Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif aux fermetures de classes prévues à la rentrée scolaire 2008.

Déliberation/ Conseil municipal/ Juin 2008 [2008 V. 84]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville

et transmise au représentant de l?Etat le 30 juin 2008.

Reçue par le représentant de l?Etat le 30 juin 2008.

 

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

La réforme de la carte scolaire présentée lors du Conseil départemental de l?Education nationale (CDEN) du 11 juin prévoit la fermeture de 43 classes contre 37 ouvertures dans le premier degré pour la rentrée 2008 à Paris. A cela s?ajoute la fermeture de 5 classes de soutien à la lecture et de 4 classes d?initiation (CLIN) destinées aux enfants néo-arrivants non francophones.

Ces fermetures sont d?autant plus inquiétantes qu?elles touchent particulièrement les quartiers de Paris à la sociologie la moins favorisée. Au total, 17 classes en zones d?éducation prioritaire vont être fermées.

Ces fermetures apparaissent totalement inacceptables car elles ne sont justifiées que par l?application stricte de critères (notamment du nombre d?élèves par classe) ne prenant pas en compte la réalité sociologique des écoles concernées.

Les difficultés d?accueil en maternelle surchargent les crèches et les jardins d?enfants, contraignant en outre les parents à se retourner vers d?autres modes de garde, souvent coûteux et parfois de qualité discutable.

Les RASED qui ont pour mission de fournir des aides spécialisées à des élèves en difficulté dans les classes ordinaires, en coopération avec les enseignants de ces classes, ou hors de ces classes, voient leurs moyens financiers et humains être considérablement diminués.

Alors que le gouvernement soutien qu?il faut donner des moyens aux élèves, notamment les plus en difficultés, ces fermetures de classes ne sont pas admissibles. Supprimer des moyens à certaines écoles avec l?objectif de combler les manques d?autres écoles, au prétexte d?une meilleure ?maîtrise des dépenses de l?Etat?, relève du principe du nivellement par le bas qui ne peut être accepté.

C?est pourquoi, sur la proposition de M. Jacques BOUTAULT et des élu(e)s du groupe Les Verts,

Emet le voeu que :

-M. le Maire de Paris intervienne auprès du Ministre del?Education nationale, pour demander la remise en question du projet de carte scolaire parisienne.

-M. le Maire de Paris mette tout en ?uvre afin que le planproposé sur Paris prévoit autant d?ouverture que de fermeture de classe.