Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS et les membres du groupe Centre et Indépendants relatif à la sécurité des piétons, l'interdiction de circulation des deux-roues motorisés sur les trottoires de Paris et la rédaction de l'article 4-2 de la Charte des deux-roues motorisés à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Nous passons au v?u n° 71, toujours de Mme CUIGNACHE-GALLOIS, à qui je donne la parole.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Dans la suite de ce que l?on vient de dire, on manque de places de stationnement pour les deux-roues motorisés et effectivement, Madame LEPETIT, je reviens sur votre correction tout à l'heure, j'en prends acte et c'est la raison pour laquelle vous aurez remarqué que je ne l'ai pas formulé de la même manière que je l'avais écrit.

Il y a effectivement un problème de stationnement sauvage des deux-roues motorisés sur les trottoirs. Cela implique que non seulement les deux-roues motorisés stationnent sur les trottoirs, mais aussi roulent sur les trottoirs, parce qu'il faut bien s?y rendre. Cela arrive de plus en plus, et en particulier sur les trottoirs larges des boulevards. On arrive à une situation un peu ubuesque de trouver des scooters qui roulent sur les trottoirs.

J'en reviens à la charte des deux-roues motorisés de mars 2007 qui est un peu ambiguë parce qu'elle préconise différents types de comportement à destination de ces utilisateurs. Certaines de ces dispositions, je reprends par exemple l'article 3.1.1 de la charte : "Ne jamais circuler sur les trottoirs", cela nous paraît évident. Ailleurs, on a : "Réduire au minimum le cheminement sur les trottoirs". Effectivement, on a une différence entre la circulation et le cheminement, encore que pour moi, un cheminement est aussi une forme de déplacement.

Je trouve que cela mériterait que l'on éclaircisse ces dispositions et qu'il y ait une interdiction absolument inconditionnelle des deux-roues motorisés sur les trottoirs, que ce soit cheminement ou circulation, quel que soit le mot employé.

Il me semble assez incompréhensible qu'une tolérance soit accordée, parce que cela a l'air quand même d'être le cas, aux deux-roues motorisés pour qu'ils roulent sur les trottoirs. Je souhaiterais donc qu'il y ait une explication, une précision de ces termes afin que cet état de fait cesse.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Mme LEPETIT a la parole.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Madame, vous faites là référence à la charte des deux-roues motorisés qui prévoit le stationnement des deux-roues essentiellement sur les chaussées, bien sûr, mais il est vrai que lorsque aucune autre possibilité n'est offerte, il est envisagé qu'il puisse être toléré, sous certaines conditions, sur le trottoir. La Préfecture de police n'a pas signé la Charte en mars 2007, mais ce n'est pas pour cette raison, c'est à cause de la remontée des files des deux-roues. Néanmoins, cette charte est de toute façon amenée à évoluer puisque le trafic à Paris est en pleine évolution.

Nous allons donc être amenés à retravailler cette charte, et j'espère bien que la Préfecture de police la signera. En tout cas, sachez que la Préfecture a donné son accord sur cette tolérance en émettant d?ailleurs les points qui peuvent être tolérés ou non, comme ne pas stationner sur les trottoirs étroits, privilégier le stationnement côté bordure de trottoir en limitant le cheminement du deux-roues au minimum nécessaire, éviter de positionner son véhicule trop près des passages piétons ou des entrées et sorties d'immeubles, des bouches incendie, etc.

On ne peut donc pas apparenter la notion de cheminement à celle de circulation. C'est vrai que, quels que soient les utilisateurs des transports, il y a forcément des indisciplinés ou des gens qui sont totalement inconscients et qui roulent vite avec leur deux-roues à moteur sur le trottoir. Mais, en règle générale, les motards font plutôt attention.

Le caractère gênant du stationnement est quand même pris en compte dans la charte. Il n'y a donc pas lieu de modifier ce texte sur ce point.

Donc, je vous demanderai de bien vouloir retirer votre v?u.

Ceci dit, je souhaite mener une réflexion de fond sur le stationnement des deux-roues à moteur, puisqu'on voit au fil des mois, que ce soit l'été ou l'hiver, que nous avons de plus en plus de deux-roues à moteur qui stationnent sur les trottoirs.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Monsieur le Représentant du Préfet de police, vous avez la parole.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Autre argument à l'attention de Mme la Conseillère : l'application de la tolérance depuis un an n'est pas allée de pair avec un laxisme, puisque l'augmentation des contraventions relatives au stationnement gênant des deux-roues à moteur a augmenté de 15 %. On est passé en six mois équivalents 2008 et 2007 de 1.120 procès-verbaux à 1.284.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Madame CUIGNACHE-GALLOIS, vous êtes convaincue ? Vous avez encore des offres de travail en commun, à ce que je vois, donc, vous acceptez de retirer votre v?u ?

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Je suis perplexe, je ne sais pas comment...

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Je crois qu?il faut continuer à discuter.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Oui, je crois qu?il faut continuer à discuter.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Donc, vous acceptez de retirer votre v?u ?

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Donc, j'accepte pour discuter avec Mme LEPETIT et M. le Préfet.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Très bien. Merci, Madame.