Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par M. Denis BAUPIN, Mme Fabienne GIBOUDEAUX et les éluEs du groupe "Les Verts" concernant l'avenir de la Cartonnerie au 163, rue des Pyrénées dans le 20e arrondissement. Voeu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons au v?u n° 42 présenté par M. Denis BAUPIN, concernant l'avenir de la Cartonnerie dans le 20e.

La parole est à Mme GIBOUDEAUX.

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Ce v?u a pour objectif d'attirer l'attention sur un collectif d'artistes et d'associations appelé "La Cartonnerie 163" qui exerce son activité au 163, rue des Pyrénées dans le 20e arrondissement. Ce collectif est installé depuis maintenant presque un an dans l'ancienne cartonnerie ELKA qui a arrêté son activité et a fait déjà l'objet de nombreuses expositions en relation avec le quartier, notamment les conseils de quartier qui ont été, dès leur installation, invités à venir participer à leurs activités. C'est un collectif qui est largement accepté par son environnement, que ce soit son environnement associatif, les habitants ou les enfants qui prennent part aussi à ses activités. Donc, il joue un rôle important maintenant dans le quartier.

Nous sommes un peu inquiets, car une procédure d?expulsion est en cours contre ce collectif d'artistes qui doivent quitter le lieu. Il y a une procédure d'achat de la Ville de Paris qui n'aboutit pas assez rapidement.

Je voulais rappeler que cette parcelle était fléchée au P.L.U. pour en faire un espace vert, l?extension du square Karcher, avec un avis favorable de la mairie d'arrondissement. Il serait intéressant que cette procédure d'acquisition s'accélère.

Nous souhaitons qu?un accord d'occupation précaire et temporaire puisse être discuté avec ce collectif afin qu'il puisse continuer son activité dans l'arrondissement.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

L'Exécutif a déposé le v?u n° 42 bis en réponse.

Christophe GIRARD, vous avez la parole.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Sur le principe, je serais plutôt favorable à ce v?u.

Malheureusement, je ne peux pas y répondre favorablement pour les raisons suivantes.

Suite à notre intervention, Anne HIDALGO, première adjointe, a demandé que les services de la Direction de l'Urbanisme se rendent au 163, rue des Pyrénées, pour étudier la possibilité d?un maintien de l?association sur le site. On était évidemment favorables sur le principe.

Il en résulte que les locaux, notamment le bâtiment en façade sur la rue, et adossés au square Henry-Karcher, posent, compte tenu de leur état dégradé, d?importants problèmes au regard des normes de sécurité.

Je pense que ce n'est pas le Représentant du Préfet qui nous encouragera à ne pas les respecter. D?autant plus, si les locaux sont ouverts au public, il y a des normes encore plus draconiennes.

L?utilisation actuelle est donc incompatible avec les règles de sécurité basiques. Demander le maintien de l'association sur ce site n'est donc pas possible ; les risques sont trop importants et notre responsabilité serait engagée. Et je pense que ce ne serait pas responsable, comme élu local, de faire comme s'il n'y avait pas de problème de sécurité. Ils existent.

Pour cette raison, et uniquement pour cette raison, je ne peux pas proposer l'adoption de ce v?u.

Je vous propose un v?u n° 42 bis de l?Exécutif, ainsi rédigé : "Le Conseil de Paris émet le v?u que la Ville de Paris puisse proposer, dans les meilleurs délais, une solution de relogement afin de permettre à l'association "La Cartonnerie" de poursuivre et développer ses activités artistiques et culturelles".

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Madame GIBOUDEAUX, est-ce que vous acceptez de retirer le voeu n° 42 au profit du voeu n° 42 bis ?

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Oui, j'ai appris aujourd'hui qu'il y avait des problèmes de sécurité qui se posaient sur le bâtiment et aussi le maintien d'une activité ouverte au public. Donc, évidemment, on ne peut pas prendre le risque qu'il y ait un problème dans ce bâtiment et dans les locaux.

Néanmoins, je m?inquiète un peu des délais parce qu?il faudrait coordonner leur sortie du bâtiment et leur réinstallation dans un autre local, afin d'éviter que le collectif ne se retrouve à la rue suite à une expulsion. Donc, il faudrait que la Ville se rapproche de la Préfecture pour arriver à trouver une solution transitoire.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. le Représentant du Préfet de police qui voulait, je crois, apporter un élément complémentaire.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Le recours à la force publique est suspendu au moins jusqu?à mi-octobre, ce qui laisse le temps de trouver une solution.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Monsieur le Président LAMOUR, vous avez la parole pour une explication de vote.

M. Jean-François LAMOUR. - C'est Mme CARRÈRE-GÉE qui va vous donner peut-être une piste pour les solutions.

Mme Marie-Claire CARRÈRE-GÉE. - Il y a de la place dans les 30 mètres carrés à Montparnasse ! Si le collectif veut s?y installer - c'est inondé de soleil, il y a deux étages sans ascenseur !-, c'est tout à fait possible et pour transporter les sacs de 40 kilos de plâtre, c'est tout simple ! Merci.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - A l?heure tardive, nous serons indulgents.

Je mets aux voix, à main levée, le voeu de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le voeu est adopté. (2008, V. 156).