Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DVD 168 - Signature d'un avenant n° 2 à la convention de concession signée avec la Société Auxiliaire de Parcs de la Région parisienne pour proroger de 9 mois la concession du parc de stationnement "Passy" (16e).

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons, mes chers collègues, au projet de délibération DVD 168 : signature d'un avenant n° 2 à la convention de concession signée avec la Société Auxiliaire de Parcs de la Région parisienne pour proroger de neuf mois la concession du parc de stationnement "Passy" dans le 16e.

Madame DOUVIN, vous avez la parole.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.

J'ai été extrêmement étonnée de constater le retard apporté au renouvellement de cette concession. En effet, les travaux de rénovation de l'escalier et la création d'un ascenseur pour les personnes à mobilité réduite étaient annoncés depuis bien longtemps et auraient dû donc amener à entamer la procédure sans attendre l'expiration de l'échéance de la concession. Or, cette expiration est fixée au 1er octobre, c'est-à-dire quasiment demain.

Je dois dire que j'ai été assez surprise quand j'ai entendu répondre que les services en charge de cette question avaient pris un an de retard en raison des longueurs de la procédure or, celles-ci n'ont pas changé - et surtout d'un manque d'effectifs internes.

Il a également été ajouté que le présent projet de délibération n'était et ne serait pas le seul à enregistrer des retards pour les mêmes causes. J'entends mon excellent collègue le maire du 8e approuver derrière et me dire que ce n'est pas le seul cas qui est à soulever.

Je me tourne donc vers vous, Monsieur le Maire. Cette situation montre, me semble-t-il, le peu de place que vous accordez au stationnement en sous-sol. Elle montre bien le peu de souci que vous avez des utilisateurs de ces parcs, qu'ils soient résidentiels ou non. Elle montre bien, enfin, le peu de cas de la part que l'existence de ces parcs apporte à la vitalité économique de la Ville.

C'est pourquoi, à l'occasion de ce nouveau projet de délibération, nous vous demandons si lors de cette nouvelle mandature, vous avez l'intention de remédier à cette situation au niveau du service de la voirie de manière à ce qu'il n'y ait plus de retard et qu'on puisse même rattraper les retards et si, plus largement, vous allez vous décider à prendre en compte, sans idéologie et avec pragmatisme, l'étude fine et localisée des besoins de stationnement souterrain et si vous êtes également décidé à vous donner les moyens d?y répondre, sans pour autant créer un appel d'air dont nous ne voulons ni les uns, ni les autres, mais en effectuant des choix porteurs pour la communauté parisienne.

Merci.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Vous connaissez, Madame DOUVIN, notre attachement à l'économie et à l'entreprise.

Je donne la parole à Mme LEPETIT.

Mme Annick LEPETIT, adjointe, au nom de la 3e Commission. - Compte tenu des questions de Mme DOUVIN, j'ai envie de lui répondre que la réponse est oui.

Vous le savez, Madame, l'anticipation est la règle en la matière. Celle-ci n'est malheureusement pas toujours possible et il est clair qu'il faut 18 mois pour assurer une continuité entre deux D.S.P. On en a parlé lors de la 3e Commission et je ne vais pas revenir sur ce qui vous a été dit. Il est évident que la procédure de D.S.P. nécessite une forte anticipation et qu'il faut, bien évidemment, l'appréhender.

J'ai demandé moi-même aux services de la D.V.D. de veiller à limiter le nombre d'avenants. Nous en aurons d'autres dans les mois qui viennent, puisque le retard a été pris sur l'ensemble.

Je tiens quand même à préciser, parce que cela a été pour moi-même une interrogation, que les avenants de prolongation ne sont jamais motivés par des demandes provenant des concessionnaires, mais pour des motifs qui tiennent à des aléas de procédure ou à un problème local.

En tout cas, bien sûr, je prends cet engagement devant le Conseil, mais je pense qu'il va falloir attendre le début de l'année prochaine pour que nous soyons en règle et que nous évitions systématiquement la multiplication des avenants.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci de votre clarté et de votre engagement.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 168.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DVD 168).