Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, IV - Question d'actualité posée par le groupe Centre et Indépendants à M. le Maire de Paris relative à la culture cet été à Paris (acte 2).

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons à la question du groupe Centre et Indépendants.

Mme BRUNO a la parole.

Mme Catherine BRUNO. - Merci, Monsieur le Maire.

La question d'actualité que nous vous soumettons aujourd'hui vient en écho à celle formulée par notre président Yves POZZO di BORGO lors du dernier Conseil de juillet au nom du groupe Centre et Indépendants.

Nous vous interrogions alors sur la capacité de l'Exécutif parisien à répondre à la léthargie de Paris dans le domaine culturel pendant la période estivale.

A cette question, M. GIRARD avait répondu de manière polémique et caustique en énonçant une litanie d?activités culturelles - rappelez-vous le festival du hip-hop - subventionnées par la Ville de Paris durant l'été.

Force est de constater aujourd'hui que notre question était malheureusement fondée, à preuve la lecture de la presse de ces derniers jours qui situe notre Ville dans les plus mal classées en termes d'offres et d'activités culturelles pendant l'été.

En effet, Monsieur le Maire, il était inutile de nous répondre à cette question par une liste de manifestations ayant lieu essentiellement en juillet et pratiquement aucune en août, tant nous savons que Paris est reconnue en la matière.

Néanmoins, les résultats sont là, le compte n'y est pas. Vous nous reprochiez à mots couverts d'entretenir une vision soit élitiste, soit dépassée de l'art et de la culture dans Paris, au détriment d'activités plus populaires comme "Paris-Plage", qui d'ailleurs, marque encore un net recul de fréquentation cette année.

Mais là n'est pas la question.

L'attractivité de la France se voit confortée au moment où Marseille vient d'être désignée comme future capitale européenne de la culture. Or, nous sommes consternés de voir le manque de visibilité de Paris l'été autour de son patrimoine.

Que sont devenus les grands festivals d'été à Paris ? Pourquoi les théâtres sont-ils systématiquement fermés en été alors que les subventions qui leur sont allouées augmentent ? Quid de l?organisation de grandes expositions parisiennes ? Pourquoi laisser la Capitale internationale de la culture s?éteindre et vivre son hibernation annuelle en pleine période d'ouverture aux touristes étrangers ?

A l'heure où vous établissez votre bilan de mandat, il y a bien une promesse que vous avez tenue : celle de multiplier par deux le budget de la culture de la Ville de Paris. Si les chiffres y sont, Monsieur le Maire, les résultats se font encore attendre.

Certes, il existe des activités culturelles à Paris en été, mais rencontrent-elles un public, à l'instar d'événements comme la nuit des musées de Berlin en août dernier qui a rassemblé 227.000 visiteurs ?

Et contrairement à ce que vous nous affirmiez en juillet, faire de Paris un phare culturel en été n'enlèverait rien à l'attractivité des festivals des autres régions de France.

Paris doit être la vitrine culturelle française qui vient en appui à la réussite des festivals en région.

Monsieur le Maire, vos choix et vos moyens de communication sur les événements dans Paris l?été sont discutables. Il y a encore quelques années, les rues de la Capitale regorgeaient d'invitations à s'installer dans les parcs pour visionner les films en plein air, les théâtres offraient des programmations estivales originales.

Cette année, en tous les cas, dans toutes les manifestations, un recul s'est fait ressentir, d'où ce classement peu flatteur pour Paris.

Vous avez fait le choix, Monsieur le Maire, de confier dans le cadre démocratique du respect de l'opposition, la 9e Commission à une élue de notre groupe Centre et Indépendants. Vous savez combien Mme Geneviève BERTRAND prend à c?ur cette mission dans le cadre d'une opposition constructive. Notre collègue devrait avoir les moyens d'engager un véritable processus de réflexion avec l'Exécutif dans sa commission, car c'est dès à présent que la programmation culturelle de Paris pour l'année 2009 doit être envisagée : quelles activités pour quel public, avec quels moyens d'action et de communication ? Comment donner aux Parisiens qui ne partent pas en vacances la possibilité de s'enrichir culturellement dans leur ville ? Comment leur offrir des espaces de culture abordables et populaires, tout en donnant la vision d?une capitale dynamique, originale, à la hauteur de sa réputation, en un mot, culturellement vivante ?

M. LE MAIRE DE PARIS. - Chère Madame, vous avez fait le double du temps qui est prévu. Je ne sais pas pourquoi on fait des règlements.

La parole est à M. GIRARD, qui ne doublera pas son temps?

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Non.

