - Où est-on aujourd?hui ? J?ai le sentiment que nous sommes dans un espace démocratique en Europe. M. Pierre SCHAPIRA l?a très bien rappelé, simplement, avec beaucoup de sérénité. Il a remis les choses à leur place. A cause d?un changement de bord politique, on supprimerait un jumelage avec tout ce que cela comporte en matière d?accords, de partenariats et d?échanges !

Il y a là quelque chose de totalement contradictoire mais ce n?est pas la première fois quand on voit que ?Les Verts? avait porté le v?u concernant M. BATTISTI. Je crois qu?il y a là non seulement une erreur mais un vrai danger : un danger d?isolement de la Capitale parisienne. Si à chaque évolution politique, il y a remise en cause d?un jumelage pour telle ou telle raison, ce n?est pas l?image que nous voulons donner de Paris et de la Capitale française.

Ce v?u est une sorte de coup politique d?un niveau qui est vraiment très faible, alors qu?il convient plutôt d?affirmer que le dialogue est toujours meilleur que l?isolement et le repli sur soi. Nous l?avons exprimé d?ailleurs quand il s?agissait d?évoquer nos relations avec la Chine et le gouvernement chinois, nous sommes pour cette continuité et cette reprise du dialogue. C?est comme cela en tout cas que, de notre côté, nous concevons notre action politique.

Le groupe U.M.P.P.A. votera contre ce v?u, bien évidemment.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Mme Marinette BACHE a la parole, au nom du groupe M.R.C., pour une explication de vote.

Mme Marinette BACHE. - Beaucoup de choses ont été dites. Je voulais simplement exprimer l?accord du M.R.C. avec une partie des attendus du v?u proposé par le groupe ?Les Verts?, mais, bien évidemment, pour les raisons développées par M. Pierre SCHAPIRA, nous ne pouvons pas voter ce v?u. Ce serait aller contre l?expression démocratique des Romains, même si nous n?en apprécions pas le résultat.

Nous ne pouvons pas non plus voter ce v?u, comme l?a dit M. Jean-Pierre CAFFET, parce que cela pénaliserait à la fois les habitants de Rome et ceux de Paris, dans cet échange institutionnalisé depuis pas mal de temps. Nous ne pouvons pas non plus voter ce v?u car nous ne voulons pas soumettre le jumelage aux aléas des élections qui peuvent changer et nous espérons ce changement.

Au-delà, nous pensons pouvoir dire, sans faire un trop grand pari sur l?avenir, que les échanges entre nos deux villes ne se feront pas tout à fait sur les mêmes bases qu?auparavant. Si les échanges entre les villes demeurent par l?intermédiaire du jumelage, les échanges entre les Municipalités seront sans doute d?une teneur différente.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Une explication de vote de M. Ian BROSSAT, au nom du groupe communiste.

M. Ian BROSSAT. - Les élus du groupe communiste sont eux aussi, évidemment, révulsés par ce qu?a dit le nouveau Maire de Rome. Il reste que les arguments avancés jusqu?à présent, en particulier par M. Jean-Pierre CAFFET, nous convainquent et je souhaite cependant qu?à l?avenir notre vigilance soit entière sur ce que pourra faire le Maire de Rome.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Monsieur POZZO-DI-BORGO, vous avez la parole.

M. Yves POZZO-DI-BORGO. - Paris est une ville universelle, donc il faut faire attention à notre image.

Je rejoins les arguments de M. Pierre SCHAPIRA et de M. Jean-François LAMOUR. Ce n?est pas sérieux. Je comprends très bien que l?on se ligue contre le fascisme, et nous sommes tous solidaires sur ce point.

Mais il faut présenter une image de Paris qui est une ville universelle, de tolérance, qui respecte la démocratie. Les Italiens ont voté. Arrêtons de les mépriser par ce v?u. Ce n?est pas le maire de Rome qui va être touché, c?est l?ensemble des Italiens qui vont considérer qu?ils sont pris pour des imbéciles.

Il faut faire très attention à ce que l?on fait. Je connais la presse italienne pour des raisons familiales. Ce v?u va prendre une importance fantastique et va donner une image de Paris qui ne correspond pas à ce que doit être Paris.

Je remercie l?Exécutif. Je remercie M. Jean-François LAMOUR et les autres présidents d?avoir pris cette décision. Il ne faut pas que nous soyons ridicules.

Notre groupe votera contre.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Monsieur BOUTAULT, vous avez la parole.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Le v?u est maintenu.

Ce n?est pas anodin ; ce n?est pas Londres. C?est Rome avec un maire qui a un passé encore très présent, fasciste, et qui a tenu des propos qui m?ont personnellement choqué.

Pourquoi le v?u est-il maintenu ? C?est parce que je regrette que la collectivité parisienne sorte de ce débat sans avoir marqué sa désapprobation par un acte fort. Ne serait-ce qu?un contre-v?u de l?Exécutif nous aurait honorés.

Je regrette que l?on sorte de ce débat sans une position politique de la Ville de Paris. C?est pourquoi ce v?u est maintenu.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Cela dit, je pense que M. Pierre SCHAPIRA, au nom de l?Exécutif, comme M. Jean-Pierre CAFFET et plusieurs autres présidents au nom de leur groupe, ont dit très clairement et très politiquement ce qu?il convenait de penser de cette situation.

De ce point de vue, l?argumentation me paraît contestable. Les positions sont claires. Tout a été dit.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe ?Les Verts?, assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je vous remercie.