Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par M. Roger MADEC et les élus du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif à la requalification de la résidence Michelet.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous avons presque terminé. Nous passons au voeu n° 92 du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, relatif à la requalification de la résidence Michelet.

M. François DAGNAUD a la parole.

M. François DAGNAUD, adjoint. - J'irai vite puisque ce voeu a été l'objet d'une question d'actualité, présentée hier au nom du groupe socialiste par le maire du 19e arrondissement, Roger MADEC. Je ne vais pas reprendre ce qu'il a très bien dit hier. Je vais simplement insister sur un point : les habitants de la Cité Michelet, qui est une grande cité populaire de Paris et a malheureusement fait l'objet d'une actualité récente en matière de sécurité, d'insécurité en l'occurrence, les habitants de la résidence Michelet sont inquiets, et ils le sont du désengagement de l'Etat et de la pérennité des travaux qui sont engagés, puisque dans le cadre du G.P.R.U., la Ville de Paris, avec le soutien du Conseil régional, a engagé un formidable programme de réhabilitation urbaine qui fait que ce secteur est en chantier et que cela montre aux habitants à quel point la Ville et la Région sont soucieuses du devenir de ces quartiers populaires de Paris.

Et aujourd'hui, parce que 22 millions d'euros sont en balance et que les engagements de financement de l?Etat semblent remis en question, la capacité que nous aurons à poursuivre et à achever ces travaux est posée. Et nous sommes dans le doute, nous sommes dans l'inquiétude.

Je crois qu'il ne suffira pas de multiplier les déclarations et les propos à l'emporte-pièce sur certains bancs de cette Assemblée, mais il va falloir quand même que les actes suivent les engagements et qu?en l'occurrence, on ne laisse pas tomber, au Gouvernement, un quartier populaire de Paris qui, comme tous les quartiers populaires - et je dis cela au moment où la D.S.U. est remise en cause pour l'ensemble des communes qui en bénéficient - au moment où on mesure chaque jour davantage à quel point la mobilisation des moyens publics est indispensable pour assurer l'avenir de quartiers qui aujourd'hui sont à la croisée des chemins.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - L'excellente Mme STIEVENARD, pour répondre à M. DAGNAUD.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe. - Nous avons en effet déjà abordé cette question au moment des questions d?actualité hier. Il est nécessaire d'y insister, car nous évoquons un quartier, la résidence Michelet-Curial-Cambrai, dont nous connaissons les équilibres fragiles et où les habitants ont des attentes fortes et parfaitement légitimes.

Beaucoup d'améliorations ont déjà été apportées dans ce quartier en matière d'équipements publics. D?autres sont en cours, des travaux de résidentialisation ont été conduits déjà par "Paris Habitat", mais le chantier devra s'interrompre si l'A.N.R.U. n'est pas au rendez-vous.

Par conséquent, c?est un sujet tout à fait sérieux. D'ailleurs si sérieux que les élus du 19e ont exprimé une position unanime à ce sujet la semaine dernière en Conseil d?arrondissement, et il me paraîtrait fort important que le Conseil de Paris, à son tour, donne un appui unanime à cette démarche en direction de l'A.N.R.U.

J'ai moi-même interpellé Mme AMARA ; le Maire de Paris a saisi directement la Ministre du Logement et de la Ville, Mme BOUTIN. Il est évident que, si nous sommes unanimes, l'ensemble de nos démarches n'en auront que plus de force.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, du Mouvement républicain et citoyen, communiste et "Les Verts").

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup, Madame STIEVENARD, concise et précise !

Je mets aux voix, à main levée, le v?u.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est adopté. (2008, V. 175).