Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par M. François LEBEL, Mme Martine MERIGOT de TREIGNY et les élus du groupe U.M.P.P.A. relatif à la fermeture du jardin Salomon de Rothschild.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons au v?u n° 77 du groupe U.M.P.P.A. concernant la fermeture du jardin Salomon de Rothschild dans le 8e arrondissement.

La parole est naturellement au maire du 8e arrondissement, M. François LEBEL.

M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Tout le monde connaît je pense l'hôtel Salomon de Rothschild dont le jardin a été, depuis dix ans, concédé à la Ville de Paris moyennant la remise en état de l'ensemble des plantations et des arbres.

La Ville a investi pendant dix ans 700.000 euros pour remettre ce jardin à niveau, moyennant quoi le public y était accepté.

Aujourd'hui, les travaux ayant été faits par la Ville et le contrat étant terminé, le propriétaire du jardin veut le reprendre pour son usage exclusif et en faire un jardin privatif.

Ce faisant, les 4.000 mètres carrés qui constituent l'un des rares îlots de verdure existant dans ce quartier de Paris seraient définitivement retirés à l'usage du public.

Depuis plusieurs mois semble-t-il, il y a des négociations entre le propriétaire, la fondation Rothschild et la Ville.

Ces négociations n'ont pas encore abouti. Au cours de son compte rendu de mandat, le Maire de Paris a assuré au 8e arrondissement qu'il étudiait la question, que des négociations allaient reprendre. Je souhaiterais obtenir de la part de l'adjointe compétente l'état de ces négociations et souhaiterais savoir si la Ville réussira vraiment à empêcher que, pour la première fois depuis très longtemps, un espace vert ouvert au public lui soit finalement retiré.

Je souhaiterais que Mme GIBOUDEAUX puisse nous dire la bonne nouvelle que la Ville a fait un petit effort et que, pour quelques années supplémentaires, la convention entre la Ville et le propriétaire du jardin puisse ainsi être signée et que les habitants puissent à nouveau bénéficier de cet espace de verdure.

Je remercie Mme GIBOUDEAUX de bien vouloir me dire où en est cette affaire.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Avant de donner la parole à Mme GIBOUDEAUX, permettez-moi juste d'apporter un élément d'histoire qui concerne ce lieu et qui est très peu mentionné lorsqu'on parle de la Fondation : c'est que le Centre national de la photographie qui siégea donc dans l'hôtel de Rothschild, a, voici quelques années, déménagé pour s'installer dans les Tuileries, au Jeu de Paume, et je pense que ce lieu a perdu ce jour-là un centre d'intérêt majeur, lorsque l'Etat a fait ce choix.

Madame GIBOUDEAUX ?

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Sur la forme du v?u, je voudrais quand même faire une remarque parce que M. LEBEL semble ne pas être informé des démarches qui sont entreprises entre la Ville et la Fondation. Je suis un peu étonnée parce que je l'ai personnellement tenu au courant des démarches que nous menons avec la Fondation. Et la dernière démarche que nous avons menée, c?est la visite du jardin avec le directeur, M. ALAUX, de la Fondation et j'avais prévenu M. LEBEL et son directeur de cabinet était présent à cette réunion. Donc, je pense que, sur ce dossier, nous travaillons vraiment en toute transparence, avec la mairie du 8e arrondissement.

Dans la formulation du v?u, je tenais à le dire tout de suite, je ne peux pas accepter de donner un avis positif sur un v?u pour rétablir le dialogue, alors que nous avons rétabli le dialogue depuis plus d'un mois.

Dans la forme du v?u?

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Attendez, Monsieur LEBEL !

Pour le bon déroulement des débats, je crois que tout le monde est de bonne foi. En effet, M. LEBEL est tout à fait informé, puisque lors du compte rendu de mandat du Maire de Paris dans le 8e, auquel nous assistions, François LEBEL et le Maire de Paris, dans un duo historique, ont partagé la préoccupation d'intérêt général pour la Ville de Paris de tout faire afin que ce dossier aboutisse, le Maire a d?ailleurs encouragé et félicité Mme GIBOUDEAUX de mener ce travail de concertation parfaitement, donc n'y ne revenons pas, et ne faisons pas de polémique.

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Donc ce travail de concertation? Non, on ne va pas rouvrir la polémique.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Madame GIBOUDEAUX, pas de polémique, mais simplement?

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - C?est sur la forme, je ne peux pas accepter le v?u tel qu'il est rédigé.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Allons-y, soyons constructifs pour l?ensemble de nos collègues.

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Je souhaitais le dire au début.

Nous avons repris le dialogue ; cela a même fait l'objet de communiqués de presse de la part de la Ville pour informer aussi les Parisiennes et les Parisiens qui sont concernés par cette fermeture.

Nous regrettons que la Fondation n'ait pas souhaité reconduire la convention telle qu'elle avait été actée en 1998, qui permettait de rendre public ce jardin sous condition que la Ville entretienne et assure le gardiennage de ce jardin. Nous aurions souhaité reconduire cette convention.

La Fondation aujourd'hui a de nouveaux projets dont elle a fait part et elle a précisé d'ailleurs ses souhaits lors de la réunion qui a eu lieu dans le jardin. J'en ai fait part aussi à mon collègue Christophe GIRARD, car il s'agit de projets culturels et je n'ai pas compétence à répondre sur la validité du projet culturel de la Fondation et de la relation qu'elle a avec la Mairie de Paris. Nous nous en sommes entretenus à ce sujet.

C'est sur de nouvelles bases que la Fondation souhaite rouvrir le jardin.

Nous examinons ces demandes et nous allons apporter une réponse rapidement, car la Fondation réunit son Conseil d'administration en novembre. Pour nous, c'est la date butoir à laquelle il va falloir remettre une proposition, afin de pouvoir permettre la réouverture de ce jardin. J'y suis très attachée et je pense qu'il répond à de véritables besoins, à la fois pour les riverains et pour les personnes qui y travaillent. Il y a peu d'espaces verts dans ce secteur et c'est vraiment une volonté de notre part de trouver une issue à ce dossier.

Je vous rappelle que nous ne sommes pas propriétaires du terrain. C'est la Fondation qui en est propriétaire et qui prendra in fine la décision concernant ce jardin.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Quel est donc votre avis sur le v?u ?

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Défavorable.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Il est donc prématuré.

Ce v?u étant prématuré pour l'Exécutif, Monsieur LEBEL, vous souhaitez redire un mot ? Normalement, vous êtes tous intervenus.

Vraiment rapidement !

M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Je veux bien retirer ce v?u si Mme GIBOUDEAUX s'engage à me tenir précisément informé de la suite des événements, ce qui n'a pas totalement été le cas jusqu'à présent.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Elle fera très bien et encore mieux !

Allez-y, Madame GIBOUDEAUX !

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Je veux bien, mais nous vous informons de toutes les étapes, nous vous y associons ; vous étiez représenté la semaine dernière à la réunion qu'on a eue avec le directeur sur place. Je ne vois pas ce qu'on peut faire de plus ! Et on vous tiendra informé des propositions qui seront faites, évidemment.

M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - J'en prends acte et je retire mon v?u.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup. Voilà un v?u qui avait été écrit il y a 15 jours, avant cette grande concertation entre vous.