Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, SGRI 67 - Subvention à Action Contre la Faim (14e). Montant : 100.000 euros. 2008, SGRI 68 - Subvention à l'association "Handicap International" (69361 Lyon Cedex 07). - Montant : 70.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous examinons à présent les projets de délibération SGRI 67 et SGRI 68. Il s'agit d'une subvention à "Action Contre la Faim" pour un montant de 100.000 euros, et d'une autre à "Handicap International" pour un montant de 70.000 euros.

La parole est à M. Patrick TRÉMÈGE pour le groupe U.M.P.P.A.

M. Patrick TRÉMÈGE. - Monsieur le Maire, je vous remercie.

Une explication : les 100.000 euros sont l'aide que la Ville se propose d'apporter à Haïti, suivra par la suite une aide pour Cuba.

Je vais parler des deux si vous le permettez.

J'ai eu l'opportunité malheureuse de pouvoir me rendre dans ces deux pays au lendemain du passage du deuxième cyclone, Ike, qui a frappé et Haïti et Cuba.

Je voudrais ici avec beaucoup d'émotion vous dire la désolation absolue que j'ai pu constater dans ces deux pays, singulièrement à Haïti où j'ai pu toucher du doigt l'horreur absolue.

La région des Gonaïves est bien entendu totalement détruite. L'ensemble des infrastructures n'existe plus et près de

500.000 personnes vivent dans le dénuement le plus absolu.

Vous voyez des enfants qui jouent dans des marigots où croupissent des cadavres d'animaux et d'humains. Nous sommes en période de risque de choléra et ont été observés des cas de rage animale évidemment, mais également de rage humaine.

La situation dans ces pays est un peu différente de ce que l'on a pu observer avec le tsunami, d'abord parce que la couverture médiatique a été énorme, celle concernant ces deux pays a été minime.

Le tsunami s'est passé dans une région riche où, dès l'accident passé, l'aide internationale a fait en sorte que le pays redémarre.

Il n'en est pas de même pour Haïti qui est l'un sinon le pays le plus pauvre du monde. Je me félicite que la Ville de Paris prenne cette décision d'apporter une aide.

Pour avoir rencontré le Président PRÉVAL, au jour d'aujourd'hui, seule une aide financière destinée à l'achat de nourriture est la bonne, dans la mesure où il n'est pas nécessaire de parler aujourd'hui d'infrastructure. Il sera nécessaire d'en parler dans un an dès lors que les premiers résultats à la suite du cyclone pourront être visible.

Concernant Cuba la situation est totalement différente, pas moins grave d'ailleurs. Cuba, grâce à son organisation a fait en sorte que l'on n'ait pas à déplorer de pertes humaines de la même ampleur que celles constatées à Haïti.

Il n'en reste pas moins que les régions les plus fertiles de Cuba ont été absolument rasées. Pour ceux qui ont l'occasion d'aller en vacances, les régions de Pinar del Rio et de Viñales sont totalement détruites.

Plus grave : l'ensemble de l'agriculture est anéanti et encore plus grave, l'ensemble des zones qui pratiquent les semis pour les productions suivantes sont également totalement détruites.

Je me permettrai deux pistes de réflexion pour ne pas allonger mon propos. La première, c'est que ces aides que nous allons voter sont bien sûr nécessaires, j'espère qu'elles vont être votées à l'unanimité.

Cependant, je crois que notre effort doit se prolonger au-delà par des missions d'expertise technique pour Haïti afin qu'immédiatement après on puisse entamer une véritable coopération et que pour Cuba, dont vous savez qu'ils sont confrontés à un embargo aussi stupide qu'inique, la Ville de Paris puisse d'ores et déjà fournir ce dont ils ont besoin : ciment, matériel métallique, vieux camions, etc.

La Ville, dans son patrimoine, a de nombreux engins vieillissants que l'on pourrait parfaitement utiliser pour envoyer à Cuba, ce serait une aide technique, un support technique très important pour les aider immédiatement à pouvoir envisager l'avenir de façon plus sereine.

