Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Dépôt de question d'actualité.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Avant de suspendre la séance, je vous informe que des questions d'actualité ont été déposées.

La première question est posée par Mme Marinette BACHE et les élus du groupe du Mouvement républicain et citoyen à M. le Maire de Paris. Elle est relative "aux immeubles de grande hauteur".

La deuxième question émane du groupe communiste. Elle est adressée à M. le Préfet de police et concerne "l'expulsion des habitants du 150, boulevard Vincent-Auriol dans le 13e arrondissement".

La troisième question d'actualité, du groupe "Les Verts", concerne "la situation dans le 19e arrondissement et les moyens à mettre en ?uvre pour un bien vivre dans tous les quartiers".

La quatrième question est posée par le groupe Centre et Indépendants et concerne "la culture cet été à Paris (acte2)".

La cinquième question d'actualité du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés est adressée à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police en ces termes :

"Depuis 2001, la Mairie de Paris a entrepris un véritable rééquilibrage de son action au profit des quartiers longtemps délaissés et des secteurs les plus en difficulté. Le Plan local d'urbanisme illustre parfaitement ces orientations en privilégiant le logement social dans les quartiers qui en étaient le plus dépourvus ou en favorisant le développement économique des arrondissements aux plus forts taux de chômage.

La politique de la ville menée durant ces années a permis d'accentuer cet effort en ciblant et en priorisant les actions indispensables à une meilleure cohésion sociale et à un développement territorial plus harmonieux. Ces travaux et ces projets qui concernent plus particulièrement un ensemble de 14 quartiers politique de la ville sont en effet une partie essentielle de la réponse apportée aux enjeux du "vivre ensemble", de sécurité et de cohésion sociale au bénéfice de quartiers et de populations fragiles.

Pour autant, ces efforts sont tels qu'ils nécessitent la mobilisation de toutes les parties prenantes à cette politique. A cet égard, ils ont toujours été envisagés dans un partenariat étroit avec l'ensemble des intervenants dont la Région ou l'Etat. Aujourd'hui cependant, le recul de l'engagement de l'Etat les menace de façon de plus en plus alarmante. Les annonces du Comité interministériel des villes du 20 juin dernier d'un resserrement de la géographie prioritaire de plus de 2.000 quartiers à seulement 215 ont fortement inquiété les 8 arrondissements de la Capitale concernés par la politique de la ville. En effet, aucun territoire parisien n'est mentionné dans cette nouvelle liste restreinte. A titre d'exemple, le fait que le Gouvernement n'ait, contrairement à ses engagements, toujours pas pris sa part au financement de la requalification de la résidence Edmond Michelet engagée par la Ville dans le 19e arrondissement et soutenue par la Région s'avère très pénalisant sur la poursuite des travaux.

Plus globalement, ce désengagement ne peut qu'aggraver la lente détérioration de notre tissu social, de son vivre-ensemble, de son contrat social et poser la question même de l'existence d'une politique de la ville dans notre pays.

C'est pourquoi, Monsieur le Maire de Paris, les élus du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés vous demandent de bien vouloir rappeler l'Etat à ses engagements afin d'éviter qu'une fois encore, les Parisiens déjà les plus en difficulté ne fassent les frais des arbitrages et incohérences de la politique gouvernementale.

Je vous remercie."

Enfin, la dernière question d'actualité est de Mme Françoise de PANAFIEU, au nom de groupe U.M.P.P.A. Elle est relative "à la fiscalité".