Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à l’organisation d’une exposition Universelle en 2020.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2008


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 52 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif à l?organisation d?une exposition Universelle en 2020.

Vous avez la parole, Monsieur DUBUS.

M. Jérôme DUBUS. - Je voudrais d?abord associer à ce v?u M. CAVADA, vice-président du groupe Centre et Indépendants et élu du 12e arrondissement.

L?organisation de l?Exposition universelle à Paris en 2020 : c?est possible ! Après Saragosse, après Shanghai, après Milan, la France et Paris peuvent en effet accueillir ce grand événement, pour peu que nous en ayons la volonté politique. A ce jour, une seule candidature semble pressentie, celle de l?Australie. Une candidature de la France, organisée autour de la Ville de Paris, mobilisée sur un projet technique fort serait en tout état de cause un projet très puissant.

L?avantage qualitatif qu?aurait notre ville, très liée à l?histoire des Expositions universelles, et la position de notre pays, sans doute beaucoup plus puissant qu?il ne pouvait l?être au Comité International Olympique, constituent des atouts très forts.

Les avantages de cette Exposition pour Paris seraient nombreux. D?abord, retrouver un projet fédérateur à la dimension internationale qui garantirait le rayonnement de Paris, capitale mondiale, et son développement économique avec 40 millions de visiteur sur six mois.

Ensuite, ce projet structurant permettrait, comme ce fut le cas pour la candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2012, de faire avancer un certain nombre d?infrastructures, notamment en matière de transports, dont on parle beaucoup, mais dont les financements ne sont pas assurés aujourd?hui.

Je pense également, en matière d?infrastructure, à l?aménagement de la zone qui pourrait être concernée : la zone Bercy Poniatowski, liée à Charenton, une zone enclavée et également étouffée par les réseaux de transports actuels.

J?ajouterai également qu?il s?agit d?un formidable ?booster? pour le Grand Paris. Voilà un projet intercommunal qui peut marquer cette avancée vers une structuration de la zone dense, du c?ur de la région, ce c?ur qui doit battre au même rythme de développement que les autres grandes métropoles mondiales.

Enfin, last but not least, Paris, avec ce projet, peut retrouver cet humanisme universel qui lui fait actuellement défaut. Cette tradition séculaire qui fait que Paris n?est pas une ville ordinaire, comme une autre, en un mot, est une ville unique, une ville que nous aimons, une ville que nous chérissons.

C?est la raison pour laquelle, mes chers collègues, au-delà de tous les clivages partisans, nous vous demandons de bien vouloir adopter ce v?u.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci, Monsieur DUBUS.

Mme HIDALGO a la parole pour vous répondre.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - M. Jean-Bernard BROS précisera des éléments sur l?Exposition universelle.

Vous le dites : Paris est une ville exceptionnelle, et nous en sommes tous convaincus ; c?est aussi une ville où les Parisiens ont des besoins, comme tous les habitants de toutes les villes. Nous en avons beaucoup parlé pendant la campagne électorale, puisque cela a constitué un sujet sur lequel nous avons été amenés à exprimer notre opposition à cette proposition.

Le site Bercy-Charenton est pour nous un territoire stratégique à l?interface de Paris et de Charenton. Cela ne vous a pas échappé : il avait fait l?objet d?une première étude de l?A.P.U.R. en 2006, il a été intégrée au workshop ?hauteur?, l?an dernier avec un périmètre d?étude limité à 30 hectares sur Paris. Les études ont montré un très fort potentiel de constructibilité et en équipements publics. Nous avons la possibilité d?y construire une ville. Il y a environ 200.000 mètres carrés possibles de logements, ce qui veut dire environ 2.500 logements pour les Parisiens et les Franciliens.

Aujourd?hui, l?A.P.U.R. est en train de poursuivre sa réflexion sur un périmètre qui est élargi - 50 hectares à Paris et 10 hectares à Charenton -, ce qui permet de multiplier par deux ce potentiel de logements dont nous avons tous besoin.

Pourquoi voulez-vous que l?on se donne comme perspective 2020 une Exposition universelle qui va geler tous les aménagements possibles sur cette zone alors qu?il est urgent d?aménager cette zone, de créer cette ville dense, c?est-à-dire une relation beaucoup plus lisse entre Paris et les communes limitrophes, en l?occurrence Charenton ?

Pourquoi rentrerions-nous dans une logique qui n?apporterait pas grand-chose, et Jean-Bernard BROS le dira mieux que moi, pourquoi s?engager dans cette voie alors que nous avons besoin de ces terrains pour travailler, pour faire naître une ville qui est la ville du XXIe siècle dans la perspective métropolitaine qui est la nôtre ?

Nous ne sommes pas d?accord avec ce v?u. Nous voulons pouvoir agir plus vite et de façon rationnelle, dans la concertation et dans la discussion. Je vous informe, mais vous le savez, que ces terrains ne nous appartiennent pas, qu?il y a une discussion sur le foncier à engager, notamment avec la S.N.C.F., mais que les habitants de la métropole et les habitants de Paris, les habitants du 12e aussi, ont besoin d?un quartier qui naisse à cet endroit et pas d?un espace qui devra attendre l?après 2020 pour revenir légitimement à un usage des habitants de Paris et de la métropole.

C?est un avis défavorable.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

En complément, la parole est à M. Jean-Bernard BROS.

M. Jean-Bernard BROS, adjoint. - Je vous indique que les liens historiques entre le Bureau international des Expositions et la Ville de Paris sont forts et anciens, puisque 8 expositions se sont déjà tenues à Paris. Les Expositions universelles sont filles de Paris et le visage de Paris a été façonné en grande partie par ces expositions. Le siège du B.I.E. se trouve à Paris et sa langue de travail officielle est le français.

En tant qu?Adjoint au Maire chargé du tourisme, mais aussi en tant que président de la société d?exploitation de la Tour Eiffel, symbole de l?histoire des Expositions universelles, je ne peux que me réjouir que votre famille politique finisse, après 150 années de retard tout de même, par découvrir les vertus des Expositions universelles.

Les trois projets d?Expositions à Paris élaborés au cours des vingt dernières années ont tous échoué, notamment du fait des résistances politiques mises en ?uvre par des formations politiques de droite.

L?Exposition universelle de 1989, souhaitée par le Président de la République François Mitterrand pour célébrer la commémoration du bicentenaire de la Révolution Française, devait se dérouler à Paris. Les porteurs de ce projet ont buté sur la résistance du maire de l?époque, Jacques CHIRAC.

L?Exposition universelle ?Portes de Paris 1997?, qui avait pour thème les biotechnologies et devait se tenir près de la ville nouvelle de Marne-La-Vallée, avait été repoussée par le Président de la République Jacques CHIRAC.

Beaucoup plus alarmant est le cas de l?Exposition internationale ?Images 2004?, qui devait se tenir en Seine-Saint-Denis, et ce n?est pas Christian SAUTTER, alors Ministre des Finances, qui me contredira. Les premiers contacts avaient d?abord été pris par le délégué de la France au B.I.E. avec Jean TIBERI, Maire de Paris. Il est ressorti de ces discussions qu?il y avait une volonté partagée d?entreprendre, mais aucune volonté de faire sur le territoire de Paris, faute de foncier.

Je pose la question : pourquoi alors, n?avoir pas pensé et regardé du côté de la porte de Bercy et de Charenton ? Je vous signale, en complément de ce qu?a dit ma collègue Anne HIDALGO, que le maire de Charenton a fait savoir depuis qu?il ne souhaitait pas recevoir quelque exposition chez lui.

De nouveaux contacts ont été établis avec le Conseil général de Seine-Saint-Denis. Ces contacts ont permis l?élaboration d?une candidature par une association créée pour l?occasion : ?Seine-Saint-Denis - Porte de France?. Je rappelle ici que la Ville de Paris avait voté une subvention de soutien à l?association, vote auquel vous n?avez pas pris part.

Une fois Jacques CHIRAC réélu au poste de Président de la République et la nomination de M. RAFFARIN au poste de Premier Ministre, ce dernier prononce l?annulation du projet en la justifiant par des économies budgétaires.

Cette annulation annoncée à quelques semaines des premiers coups de pioche occasionne un coût de 65 millions d?euros aux collectivités impliquées dans l?élaboration du projet et la France se dédit vis-à-vis de ses engagements internationaux. Soit le prix qu?aurait coûté cette exposition dans son hypothèse de fréquentation la plus basse.

Il y a donc là au moins deux projets disponibles clef en main, particulièrement ?Val-de-Marne 1997? et ?Seine-Saint-Denis 2004?, pour une exploitation et une mise en ?uvre rapide.

Pour conclure, je voudrais profiter de l?occasion pour rappeler que le Maire de Paris m?a missionné en janvier dernier pour suivre et porter le dossier d?une candidature commune, Ville de Paris, Région Ile-de-France, Chambre de Commerce et d?Industrie de Paris au sein du pôle de l?aire des meilleures pratiques urbaines de l?Exposition universelle de Shanghai 2010, dont le thème est : ?Meilleur ville, meilleure vie?. Fin mars, le comité de sélection chinois a annoncé que notre candidature était retenue pour figurer au sein de l?aire des meilleures pratiques urbaines.

Une preuve de plus qu?au-delà d?un ectoplasmique Grand Paris dont l?horizon semble chaque jour un peu électoraliste et tacticien, Paris métropole existe bien et que ses différents degrés de gouvernance travaillent ensemble et qu?ils créent et construisent au quotidien.

L?exposition universelle Shanghai 2010 ouvre ses portes le premier mai 2010 et la Ville de Paris sera au centre du jeu pour effectivement lier contacts pertinents et appréhender l?esprit des expositions modernes et ainsi élaborer avec pragmatisme et intelligence, très loin de tous effets d?annonce électoralistes, une possible candidature pour la tenue d?une exposition aux portes de Paris métropole en 2017, en 2020.

Pour toutes ces raisons je donne un avis défavorable pour votre v?u.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci pour cette réponse très précise.

M. Yves POZZO-DI-BORGO a la parole pour une courte explication de vote, je ne crois pas que ce soit une bonne habitude de recommencer les débats. Les réponses sont argumentées comme l?était votre intervention.

M. Yves POZZO-DI-BORGO. - Notre groupe a participé à la campagne de Mme Françoise de PANAFIEU qui a soutenu ce projet, nous voterons donc ce v?u.

Nous sommes plus dans une logique de voter le principe de cette exposition universelle. Nous sommes moins précis dans le lieu mais soutenons néanmoins le v?u.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Monsieur Jérôme DUBUS ?

M. Jérôme DUBUS. - Lorsque Paris a présenté sa candidature à l?organisation des Jeux Olympiques de 2012 vous n?aviez pas ces pudeurs vis-à-vis des habitants.

C?est justement parce que la candidature de Paris a été présentée que l?affaire des Batignolles a démarré. Je ne vois pas pourquoi ce qui était bon pour les Batignolles est mauvais pour Bercy.

M. Jean-Pierre CAFFET. - C?est faux, cela avait commencé avant.

M. Jérôme DUBUS. - M. BROS nous a fait l?historique de l?exposition universelle à Paris, il pourra ajouter un chapitre malheureusement aujourd?hui, c?est que c?est une majorité de gauche qui a refusé ce formidable projet.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons au vote avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de voeu déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de voeu est repoussée.