Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DPE 17 - Modification des modalités d’organisation du travail des personnels ouvriers du Service technique de la Propreté de Paris au roulement chargés de la collecte des ordures ménagères et du nettoiement de la voie publique.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2008


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DPE 17 relatif à la modification des modalités d?organisation du travail des personnels ouvriers du Service technique de la Propreté de Paris au roulement chargés de la collecte des ordures ménagères et du nettoiement de la voix publique.

La parole est à Jean-Didier BERTHAULT.

M. Jean-Didier BERTHAULT. - Vous nous proposez par ce projet de délibération de modifier le cycle de travail des personnels ouvriers du Service technique de la Propreté de Paris concernant le roulement pour les personnels chargés de la collecte des ordures ménagères et du nettoiement de la voie publique.

Je ne reviendrai pas sur le fond du projet de délibération, puisque vous précisez dans l?exposé des motifs que le Comité technique paritaire du 29 novembre en a accepté le contenu, chacun doit donc y trouver son compte.

Néanmoins, je m?interroge sur les nombreuses réorganisations de ces services et de ce service particulier de collecte depuis l?accord cadre sur la réduction du temps de travail de juillet 2001 qui, visiblement, n?a pas permis d?obtenir encore un résultat satisfaisant de l?organisation des services et qui a même radicalement désorganisé ces services. La preuve en est que vous revenez sur cette organisation.

Je voudrais aussi m?interroger sur l?augmentation du budget de la Propreté, que vous soulignez régulièrement, pour augmenter les effectifs, augmentation des effectifs qui est davantage due d?ailleurs au fait de compenser ces R.T.T., donc au fait d?embaucher des personnes pour compenser les heures non travaillées, mais sans apporter d?heures supplémentaires effectives pour la collectivité parisienne et au service du Service public de la Propreté que nous devons aux Parisiens.

Enfin, puisqu?il s?agit là de personnel sur la collecte des arrondissements en régie, comment allez-vous gérer cela avec votre éventuelle remise en cause de la régie ou du service public pour la collecte des ordures ménagères ? Puisque j?ai cru comprendre que c?était là également une piste de réflexion.

Bref, un peu plus de clarté dans le domaine vis-à-vis de notre Conseil et d?organisation ou de réorganisation générale des Services de la Propreté ne nuirait pas à la bonne compréhension de ce sujet qui, vous le savez, est délicat et en tout cas, au c?ur des préoccupations des Parisiens.

Enfin, pour terminer cette intervention, si vous aviez l?intention, au début de cette mandature, d?avoir un recueil des quelques perles des questions écrites, je vous renvoie vers la question 58 de notre collègue Yves CONTASSOT qui après sept ans à vos fonctions nous demande si nous avons enfin l?étude qui permet de calculer le niveau des moyens à mettre en ?uvre pour que la Propreté de Paris atteigne un niveau satisfaisant.

J?avoue que j?ai au moins un point commun avec lui, qui est de regretter que cette étude n?ait pas été communiquée aux Parisiens avant : on aurait certainement gagné du temps.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je donne la parole à M. François DAGNAUD pour vous répondre.

M. François DAGNAUD, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Je mesure, cher collègue, votre impatience, et je peux vous dire qu?en tout état de cause, elle ne sera pas déçue.

Sur le projet de délibération qui vaut votre inscription, il ne s?agit pas tout à fait, comme vous l?avez indiqué, de modifier une nouvelle fois, je vous cite, le cycle de travail, mais d?élargir ce que nous appelons le catalogue des rythmes de travail dans un processus, que je crois très moderne et très efficace, d?évaluation et d?amélioration dans le cadre d?un dialogue social et avec les cadres de la direction, qui nous permet effectivement au fur et à mesure, et sur la base d?une évaluation, d?enrichir, c?est l?objet de cette proposition qui a été validé par le C.T.P. de la direction, le catalogue des rythmes de roulement. Je crois que c?est quelque chose qui concourt, en tout cas c?est mon souhait, à l?amélioration globale de notre dispositif et de l?efficacité de notre mission.

Le second point que vous avez évoqué, vous me permettrez d?être obligé de relever à nouveau le paradoxe de l?intervention des élus de l?opposition sur ce sujet, est qu?à la fois vous nous invitez à toujours faire mieux et à la fois vous ne pouvez pas vous empêcher de nous reprocher de mettre davantage de budget, davantage d?effectifs et de matériel pour répondre à une ambition que nous partageons. Je ne vous fais pas grief d?avoir l?ambition de faire en sorte que Paris soit propre le plus souvent possible et partout en même temps.

Sur le dernier point que vous avez évoqué, je vous confirme que le Conseil de Paris sera prochainement appelé à décider de renouveler ou pas les marchés de la Propreté qui ont été mis en place en 2004 sous la précédente mandature.

A ce stade, je peux d?ores et déjà vous indiquer que nous n?avons pas l?intention d?être dans l?idéologie, mais bien dans la recherche de l?efficacité et de la qualité du service rendu.

Le statu quo est-il souhaitable ? Faut-il laisser les choses en l?état et ne rien faire en considérant que tout va bien ? Il n?y a pas de surprise : je ne le crois pas, et je veux le dire sans ambages ; il est temps de faire de l?entretien de l?espace public, de la propreté des rues, la priorité de notre mission. C?est d?ailleurs, vous n?en serez pas surpris, ce que les Parisiennes et les Parisiens nous ont demandé. C?est cette majorité qu?ils ont mandaté pour réussir cela.

Je souhaite donc mettre en place un vrai service public de l?entretien de l?espace public, de l?espace commun, avec des moyens renforcés et dans le cadre d?un pilotage partagé avec les mairies d?arrondissement.

S?il nous faut pour cela réfléchir à alléger notre charge sur les tâches de collecte, pourquoi ne pas y travailler en concertation avec les partenaires sociaux et, bien sûr, en concertation avec les maires d?arrondissement ? Cette concertation est d?ores et déjà largement engagée, et ne doutez pas qu?elle nous amènera à faire des propositions conformes devant notre Assemblée.

J?en profite pour vous rappeler que la Propreté de notre espace public ne se réduit certainement pas à une démarche curative portée par la seule municipalité, mais qu?elle doit mobiliser l?ensemble des acteurs, des usagers, des entreprises et plus largement l?ensemble des acteurs qui interviennent à un titre ou à un autre sur l?espace public. C?est pourquoi nous travaillons aussi à de nouvelles démarches de prévention de la souillure, démarches que je crois prometteuses pour l?avenir dans la perspective d?un pilotage global de l?espace public parisien. Ne doutez pas que nous aurons prochainement l?occasion d?en reparler plus en détail.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPE 17.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DPE 17).