Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la construction du stade de Ligue rue Paul Meurice (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2008


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 48 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif à reconstruction du stade de Ligue, rue Paul-Meurice, dans le 20e arrondissement.

La parole est à Mme Anne-Constance ONGHENA.

Mme Anne-Constance ONGHENA. - Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les élus.

Le stade de Ligue, situé rue Paul-Meurice dans le 20e arrondissement, appartient à la ligue de Paris Tennis. Cet équipement doté de trois courts couverts et de trois courts extérieurs a été construit dans les années 80 pour permettre aux clubs de tennis de l?est parisien de bénéficier d?un complexe de qualité pour enseigner et pratiquer le tennis. Aujourd?hui, près de 15 clubs et de 3.000 adhérents foulent chaque semaine les terrains de cet équipement sportif.

La Ville de Paris, dans le cadre du réaménagement de la Porte des Lilas a confié à la S.E.M.A.V.I.P. un projet important, celui de construire en lieu et place du stade de Ligue la cuisine centrale des écoles du 20e arrondissement. Dans ce projet, le stade de Ligue doit être reconstruit et agrandi 300 mètres plus loin.

Les élus de la majorité se sont engagés en 2006 sur un certain nombre d?éléments pour cadrer le projet et permettre ainsi aux 15 clubs de tennis utilisateurs et à la ligue de Paris Tennis de s?organiser. Les clubs ne devaient pas perdre l?usage de leur équipement, puisque la nouvelle infrastructure devait être livrée au moment où l?actuelle serait détruite.

Cependant, début mai 2008, les présidents des clubs ont appris que l?actuel équipement pourrait leur être repris dès cet été, avec une livraison prévisionnelle du nouvel équipement en septembre 2009 au plus tôt. Cette situation est dramatique car les clubs ont déjà planifié leur prochaine saison, incluant les infrastructures du stade de Ligue : 546 heures hebdomadaires seraient perdues, 25 emplois sont menacés et près de 3.000 adhérents se retrouveraient sans terrain dès la rentrée prochaine.

Les clubs, les adhérents et la ligue de Paris Tennis, sont partenaires du projet initial mais se retrouvent aujourd?hui dans une situation extrêmement complexe. La saison 2007-2008 s?achève. Les recrutements pour la saison 2008-2009 sont entamés et cette modification de stratégie vient anéantir les efforts du mouvement sportif du tennis des 19e et 20e arrondissements pour proposer un accompagnement de qualité. Pire, des professeurs de tennis pourraient perdre leur emploi, faute de moyens pour enseigner.

Pour toutes ces raisons, les élus du groupe U.M.P. émettent le voeu que les engagements initiaux prévus pour ce projet puissent être tenus à la fois par la Ville de Paris et la S.E.M.A.V.I.P.,  présidée par Roger MADEC, sénateur et maire du 19e, afin de préserver la pratique du tennis dans l?est parisien et l?emploi dans un quartier en difficulté, qui a besoin du soutien et de la mobilisation de l?ensemble des élus de la capitale.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

Pour vous répondre, je donne la parole à M. Jean VUILLERMOZ.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Madame, vous devez le savoir, je suis très attaché à la pratique sportive et à la pratique du tennis dans l?est parisien, notamment, comme vous le dites, dans un quartier particulièrement en difficulté.

C?est bien pourquoi nous avions confié à la S.E.M.A.V.I.P. la reconstruction du stade de la Ligue de Paris Tennis et des courts de tennis des clubs Lutèce, compte tenu du chantier de construction de la cuisine centrale du 20e arrondissement.

Les travaux de ce nouvel équipement dédié au tennis ont débuté en octobre 2007, mais il est vrai qu?ils connaissent aujourd?hui un retard lié à la complexité technique de la charpente en bois du bâtiment. C?est une conception tout à fait innovante et qui a nécessité l?obtention d?un avis spécifique. De ce fait, la livraison du bâtiment n?est envisagée qu?en mars 2009 et non en septembre 2009, comme vous le dites.

Entre mars 2009 et aujourd?hui, que va-t-il se passer ? Et plus précisément, quand débuteront les travaux de la cuisine centrale ? Ce sujet est très important pour la ligue de Paris Tennis et les 15 clubs de tennis utilisateurs. Le planning des travaux de construction de la cuisine centrale doit être réactualisé, d?après les dernières informations de la D.P.A., Direction du Patrimoine et de l?Architecture. Franchement, je n?ai pas aujourd?hui les dates précises à vous donner.

Je ne veux pas anticiper le calendrier, celui-ci n?étant pas encore connu avec précision. Mais ce que je peux vous dire, c?est qu?en tout état de cause les travaux ne démarreront que lorsque le calendrier sera certain, de manière à ne pas priver prématurément les clubs de l?équipement de tennis. J?insisterai, aussi bien auprès de la D.J.S. que de la S.E.M.A.V.I.P. pour que les travaux concordent avec la fin de saison sportive.

Par ailleurs, sachez chers collègues, que la D.J.S. étudie d?ores et déjà, et a déjà assez étudié, en lien avec les arrondissements de l?est parisien, et donc avec le 19e et le 20e arrondissements et la ligue de Paris Tennis, le relogement des clubs concernés dans des structures voisines. Je l?ai moi-même signifié à M. Hugues CAVALLIN et à d?autres présidents de clubs, comme M. RAVIOT et M. LUCAS, lors d?une récente rencontre.

Tout sera donc fait pour que la période critique, qui devrait être la plus courte possible entre le déménagement du site actuel et la livraison du nouvel équipement, ne pénalise pas les clubs de tennis et leurs adhérents. Je vous demande de ne pas faire de catastrophisme, comme vous l?avez fait, Madame, et de tenir compte des éléments que je viens de vous donner.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur VUILLERMOZ.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.PA., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de voeu est repoussée.

Mme Anne-Constance ONGHENA. - Il y a avis favorable ; il était d?accord. Il disait la même chose que moi !