Ma deuxième piste de réflexion est que la Ville de Paris est regardée dans le monde entier. Pourquoi ne pas accepter l'idée que Paris soit jumelée avec les capitales de ces pays pour un an, soulignant l'intérêt qu'il y a à les aider pendant cette période ? Et que sur le parvis de l'Hôtel de Ville, il y ait de façon symbolique le jumelage de la Ville de Paris avec Port-au-Prince ainsi qu'avec La Havane pendant un an de façon à ce que la population parisienne, comme elle l'a été sur d'autres grandes manifestations, puisse se sentir mobilisée.

Pardon d'avoir cet accent de sincérité, mais je vous le dis vraiment avec beaucoup de franchise, j'ai touché à Haïti et à Cuba vraiment du doigt l'horreur.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Pour vous répondre la parole est à M. SCHAPIRA.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Je remercie Patrick TRÉMÈGE pour son intervention et vais répondre sur les deux sujets.

En ce qui concerne Haïti nous allons voter une subvention de 100.000 euros en faveur d'"Action Contre la Faim". Je souscris évidemment à ce que vous avez dit sur les Gonaïves qui sont totalement détruites.

Ces 100.000 euros vont servir à faire un stock d'eau potable car le vrai problème est que les populations en sont totalement privées. Cela devient donc extrêmement difficile.

D'ailleurs, lors de la venue du Président PRÉVAL à Paris l'année dernière, nous avions parlé de tous les problèmes d'Haïti. Le Maire de Paris, au cours de son déplacement vendredi à New York, a rencontré René PRÉVAL. Ils ont pu évoquer toutes ces questions.

La Ville de Paris entretient des relations avec Haïti tout comme l'Association internationale des Maires francophones : Port-au-Prince est une des villes membres de l'A.I.M.F.

Nous avons voté des subventions concernant les Gonaïves, ainsi que Port-au-Prince où nous avons reconstruit des écoles qui ont malheureusement été détruites par le cyclone.

Avec l'Organisation internationale de la Francophonie, nous avons créé une école de gestion pour les cadres municipaux. La Ville de Paris a contribué à cette opération à hauteur de 100.000 euros.

Nous avons des liens extrêmement forts avec Port-au-Prince et en plus nous travaillons avec des associations haïtiennes de Paris.

Quant à Cuba, nous allons voter aussi une subvention avec "Handicap International" de 70.000 euros pour les régions que vous avez indiquées : Pinar del Rio et Palma.

Cette aide financière permettra d'apporter un soutien matériel, de distribuer des matelas et des kits d'hygiène, ce que l'on sait faire avec les O.N.G.

Le problème à Cuba est que nous n'avons pas de relations avec les villes cubaines. Evidemment, si La Havane le permettait, nous ouvririons des discussions pour signer un accord de coopération.

Comme vous le savez, il n'y a pas de jumelage de Paris avec les villes mais des accords d'amitié et de coopération. Nous sommes ouverts à ce qu'il y ait des discussions pour qu'un accord de coopération entre Paris et La Havane voie le jour.

Pour en revenir à Haïti, je tiens à vous préciser que c'est un travail de longue haleine, rendu d'autant plus difficile que les cyclones détruisent ce que nous faisons.

Je confirme ce que disait Patrick TRÉMÈGE, c'est véritablement l'horreur. Je ne parle pas de la Cité du Soleil uniquement mais, de toute l'île.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Bien, nous allons donc voter les deux projets de délibération.

Monsieur TRÉMÈGE, très rapidement, parce que vous n?êtes pas censé reprendre la parole. Alors, très vite, s?il vous plaît !

M. Patrick TRÉMÈGE. - Simplement un mot pour me féliciter de la réponse qui m'a été faite. Concernant Cuba, j'engage l'adjoint au Maire à se rapprocher d'une association qui fait de l?excellent travail, qui est "Cuba Coopération", qui peut utilement servir de lien entre les autorités de La Havane et la Ville de Paris.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Merci pour ces précisions.

Nous passons donc désormais au vote.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SGRI 67.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, SGRI 67).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SGRI 68.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, SGRI 68).