Je suis très content, Monsieur le Maire, que vous ayez nommé Mme BERTRAND présidente de la 9e Commission et non Mme BRUNO. Excusez-moi, je n'y suis pour rien si dans le 15e, l?été, vous dormez. En tout cas, Paris est en vie et je vous recommande la lecture des magazines et des journaux internationaux qui parlent de la vitalité de Paris dans le domaine culturel. Peut-être qu?une traduction sera à votre disposition.

Comme je vous l'avais dit lors du Conseil de Paris de juillet - mais j?ai vu que les élus du 15e ont applaudi Mme BRUNO, donc je vois qu?il y a solidarité pour la torpeur dans le 15e -, qu'il s'agisse du cinéma, du théâtre, de la danse, des bibliothèques ou des musées, et j'associe bien sûr Colombe BROSSEL à ce travail, Paris est une ville foisonnante et enflammée l'été. Les manifestations culturelles intéressent les deux millions de Parisiens et touristes présents l'été.

La Ville apporte 800.000 euros de subvention à "Paris quartier d'été", festival pluridisciplinaire confirmé qui remporte un succès ; il a duré cinq semaines, 104 représentations se sont tenues et ont attiré plus de 63.000 visiteurs et spectateurs. Parmi ces spectateurs, 14.000 ont assisté à des spectacles payants et 49.000 à des spectacles gratuits.

Par ailleurs, l'été, Paris affirme son rôle de capitale du cinéma - Festival Paris Cinéma a proposé du 1er au 12 juillet plus de 300 films, des avant-premières, des rétrospectives ou des hommages pour cinq euros la séance rassemblant plus de

67.500 spectateurs, contre 66.000 en 2007.

Ce succès est d'autant plus remarquable que durant la première semaine de juillet, les salles parisiennes enregistraient une baisse générale de leur fréquentation.

L'opération "Cinéma au clair de lune" a rassemblé 40.000 spectateurs pour sa huitième édition, un chiffre supérieur à celui de l'année dernière.

Pour sa septième édition, l'opération "3 jours 3 euros", organisée depuis 2002 par la Ville de Paris, en collaboration avec la Fédération nationale des cinémas français, a attiré 320.000 spectateurs, Madame BRUNO, dans les salles parisiennes les 10, 11 et 12 août, des jours où vous étiez peut être sur la côte basque ou ailleurs, mais sûrement pas à Paris.

Concernant le spectacle vivant, je cite à nouveau l'excellente programmation du Tarmac de la Villette, seul théâtre français dédié à la francophonie, soutenu par la Ville de Paris à hauteur de 80.000 euros, les Etés de la danse au Grand Palais, du 21 juillet au 9 août, qui a réuni 25.000 personnes, le festival Paris hip-hop, du 23 juin au 6 juillet, troisième édition du festival, avec 30.000 personnes.

Côté musées, j'associe la délicieuse Colombe BROSSEL?

M. LE MAIRE DE PARIS. - Monsieur l?Adjoint, si vous lisez tout, on en a pour deux heures tellement on en fait !

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Vous m?avez dit trois minutes ; je suis à 1,5 minutes, Monsieur le Maire. Je veux la parité avec Mme BRUNO !

(Rires).

Cinq expositions temporaires étaient visibles en juillet et août et ont totalisé 300.000 visiteurs, ce qui était au-delà de nos prévisions : les Parisiennes de Kiraz à Carnavalet, 150.000 visiteurs, Bridget RILEY et Peter DOIG au musée d?Art moderne de la Ville de Paris, deux grands artistes internationaux, 30.000 visiteurs et 77.000 visiteurs, la Nuit espagnole au Petit Palais, 26.000 personnes, Alain SÉCHAS à Bourdelle, 15.000 personnes et je m'arrête là, la liste serait beaucoup plus longue.

Nous pouvons aussi évoquer les manifestations culturelles en associant notre collègue Fabienne GIBOUDEAUX dans les parcs et jardins : le festival musiques et jardins, avec 4.000 spectateurs dans le 18e arrondissement. Ce sont plus de 60 jeunes qui se sont inscrits aux ateliers mis en place au centre Fleury - Goutte-d'Or.

Nous pouvons également évoquer le dispositif bibliothèque hors les murs, qui a atteint le chiffre record de 5.300 participants contre 3.000 en 2007 ; 18 bibliothèques ont mené cette action et assuré 220 séances dans une vingtaine de squares et jardins.

Permettez-moi, Monsieur le Maire, mes chers collègues, de rendre hommage aux bibliothèques de la Ville de Paris, ainsi qu?aux bibliothécaires qui ne partent pas toujours en vacances l'été.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup.