Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DAC 160 - Signature d'un avenant à la convention passée avec l'association "Théâtre Silvia Monfort" (15e), pour l'attribution du solde de la subvention de fonctionnement. - Montant : 450.000 euros. - Signature d'une convention pour l'attribution d'une subvention d'équipement. - Montant : 20.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY est inscrite sur le projet DAC 160.

Madame, vous avez la parole.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Mes chers collègues, Monsieur le Maire, vous connaissez tous, bien entendu, le théâtre "Silvia Monfort", situé au Sud de Paris, en bordure de la Petite Ceinture et au bout du parc Georges Brassens. Ce grand théâtre, construit par Claude Parent, a été initié par la Ville de Paris, qui souhaitait donner un lieu à la grande tragédienne Silvia Monfort. Le théâtre a été inauguré en 1992, presque un an après la mort de Silvia Monfort et a, dès l'origine, été géré par l'association "Théâtre Silvia Monfort" constituée en décembre 1991 sous la seule tutelle de la Ville de Paris.

Si je fais ce rapide historique, Monsieur GIRARD, ce n'est pas pour vous apprendre quelque chose, mais c'est pour contredire un de nos collègues, élu du 15e arrondissement, qui persiste à parler de scène nationale pour notre théâtre du 15e arrondissement. Je vais encore une fois souligner qu'il est absolument anormal qu'aucun élu de la majorité du 15e ne siège dans son conseil d'administration : ni son maire, ni l'adjoint à la culture n?ont même une voix consultative au conseil, auquel siègent deux conseillers de Paris : Mme HIDALGO et M. DARGENT.

A l'heure où un nouveau président, M. Bernard LATARJET, arrive à sa tête, il me paraîtrait juste qu'un élu de notre majorité du 15e puisse participer aux travaux du Conseil de ce lieu municipal très ancré dans son quartier.

Je vous rappelle le remarquable travail que Régis SANTON et son équipe mènent avec les associations de handicapés, de jeunes, de riverains, le C.A.S. du 15e, le collège Modigliani, etc. Le théâtre Silvia Monfort, s'il rayonne largement, est un des lieux précieux de la culture du 15e arrondissement. Vous venez de faire entrer à son Conseil d'administration l'ancien adjoint à la culture du 13e arrondissement. Ne croyez-vous pas, Monsieur le Maire, que vous pourriez faire un effort - un tout petit effort - pour que la majorité du 15e soit démocratiquement représentée dans son Conseil et puisse donc être associée à son avenir ?

Bien sûr, Monsieur le Maire, nous voterons cette subvention indispensable à la vie du théâtre Silvia Monfort qui, je veux le souligner, a accueilli pendant la dernière saison plus de 44.000 spectateurs. Cette subvention est bien utile et bien utilisée ; les élus du 15e, en tout cas, peuvent en témoigner.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci, Madame.

La parole est à Christophe GIRARD, pour vous répondre.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - D?abord, je voudrais quand même vous dire ceci, et M. GOUJON, je pense, en conviendra : je suis l'adjoint à la culture de la Ville de Paris pour tous les arrondissements. Par définition, je suis donc votre adjoint.

Donc, acceptez que lorsque quelque chose se passe dans le 15e et que l?adjoint à la culture débat et échange avec vous, il soit votre adjoint. Je suis aussi à votre disposition, à égalité avec tous les autres arrondissements. Que Mme HIDALGO et M. DARGENT siègent?, ils font partie de la majorité municipale : c'est logique et cohérent.

Le théâtre Silvia Monfort n'est pas qu'un théâtre d'arrondissement. Il est vrai que nous y apportons un soin particulier pour le 15e arrondissement, mais au-delà du 15e arrondissement, voire au-delà du périphérique d'ailleurs.

Ils sont élus du 15e, ils sont dans la majorité municipale à Paris et je crois qu'ils défendent bien les intérêts du 15e, mais je vous vois volontiers sur ce sujet ; nous l'avons d?ailleurs fait à 16 heures dans mon bureau.

Vous savez que les Conseils d'administration ont besoin d'un renouvellement, comme toutes les directions de théâtres ou d'établissements, de musées et de se féminiser ; il est sain que les gens ne soient pas en poste définitivement jusqu'à leur retraite ou à leur mort.

Mme ZANA-VICTOR, dont vous parlez, fut adjointe à la culture du 13e. Elle n?est plus élue, et c'est une femme d'expérience, une grande dame qui a une formidable relation à la culture et à l'Italie en particulier, elle a des réseaux, elle est aimée des artistes, et je trouve qu'il était dommage que l'on abandonne une personnalité ou un talent et lorsqu'il y a une place pour une femme, de surcroît dans un Conseil d'administration?

Je vous signale que le renouvellement a été marqué non seulement par l?arrivée de Mme ZANA-VICTOR, ancienne élue à la culture, mais aussi de Mme Stéphanie AUBIN, de Reims, qui est une grande personnalité de la culture, de Mme Nicole GAUTIER, qui dirigea le théâtre de la cité internationale et de M. LATARJET, dont vous connaissez tous les talents, car l'ancien ministre de la Culture, le vôtre, lui avait même confié récemment une mission d'études. Donc, nous faisons large dans les sensibilités.

M. Philippe GOUJON. - Sauf pour les élus !

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Ne soyez pas impatients ! Votre tour viendra !

Alors, ce projet de délibération concerne le complément d'acompte voté en décembre 2007 et fixe le montant global...

Comme je le disais, il est sain de renouveler les directions. Regardez ce qui s'est passé au Théâtre du Châtelet : M. BROSSMAN est parti, et M. CHOPLIN est arrivé. Le théâtre connaît une nouvelle époque, et c?est bien ainsi. Gérard VIOLETTE a quitté le Théâtre de la Ville, Emmanuel DEMARCY-MOTA est arrivé et il démarre en flèche. Au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris, Mme PAGÉ est partie et M. HERGOTT est arrivé avec des expositions remarquables.

Pour les théâtres, c?est la même chose, il y a un renouvellement, et cela est nécessaire. Quand on est à la tête d'un théâtre depuis 1992, rien de choquant que l'on puisse à un moment donné envisager de discuter avec tel ou tel directeur, du remplacement ou de la modification de ce théâtre et de son projet.

Je n'en dirai pas plus.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 160.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DAC 160).