Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par M. Jacques BOUTAULT et les éluEs du groupe "Les Verts" relatif aux couloirs de bus et à la sécurité des cyclistes.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons à présent à l?examen de 13 v?ux, nos 62 à 73 et 69 bis qui ne se rattachent à aucun projet de délibération.

Tout d'abord, le voeu n° 62 du groupe "Les Verts" qui a trait aux couloirs de bus et à la sécurité des cyclistes.

La parole est à M. BOUTAULT, le maire du 2e arrondissement.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. Merci, Monsieur le Maire.

La mandature précédente avait commencé avec des couloirs de bus élargis à 4,50 mètres. Celle-ci démarre avec une signalisation inédite dans les couloirs de bus. C'est contre ce symbole qui, j'espère, ne sera pas représentatif de la politique qui va être suivie au cours de la mandature sur le déplacement vélo à Paris que le groupe "Les Verts" présente ce v?u.

Il faut dire que l'apparition de cette signalisation sur fond jaune représentant un cycliste barré d'une croix rouge a été faite sans concertation des associations cyclistes. Et probablement sous le coup de l'émotion, suite à l'accident grave survenu dans un couloir de bus qui a vu le décès d'une cycliste. Mais cette signalisation, plutôt que de protéger le cycliste, est, au contraire, vécue comme stigmatisante et fait d'une victime un coupable.

Car c'est bien pour permettre aux cyclistes de se déplacer dans des conditions de sécurité meilleures que les associations formulent régulièrement de nombreuses propositions en la matière, notamment la création de pistes cyclables et l'élargissement des couloirs de bus.

Le v?u demande à ce que cette signalisation redondante, qui est sur fond jaune donc, par définition du code de la route, une signalisation provisoire, soit enlevée au profit d'aménagements sécurisant ces usagers de la route qui ne génèrent aucune pollution et auxquels il faut plutôt faciliter les déplacements. Il faut encourager la pratique de ce mode de déplacement, alors que la Ville vote le Plan Climat et que nous sommes tous conscients des dégâts que font sur notre environnement des déplacements avec des engins à moteur.

Juste un exemple du côté un peu absurde de l'installation systématique de ces très désobligeants panneaux de signalisation : rue de Rohan, dans le 1er arrondissement, sur 10 mètres de couloir de bus, il y a une interdiction qui oblige le cycliste qui est sur la piste rue de Rivoli à faire près de 500 mètres de détour pour rejoindre l'avenue de l'Opéra, alors que ces simples 10 mètres lui permettent, en toute sécurité, le couloir étant très peu fréquenté, de rejoindre l'avenue de l'Opéra. Ce sont toutes ces installations que nous souhaitons voir réaménagées pour la promotion du déplacement vélo à Paris.

Merci pour votre attention.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je ferai juste une remarque avant de donner la parole à Mme LEPETIT : vous savez, Monsieur BOUTAULT, qu?il y a de bons cyclistes, de bons automobilistes, de mauvais cyclistes et de mauvais automobilistes et je crois qu?on ne peut pas faire des catégories aussi claires que cela.

Madame LEPETIT, vous avez la parole.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Je vais répondre à M. BOUTAULT et aux élus du groupe "Les Verts".

D'une certaine manière, d'ailleurs, en vous écoutant attentivement, Monsieur BOUTAULT, vous avez en partie répondu à votre propre voeu dans la mesure où vous avez dit que ces panneaux, pour un certain nombre d'entre eux, étaient une signalisation provisoire, ce qui est le cas.

Mais je ne peux pas, bien évidemment, ratifier votre v?u dans la mesure où vous souhaitez que nous retirions d'abord les panneaux et que nous puissions ouvrir davantage de couloirs de bus après.

J'ai choisi une autre méthode, mais je ne l'ai pas choisie comme cela parce que cela m'est venu un beau matin en me levant. Tout simplement parce que, suite à un dramatique accident auquel vous avez d?ailleurs fait allusion, les services de la Ville ont fait installer ces panneaux après, bien évidemment, que nous ayons eu une discussion avec les services de la Préfecture de police, avec la R.A.T.P. Après cet accident, nous avons - je dis un nous collectif, les Parisiens dans leur ensemble, mais particulièrement les cyclistes - découvert qu'il existait des couloirs de bus qui n'étaient pas autorisés aux cyclistes et qu'il y en avait au total 58 kilomètres sur les 190 aménagés. Nous ne pouvions pas faire semblant de l'ignorer.

En matière de signalisation, ce sont d?ailleurs les couloirs autorisés qui sont signalés par un petit panneau bleu avec un vélo sous le panneau de bus. Chacun pensait que tous les couloirs de bus étaient ouverts, ce qui est logique puisque lors de la précédente mandature, c'est comme cela que la Ville, et elle a bien fait, a travaillé.

Après cet accident, j'ai tout de suite pris l'initiative de relancer un groupe de travail qui existait déjà, groupe de travail qui justement travaillait, mais avait arrêté ses réflexions depuis juin 2007, notamment celles qui permettaient d'ouvrir davantage de couloirs de bus.

Nous avons décidé de prendre nos responsabilités, les uns et les autres, et de mieux signifier aux cyclistes les couloirs qui étaient interdits. Je vous rappelle, et je ne suis pas d'accord avec votre v?u, que le fait que ces panneaux sont sans valeur réglementaire n'est pas exact puisque je précise qu'ils ont reçus l'aval de la Préfecture de police et qu'ils ne constituent en rien une information redondante. Justement, s'ils constituaient une information redondante, nous n'aurions pas été obligés de les mettre pour indiquer - c'est leur utilité - les couloirs autorisés et ceux qui ne le sont pas.

