Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS et des élus du groupe Centre et Indépendants relatif à l'augmentation du rythme d'installation des emprises de stationnement des deux-roues.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Nous passons maintenant au v?u n° 70 du groupe Centre et Indépendants, relatif à l'installation des emprises de stationnement des deux-roues.

La parole est toujours à Mme CUIGNACHE-GALLOIS.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Deux v?ux se succèdent et l'ordre n'est pas forcément le bon, mais ce n'est pas grave.

Le premier concerne le stationnement des deux-roues motorisés ou non et toujours plus nombreux à Paris. Certes, des emprises de stationnement ont été créées pour les vélos et les deux-roues motorisés, conformément à l'article 4-2 de la charte 2007 les concernant - je parle des motocyclistes.

Malgré cela, le stationnement sauvage, en particulier des deux-roues motorisés, non seulement perdure, mais a tendance à s'aggraver considérablement. Cette question perturbe autant le confort des piétons parisiens qu'elle met aussi en jeu leur sécurité. De nombreux trottoirs étant investis par ces deux-roues alors que leur largeur ne le permet pas, les piétons se trouvent quelquefois dans l'obligation de les contourner, voire de descendre sur la chaussée pour les éviter. Cela pose donc de gros problèmes pour tous les piétons non seulement valides, mais aussi encore plus pour les handicapés.

De plus, le stationnement sauvage à proximité des intersections et des passages pour piétons pose un vrai problème de visibilité et met là aussi en jeu la sécurité des piétons, des cyclistes et des automobilistes.

Aussi nous souhaitons que soit accéléré le rythme d'installation des emprises de stationnement pour les deux-roues motorisés en particulier et que soit garantie la quiétude et la sécurité de tout un chacun dans son espace de circulation.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Madame LEPETIT, vous avez la parole.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Effectivement, vous présentez deux v?ux qui sont quand même un peu différents. Le n° 70 porte sur la création de places de stationnement pour les deux-roues motorisés ou non d'ailleurs. Je suis plutôt d'accord pour qu'il soit adopté.

Je veux juste quand même vous dire qu'il y a une petite confusion dans la rédaction de l'exposé des motifs sur les deux-roues motorisés et les vélos. C'est vrai qu'il y a aujourd'hui à peu près 36.000 places pour les deux-roues, dont 20.000 communes aux vélos et aux deux-roues motorisés. Depuis quelques temps, la Ville fait des parkings différents pour les deux-roues motorisés et pour les vélos. Ce sont des attaches différentes et les deux-roues motorisés peuvent aussi avoir des emplacements uniquement constitués de marquages au sol, ce qui nous évite d'ailleurs, et ce qui tient compte de votre v?u, de construire et d?avoir des coûts supplémentaires.

Pour les vélos, c'est autre chose : il y a une obligation d'attache sinon, au bout de cinq minutes, vous ne retrouvez malheureusement pas votre vélo.

Je suis favorable au v?u parce qu'il faut que nous construisions davantage de parkings deux-roues moteurs et vélos. Vous le dites dans votre proposition, mais comme vous reprochez un peu à la Ville, sans doute, de séparer les deux parkings, je souhaitais à l'occasion vous donner cette explication.

Mme Maïté ERRECART, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le voeu est adopté. (2008, V. 166).