Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, SGRI 51 - Signature d'une convention pour l'attribution d'une subvention au profit de l'association "Moto Action" pour son programme "Moto Action Sida, Campagne Cameroun 2008". - Montant : 35.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération SGRI 51. Je rappelle que nous sommes en 9e Commission. Il s'agit de la signature d'une convention pour l'attribution d'une subvention au profit de l'association "Moto Action" pour son programme "Moto Action Sida, Campagne Cameroun 2008" pour un montant de 35.000 euros.

La parole est à Sylvain GAREL, pour le groupe "Les Verts".

M. Sylvain GAREL. - Merci, Monsieur le Maire.

Tous les gens qui siègent au sein de l'Assemblée, tout au moins ceux qui étaient là lors de la précédente mandature savent combien la lutte contre le Sida en Afrique m?est chère. Ce qui nous a choqué dans ce projet de délibération, c'est son titre. C'est une association qui utilise l?attrait supposé des Africains pour la moto pour lutter contre le Sida. Peut-être que cette association fait des choses très bien - c'est apparemment le cas mais nous ne sommes pas certains que la promotion des véhicules à moteur à explosion dans la situation environnementale dans laquelle nous nous trouvons soit la bonne méthode.

Donc, nous allons nous abstenir sur ce projet de délibération, mais nous voulons attirer l'attention du Conseil à travers cela pour que les questions environnementales soient toujours présentes lorsque l'on fait ce type de choix. Je rappelle aussi que lors de subventions données à des associations d?aide dans le Sud, l'un des projets était de créer des garages automobiles au Sénégal.

Je pense qu'il faut se rendre compte qu'aujourd'hui, la situation est vraiment très grave. On parle beaucoup, actuellement, de la crise financière, et à juste titre, mais il y avait à la fin de la semaine dernière dans "Le Monde" un article traitant d?un rapport sur la situation des rejets de gaz carbonique dans l'atmosphère.

Ce rapport fait par des scientifiques incontestés est extrêmement alarmant. Non seulement les prévisions du G.I.E.C. se révèlent inférieures à la réalité, mais on s?aperçoit que l'augmentation de rejets de gaz carboniques dans l'atmosphère va beaucoup plus vite que les pires des prévisions.

Je vous rappelle que si cela est le cas, la température de la terre augmentera de 6 à 7 degrés d'ici la fin du XXIe siècle. C'est une chose qui n'est jamais arrivée sur notre planète, et si cela arrivait, ce serait une catastrophe d'une ampleur incommensurable.

A chaque fois que nous aidons un projet, nous devons nous demander si ce projet est soutenable d?un point de vue environnemental. En l?occurrence, j?ai des doutes, parce que promouvoir la moto et des modes de déplacement que les occidentaux ont utilisé pendant des décennies, qui conduiront peut-être à la destruction de la planète doivent être bannis de nos réflexions.

Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - La parole est à M. SCHAPIRA.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Sylvain m?étonnera toujours. Mais que souhaitez-vous que l'on fasse ? Si je comprends vos préoccupations, Monsieur le Président, préoccupations environnementales que nous partageons tous, il ne faudrait plus subventionner d'O.N.G. parce que la première des choses qu'elles font lorsqu'elles sont dans un pays subsaharien c'est d'acheter un minimum de 4x4 afin de pouvoir circuler. Le jour où l?on pourra se déplacer en brousse en rollers ou en patinette, à ce moment-là, évidemment, nous aurons gagné, et si un métro partait de Douala à Yaoundé, évidemment, nous aurions gagné. Mais le problème n'est pas cela.

Ces 5 motos exercent un attrait, comme l'a dit Sylvain, même s?il émet des doutes, les rapports l'indiquent : autour de la moto se crée un environnement qui attire les personnes. 30.000 personnes ont été directement touchées par cette caravane, j'y reviendrai. 5.000 tests de dépistage en moins de 15 jours, parce que les jeunes viennent, notamment les garçons, et ce n'est pas une mauvaise chose. Maintenant, je dois te dire, Sylvain, que l?on a cinq motos, mais également un camion de santé mobile, des véhicules de sécurité, un fourgon d'assistance technique, un camion de transport de matériel et des cars de transport. Que devons-nous faire ? Tout arrêter ? Il est vrai qu'il faut penser à la question environnementale, tu faisais allusion à ce prix que nous avons décerné concernant le label "Codéveloppement Sud".

Eh oui ! Il y a des voitures ; il y a même des dons faits par la Ville de Paris pour des bennes à ordure. Seulement, il faut former des mécaniciens, c'est le but de l'opération et c'est pour cela, que malgré ton désaccord, nous avions donné le premier prix à cette association qui prônait la formation de garagistes.

Evidemment, je tiens compte, comme toujours, de ce que dit le Président GARREL, mais je vous demande de soutenir ce projet de délibération.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Monsieur GAREL, un petit mot rapide.

M. Sylvain GAREL. - Nous savons bien que la plupart des O.N.G. qui travaillent en Afrique utilisent des véhicules à moteur.

Là, c?est autre chose, c'est une association qui, autour d'un de ces véhicules, la moto en l'occurrence, attire les jeunes. C'est encore une fois prôner des modes de développement qui aujourd'hui ne sont plus soutenables.

Que cela attire 30.000 personnes n'est pas une bonne chose en soi. Les prix de F1 attirent des centaines de milliers de personnes et il faudrait pourtant les supprimer.

Je pense que l'on fait fausse route en subventionnant les associations qui jouent de cette fascination sur un type de développement qui n'est absolument plus soutenable pour la planète.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SGRI 51.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, SGRI 51).