Enfin, c'est l'information essentielle, il est bien question de poursuivre notre politique d'aménagements cyclables, et notamment à l'intérieur des couloirs de bus, car vous avez raison, comme vous l'écrivez dans votre v?u, toutes les études et enquêtes qui ont été menées le prouvent : ce sont dans les couloirs de bus que les cyclistes sont le plus en sécurité. Faut-il aussi que ces couloirs de bus soient suffisamment larges ou aménagés pour qu'un bus puisse doubler un cycliste.

C'est la raison pour laquelle nous avons décidé, dans le cadre de notre groupe de travail avec la Préfecture et la R.A.T.P., que d'ici la fin du mois, il pourra y avoir un arrêté commun signé par le Maire de Paris et par le Préfet de police pour ouvrir 27 kilomètres de couloirs de bus aux cyclistes. Nous allons parallèlement étudier les autres, je pense notamment à 18 kilomètres de couloirs de bus ne disposant pas de marge de sécurité nécessaire, qui demandent des études techniques avant d'envisager leur ouverture. Je pense qu'il est essentiel que nous puissions travailler en ce sens.

Certes, ce ne sont pas des panneaux qui vont stopper les accidents dramatiques et les accidents qui touchent les plus fragiles. Je pense aux cyclistes, mais je pense aussi aux piétons puisque encore récemment, un piéton a trouvé la mort suite à un choc avec un poids lourd. Je n'ai pas les conclusions de l'enquête et je n'interviendrai pas sur ce fait.

En tout cas, je voulais que vous sachiez que notre état d'esprit est que les cyclistes puissent circuler dans de meilleures conditions et que chacun des usagers, comme le disait d'ailleurs très bien le Président de séance, respecte les autres et apprenne à partager l'espace public.

Je souhaiterais que M. BOUTAULT et les élus "Verts" puissent retirer ce v?u compte tenu des explications que je leur ai données.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - On a deux demandes de parole : Mme DOUVIN pour une explication de vote et M. BOUTAULT.

En tout cas, en tant que "vélibriste" assidu, comme beaucoup de mes collègues du Conseil de Paris, j'apprécie que vous vous préoccupiez de notre sécurité.

Monsieur BOUTAULT, vous avez la parole.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. J'ai une proposition à faire à Annick LEPETIT, c'est de supprimer le dernier paragraphe du v?u, parce que j'ai bien compris que c'était celui qui lui posait le plus de problèmes, c'est-à-dire rappelant que les panneaux, étant réglementaires, doivent être retirés. En revanche, les deux premiers considérants vont dans le sens de ce qu'elle a préconisé, c'est-à-dire demandant que le Comité parisien pour le vélo se réunisse pour se concerter rapidement. Et puis, Mme l'Adjointe a proposé qu'un calendrier d'ouverture des pistes cyclables et d'aménagement puisse être mis en place au cours de l'année 2009.

Je pense que ces deux points étant votables, je lui propose de voter le v?u en maintenant ces deux points, auquel cas, je le maintiendrai.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Mme LEPETIT et ensuite, Mme DOUVIN.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Mme DOUVIN d?abord peut-être, je répondrai ensuite.

Mme Laurence DOUVIN. - Je veux bien, mais je ne trouve pas cela très logique que j'intervienne maintenant, parce que l'explication de vote que je fais dépend de la réponse que Mme LEPETIT veut faire.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Mme LEPETIT et ensuite, Mme DOUVIN.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Je souhaiterais répondre à M. BOUTAULT qui, visiblement n'a pas tout entendu de ce que j'ai dit, alors que j'ai été pourtant longue et je suis rentrée dans le détail. Ce que vous demandez dans le premier paragraphe du v?u en lui-même est déjà fait, puisque nous avons consulté avant même de mettre les panneaux. Vous auriez pu me reprocher de ne pas consulter avant, mais cela a été fait.

Nous allons continuer bien évidemment à travailler avec le comité vélo pour la suite, et d'autre part, en matière de calendrier, je redis ce que j'ai dit tout à l'heure. D'ici la fin du mois, il y aura un arrêté conjoint du Maire de Paris et du Préfet de police pour l'ouverture de couloirs de bus supplémentaires. Et nous continuerons à travailler.

Je suis prête à venir devant le groupe des élus "Verts" pour que nous en parlions ensemble, et entendre toutes les propositions, dès lors qu'elles sont positives. Encore une fois nous suivions une méthode qui me semble être la bonne, compte tenu des négociations que nous avons avec la Préfecture de police et la R.A.T.P. Un certain nombre de chauffeurs - je ne porterai pas de jugement - ont été choqués par la manière dont ils ont été traités dans la presse au mois de mai dernier à la suite de l'accident rue La Fayette.

Tout cela se prépare, s'anticipe, et l'objectif que nous avons, et vous aussi, Monsieur BOUTAULT, est d'ouvrir davantage de couloirs de bus. Poursuivons cet objectif, mais acceptez ma méthode.

Merci.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je précise qu'il s'agit d'un arrêté de la Préfecture de police et non pas d'un décret.

Mme DOUVIN a la parole.

Mme Laurence DOUVIN. - Une explication de vote de notre groupe. Nous voterons contre ce v?u parce que pour nous, l'objectif prioritaire est la sécurité des cyclistes et tel ne nous semble pas être véritablement celui du v?u, qui parle de panneaux stigmatisants. Ils ne sont pas stigmatisants pour nous, mais sécurisants, tout simplement parce que la plupart des cyclistes ne savent pas quels couloirs leur sont ouverts ou non.

Sinon, je suis tout à fait en accord avec un bon nombre des arguments évoqués par Mme LEPETIT, et je rappellerai que nous nous prononçons de préférence en faveur de bandes ou de pistes cyclables où ces problèmes de sécurité ne se posent pas de la même manière.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, le voeu assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le voeu est rejeté.