Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif à la préservation de l’activité du cinéma “Le Denfert”.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2008


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 59 dans le fascicule, déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, relatif à la préservation de l?activité du cinéma ?Le Denfert?.

La parole est à M. Pierre CASTAGNOU.

M. Pierre CASTAGNOU, maire du 14e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Créé en 1930, le cinéma ?Le Denfert? est un des derniers cinémas indépendants du 14e. Classé Art et Essai, ce cinéma joue un rôle important dans la vie culturelle, non seulement du 14e mais aussi de la Capitale.

Cela est suffisamment connu pour que je n?aie pas à m?étendre sur la qualité de sa programmation s?adressant à un public varié, et sur l?importance de sa fréquentation : 1.000 entrées hebdomadaires pour une seule salle de 140 places.

L?existence de ce cinéma d?Art et Essai est menacée par une opération de mise en vente.

J?ajoute que l?ensemble immobilier concerné par cette mise en vente comprend, outre le cinéma, un restaurant, un petit hôtel servant en particulier à héberger les personnes placées par les services sociaux.

La menace qui pèse sur ce cinéma a suscité, à juste titre, une très forte inquiétude et une mobilisation à la hauteur de celle-ci. En quelques jours, une pétition pour sauver ?Le Denfert? a recueilli plus de 3.000 signatures.

Pour ma part, j?ai saisi le Maire de Paris, ainsi que son adjoint à la culture Christophe GIRARD, pour demander que la Ville puisse préempter cet ensemble avec un double objectif : préserver le cinéma et réaliser des logements sociaux dans cette partie de l?arrondissement où ceux-ci sont particulièrement rares.

C?est ce que vient de décider le Maire de Paris.

Je tiens donc, au nom de tous les élus du 14e, des habitants de mon arrondissement et plus largement, de tous les cinéphiles, à remercier M. le Maire de Paris, Mme Anne HIDALGO, M. Christophe GIRARD et M. Jean-Yves MANO qui ont contribué à ce que cette décision positive soit prise.

Je tiens à les remercier tout particulièrement pour leur extrême réactivité, car cette décision a été prise très rapidement. Une décision qui illustre particulièrement, je tiens à m?en réjouir, le volontarisme de la Ville et sa politique sociale et culturelle.

Je dirai, pour conclure, que c?est un excellent début de mandature, notamment pour le 14e.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, communiste, du Mouvement républicain et citoyen et ?Les Verts?).

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire du 14e arrondissement.

Se sont également inscrits M. René DUTREY et Mme Aline ARROUZE sur le sujet.

Ce n?est pas obligation, c?est ce qui est inscrit sur mon papier.

M. René DUTREY. - Je me réjouis de cette annonce qui est intervenue voici quelques jours.

L?incertitude, bien sûr, est de savoir si la préemption pourra réellement être faite, si le propriétaire ne va pas retirer. Il faut souhaiter que le propriétaire ne le retire pas.

L?autre point est un sujet connexe mais également extrêmement important : on se réjouit complètement de la préemption du ?Denfert?, mais il existe un hôtel sur cette parcelle, un hôtel meublé en relativement bon état, avec un fonds de commerce exploité.

Cela pose encore une fois la question de quel avenir pour les hôtels meublés à Paris et quel avenir pour cette offre de logements tampons qui permet à des gens qui arrivent dans la Capitale, quelquefois pour y travailler, de trouver un logement facilement. C?est un petit peu le premier stade du parcours logement.

Là, pour justifier la préemption, il faut faire du logement social, sinon juridiquement cette histoire ne serait pas totalement bien ficelée, car justifier par la seule préemption d?un cinéma serait dangereux. Comment faire pour imaginer une offre de logement permettant à ces hôtels meublés de bonne qualité - je ne parle pas des hôtels meublés marchands de sommeil et autres -, de se maintenir dans la Capitale ? Les études de l?A.P.U.R. d?il y a trois ou quatre ans déjà soulignaient la disparition de plusieurs centaines d?hôtels meublés du fait du marché, de la spéculation.

C?est absolument essentiel dans un parcours logement qu?il y ait cette première marche qui n?est pas une résidence sociale ou quelque chose de plus rigide. Cela n?a pas à voir avec le sujet de la préemption du ?Denfert? qui est une bonne nouvelle mais il faut que nous réfléchissions à cette offre de logement tampon.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Madame Aline ARROUZE, vous avez la parole.

Mme Aline ARROUZE. - Je me réjouis de cette décision.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Pour la réponse, la parole est à M. Jean-Yves MANO puis à M. Christophe GIRARD.

M. Jean-Yves MANO, adjoint. - Avec M. le Maire du 14e, je me réjouis de l?opportunité qui s?est présentée à la Ville de Paris de préempter cette parcelle, mêlant à la fois une partie artistique et une partie de maintien de logement social de fait à travers l?hôtel meublé.

M. René DUTREY développe l?idée de la nécessité d?avoir sur le territoire parisien des structures de ce type qui soient maintenues, faisant partie de l?histoire même de Paris.

Je partage totalement cet avis, c?est pourquoi la Ville de Paris a lancé l?opération d?amélioration de l?habitat des hôtels meublés, qui est la garantie de voir perdurer sur le territoire parisien ce type de structures, utiles et indispensables à l?accès à la ville pour des populations venant intégrer soit notre pays soit notre ville capitale.

C?est pourquoi nous veillons au maintien de ces structures.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Je voudrais ajouter à ce qu?a dit Pierre CASTAGNOU que nous, à notre tour, le remercions ainsi que son adjointe à la culture Danièle POURTAUD d?avoir été si vigilants, ce sont vraiment des élus d?arrondissement remarquables, rapides et attentifs.

Je tiens également à saluer la diligence dont a fait preuve le nouvel adjoint aux finances, Bernard GAUDILLÈRE puisqu?il a signé hier la préemption.

Sauver un cinéma, c?est pour nous vital, et le faire le jour où Sydney Pollack disparaît y ajoute encore plus de sens. Voilà une belle libéralité qui allie culture et solidarité sociale, valeurs clairement de gauche sans ambiguïté aucune car, avoir dans un lieu où habiteront des personnes plus fragiles et plus modestes un lieu de culture lui-même fragile et qui se questionne, je crois que cela ressemble tout à fait au monde et à la ville dont on rêve, d?avoir des lieux, des salles de répétition, des petites salles d?exposition, des lieux de débat au milieu des habitations et sans séparer culture, vie, activité et économie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci, Christophe GIRARD, pour cette intervention émouvante.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, communiste, du Mouvement républicain et citoyen et ?Les Verts?).

Madame Hélène MACÉ de LÉPINAY, vous souhaitiez prendre la parole ?

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Je suis très étonnée que ce v?u soit mis au vote.

Pour le stade Suzanne Lenglen les choses étaient en cours, il fallait donc que nous retirions notre voeu. Là c?est un voeu déjà exaucé, nous en avons parlé pendant dix minutes.

Evidemment, si vous le maintenez, nous allons voter pour, mais je ne vois pas pourquoi nous votons pour des v?ux déjà exaucés.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Les occasions de voter ensemble ne sont pas si fréquentes, ne les boudons pas !

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2008, V. 38).