Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DEVE 137 - Approbation du principe et des modalités d'attribution du marché de nettoyage des sanitaires publics implantés dans les espaces verts et les cimetières parisiens. Voeu déposé par Mme Fabienne GASNIER et les membres du groupe Centre et Indépendants relatif à la sécurité des sanitaires publics implantés dans les espaces verts.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je passe au projet de délibération DEVE 137 sur lequel le groupe Centre et Indépendants a déposé le v?u 75 : approbation du principe et des modalités d'attribution du marché de nettoyage des sanitaires publics implantés dans les espaces verts et les cimetières parisiens.

Je donne la parole à Mme Fabienne GASNIER.

Mme Fabienne GASNIER. - La Ville de Paris connaît une augmentation du nombre de ses espaces verts, et donc de ses surfaces à entretenir, et une diversification des services qui peuvent y être rendus, comme la mise en place du tri sélectif, le wifi, et aussi l'implantation de toilettes publiques automatiques, autonettoyantes, sur certains sites. Si l?on ne peut bien entendu que se féliciter de ces nouvelles réalisations ainsi que de l'augmentation du nombre de ces espaces verts et de leur fréquentation, on ne peut que déplorer le manque d'effectifs de surveillance dans ces mêmes espaces. En effet, les effectifs des espaces verts sont à effectif constant et uniquement redéployés malgré cette augmentation des espaces verts, ce qui pose réellement un problème.

Cela pose la question de la surveillance, notamment celle des toilettes publiques autonettoyantes, même si ce n'est pas, bien sûr, la tâche essentielle des agents de surveillance. Nous avons récemment connu des problèmes de sécurité avec ces toilettes automatiques dans un square du 13e arrondissement.

C'est pourquoi nous émettons le v?u d'une augmentation du nombre des agents d'accueil et de surveillance en poste fixe, je le précise bien, pour une présence de proximité face aux problèmes et aux difficultés liés au développement de ces nouveaux services qui sont rendus au public dans les espaces verts, et en particulier, ceux des toilettes publiques autonettoyantes.

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci, Madame GASNIER.

Pour vous répondre, Mme GIBOUDEAUX.

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe, au nom de la 4e Commission. - Deux questions sont posées dans ce v?u.

D?abord, la question de la surveillance des espaces verts par les agents d'accueil et de sécurité qui, aujourd'hui, effectuent des rondes dans plusieurs jardins sur un secteur donné en fonction des besoins exprimés dans certains espaces verts et aussi en fonction des saisons et de la fréquentation des jardins. C?est un mode d'organisation adopté depuis de nombreuses années, et nous ne souhaitons pas revenir à un mode de gestion avec poste fixe pour les agents d'accueil et de sécurité.

Néanmoins, nous avons bien conscience qu'il y a une demande de plus en plus forte et de plus en plus d'usagers de jardin ; nous nous en félicitons, mais cela pose aussi la question des rapports entre les agents d'accueil et de sécurité et le public. Un gros travail de formation est engagé depuis des années et nous allons le poursuivre intensément pour que les agents d?accueil soient mieux formés à ces nouveaux usages des jardins, et aussi soient plus à même de répondre à différentes problématiques qu'il peut y avoir dans les jardins. C'est le premier volet de réponse.

Sur les toilettes, je constate effectivement qu'il faudrait installer encore plus de toilettes dans les jardins existants. Dans les nouveaux jardins on le fait systématiquement et dans les jardins existants on a aujourd'hui un programme de quatre à cinq implantations supplémentaires au niveau annuel.

J'ai demandé au P.I.P.P. que l'on passe à dix installations annuelles possibles dans les jardins existants pour améliorer l'hygiène. Je pense qu'on a encore des progrès à faire dans ce domaine.

Quant à l'incident qui a eu lieu dans le 13e arrondissement, il faut savoir qu'avant cet incident, que je regrette mais qui n'a pas eu de conséquences graves heureusement, on n'a pas eu de problème avec ces toilettes automatiques. Elles ont été testées et sont en usage dans d'autres villes. C'est vraiment un incident qui a été pointé par la presse mais qui ne se répète pas de façon régulière.

On a néanmoins demandé une expertise afin de savoir vraiment ce qui s'était passé pour éviter qu'un nouvel incident se renouvelle. Il n'y a néanmoins pas lieu aujourd'hui de créer une disposition spéciale sur ces types de toilettes.

En réponse, je ne peux pas accepter le v?u tel qu'il est proposé par Mme GASNIER parce qu'on n'est pas du tout dans l'optique de changer le mode de fonctionnement des agents d'accueil et de sécurité.

On fait un véritable effort pour améliorer l'hygiène et l'installation de toilettes dans les jardins existants et les nouveaux jardins.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Bien. Avis défavorable de l'Exécutif. Maintenez-vous ce v?u ?

Mme Fabienne GASNIER. - Je le maintiens parce qu'il s'agit de pointer du doigt le manque d'effectifs en général et d'agents de surveillance en particulier. Il n'y a eu que 12 postes de créés au dernier budget sur plus de 30 hectares créés lors de la dernière mandature.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je mets tout d'abord aux voix, à main levée, le v?u assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est rejeté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 137.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DEVE 137).

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Comme il y a peu d'élus en séance, je vous demande d'être très attentifs au vote pour être certain qu'une majorité franche se dégage.