Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE et les élus du groupe U.M.P.P.A. pour le maintien de l'atelier de sculpture d'art figuratif de la rue Boulard dans le 14e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Le voeu n° 41 porte sur l'atelier de sculpture d'art figuratif de la rue Boulard dans le 14e arrondissement et Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE a la parole.

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Par ce v?u nous souhaitons attirer votre attention sur la situation des élèves sculpteurs du 40, rue Boulard dans le 14e arrondissement.

Leur atelier, un atelier de 125 mètres carrés qui existe depuis 25 ans, est menacé de déménagement forcé. On propose à ces élèves de s'installer à Montparnasse dans une salle de 30 mètres carrés qui n'est pas même assez grande pour contenir le matériel, sans parler des élèves.

Autant dire que si cette décision était confirmée, cela signifierait la fin des cours de sculpture dans le 14e arrondissement.

L'explication qui a été donnée est la nécessité de trouver un espace pour les cours d'art dramatique du Conservatoire.

Nous nous opposons à cette politique qui consiste à déshabiller Pierre pour habiller un tout petit peu Paul. Nous vous demandons vraiment de bien vouloir reconsidérer cette décision et de trouver une solution convenable, tant pour les élèves du Conservatoire que pour les élèves sculpteurs.

Pardonnez notre audace, Monsieur le Maire, mais soyons fous, on peut penser que dans le 14e arrondissement il peut y avoir à la fois des cours d'art dramatique et des cours de sculpture.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Christophe GIRARD pour vous répondre.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Là encore je pourrai refaire ma remarque précédente sur le changement, sur la réforme, sur le conservatisme.

D'ailleurs je vous signale, Madame CARRÈRE-GÉE, que déshabiller Paul pour habiller Jacques n'est pas toujours désagréable.

(Rires).

Pour répondre au besoin urgent de locaux supplémentaires pour le conservatoire Darius Milhaud dans le 14e, il a été proposé de procéder au déménagement de l'atelier de sculpture rue Boulard vers les ateliers du boulevard Montparnasse.

Quelle histoire !

Quelle histoire de déménager un petit atelier qui est en entresol avec peu de lumière et pas en très bon état pour le mettre au contraire à un étage supérieur au milieu d'autres sculptures, d'autres professeurs et d'autres élèves, avec de la lumière.

Franchement, je trouve sympathique que vous défendiez sans doute des gens très sympathiques que vous connaissez qui ne veulent pas faire quelques mètres pour aller boulevard du Montparnasse mais il semble urgent et nécessaire que le Maire du 14e et l'équipe municipale du 14e soient entendus sur leur besoin d'agrandir un Conservatoire qui en a grandement besoin quand on connaît le nombre d'enfants qui attendent pour s'inscrire dans les Conservatoires, devant le grand succès depuis que nous les avons réformés et que le quotient familial est pris en compte.

Je vous signale que ce déménagement se fera et qu'il est tout à fait légitime et respectable, il faudra accepter le changement, la réforme, l'amélioration des conditions de travail et la mutualisation des moyens aussi dans les Conservatoires et dans les ateliers.

La réforme c'est la vie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Avis défavorable donc ?

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Totalement.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Explication de vote de M. Sylvain GAREL, rapide s'il vous plaît.

M. Sylvain GAREL. - Je passe la parole à M. René DUTREY.

M. René DUTREY. - Très rapidement pour l'explication de vote car le groupe "Les Verts" va voter ce v?u sauf si M. GIRARD annonçait que?

En deux mots sur ce dossier, je crois que cette demande est tout à fait légitime.

Monsieur Christophe GIRARD, faire entrer un atelier de 100 mètres carrés dans 30 mètres carrés, cela pose problème.

L'ambiance est délétère localement. La D.A.C. a appelé les services de sécurité de la Ville qui viennent avec des matraques, qui ont changé les serrures de l'atelier, le matériel est en partie bloqué à l'intérieur.

Vraiment, vu que c'est une histoire de bons sens, il y a moyen de trouver des locaux pour faire de la sculpture et de trouver des locaux pour faire un cours d'art dramatique, d'organiser une petite table-ronde pour trouver une solution.

Une solution peut être trouvée, les 30 mètres carrés à Montparnasse ne sont pas la bonne solution, cela ne rentre pas, c'est physique car il y a beaucoup plus de matériels.

Essayons de trouver une solution calmement sur ce dossier. Le passage en force avec changement des serrures et envoi de la sécurité pourrait être évité. C'est plus sympathique de se mettre autour d'une table, de recevoir l'association et d'en discuter directement avec eux. Ce serait très bien.

Dans l'autre cas on votera le v?u et cela ne mènera nulle part.

Essayez de mettre plus le nez dans ce dossier pour essayer d'atténuer ces effets très négatifs.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - J'aime beaucoup M. René DUTREY mais il dit des choses fausses.

Il parle de 30 mètres carrés, mais il s'agit de 130 mètres carrés.

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Faux.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Je connais tout de même mieux le dossier que vous.

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Non.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - C'est extraordinaire ! Voilà des gens qui n'ont pas la responsabilité de la Délégation des Affaires culturelles qui connaîtraient mieux que moi le dossier.

Etes-vous allés voir boulevard Montparnasse la taille de l'espace qui sera dévolu ? Je n'en suis pas sûr.

Que vous vous mettiez d'accord, U.M.P.P.A. et Verts, c'est votre problème. Je sais qu'il n'y aura pas d'épreuve de force. Cela s'est fait dans la discussion.

Vous dites que je n'y ai pas mis mon nez, Monsieur DUTREY, mais j'y ai mis les pieds figurez-vous. J'y ai passé du temps. Je suis allé visiter les lieux avec Pierre CASTAGNOU et Danielle POURTAUD, j'ai rencontré des gens, j'ai vu exactement ce qui s'y passait.

Personne ne vient avec des matraques.

En effet, c'est vrai que ceux qui utilisent aujourd'hui le local ont changé les serrures la nuit, et cela ne me paraît pas convenable car c'est un local municipal.

Je demande à ceux qui occupent le lieu d'enlever les serrures qu'ils ont posées car c'est une infraction. Je demanderai au Préfet de police de veiller à ce que l'on ne fasse pas ce genre de choses dans les locaux de la Ville à l'insu de la collectivité publique.

Franchement, il n'y a pas de débat, il n'y a pas de problème, ce lieu déménagera mais dans la sérénité et la tranquillité, au bon moment sans dresser les gens les uns contre les autres.

Ce n'est pas quatre personnes qui feront la loi.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci de ces précisions.

Il n'est pas prévu, Madame, que vous puissiez réintervenir sauf si c'est pour retirer le voeu.

Un mot mais il faut que l'on avance.

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Je n'ai pas l'intention d'être longue ni polémique mais je regrette la façon dont vous abordez cette discussion, Monsieur GIRARD.

Il est extrêmement clair que ce qui est proposé aux élèves ce n'est pas un atelier de 125 mètres carrés inondé de lumière. Cela me rappelle les arguments des agents immobiliers lorsque je cherchais un studio quand j'étais étudiante.

C'est 30 mètres carrés au deuxième étage où l'on ne peut pas faire de sculpture. Il y a une proposition complémentaire de 35 mètres carrés, mais il s'agit d'y donner des cours de dessin, et entre le dessin et la sculpture il ne vous a pas échappé qu'il manque "juste" une dimension.

Merci.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - J'ai une suggestion à faire, comme visiblement vous ne parlez pas tout à fait avec les mêmes éléments, je pense qu'il serait bon de retirer le v?u pour vous laisser le temps les uns et les autres de rapprocher les points de vue.

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Nous demandons un réexamen du dossier et pour le favoriser nous voterons bien sûr ce v?u.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le voeu assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.

M. Sylvain GAREL. - Non ! Je demande que l'on recompte les votes.

Ce n'est pas du tout évident que le voeu est rejeté !

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Qui est pour l?adoption du v?u précédent ? 19 pour.

Qui est contre ? 33 contre.

Le v?u est rejeté.