Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DGIC 11 - Lancement en procédure d'appel d'offres ouvert d'un accord cadre relatif à la réalisation des campagnes de communication de la Ville de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2008


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous examinions à présent le projet de délibération DGIC 11. Ce projet est relatif au lancement en procédure d'appel d?offres ouvert d'un accord cadre relatif à la réalisation des campagnes de communication de la Ville de Paris.

La parole est à M. David ALPHAND pour le groupe U.M.P.P.A. et, pour répondre, ce sera Mme Camille MONTACIÉ.

M. David ALPHAND. - Voilà un sujet qui pourrait paraître d'apparence assez technique mais qui, en réalité, a une portée très pratique et qui va nous permettre de prendre un petit peu de hauteur concernant la politique de communication de la Ville de Paris, ainsi que l'évaluation des politiques qui sont menées par la collectivité publique.

Mon intervention porte sur deux points.

Le premier point s?adresse plus particulièrement à Mme MONTACIÉ mais le second s?adressera plus particulièrement à M. GAUDILLÈRE? qui ne m?écoute pas mais qui m?écoutera tout à l'heure, je suppose !

Le premier point concerne les critères de choix pour les marchés publics. Bien évidemment, la communication, c?est une matière un petit peu souple qu'il est difficile d?évaluer, mais on peut, néanmoins, se surprendre de voir que pour 40 % du choix, on va se fixer, pour ce marché public, sur l'approche de la communication grand public. Et là, le critère est décliné sur des choses qui paraissent assez difficilement appréciables d'un point de vue objectif.

Je le cite pour mémoire: la qualité des partis pris stratégiques du candidat, au regard de la problématique municipale en matière de communication institutionnelle - c'est difficile à chiffrer ; la qualité de la démarche créative au regard des exemples fournis - la démarche créative est aussi difficile à chiffrer ; la pertinence du message recommandé au regard du thème et du public ciblé ; l'efficacité et il est précisé "force mémorisation du message" - toujours aussi difficile à chiffrer ; la créativité, aspect novateur de la création - là encore, difficile de donner une estimation très précise de la question.

Bien évidemment, il n'est pas dans notre esprit de porter une critique extrêmement dure sur ce critère. Néanmoins, il est dans notre esprit d'attirer l'attention de l'Exécutif sur la manière dont un critère peut être choisi concernant la politique de communication de la Ville. Et celui-ci nous paraît assez flou.

Le second point de mon intervention concerne plus précisément M. GAUDILLÈRE, parce qu'on passe des marchés publics concernant la communication de la Ville, et la question qui se pose bien évidemment, et on l'évoque de temps en temps lors de nos réunions à la Commission d'appels d'offres, c'est l'évaluation de la communication et des marchés publics.

Là précisément, lorsque j'étais étudiant, on me disait : c'est difficile quand on dépense 100 de savoir lesquels sont efficaces en matière de communication et ceux qui ne sont pas efficaces. En réalité, aux étudiants en communication on explique que sur 100, 50 sont efficaces et 50 sont dépensés inutilement, que ce soit par une entreprise ou une collectivité publique.

Alors, nous avons déjà évoqué la question de l'évaluation avec M. GAUDILLÈRE dans cette assemblée au cours des précédentes séances. Je sais que l'Exécutif travaille sur l'évaluation des politiques publiques et sur des indicateurs de performance. M. GAUDILLÈRE m'a déjà répondu que des indicateurs de performance seraient présentés dans la proposition budgétaire que vous nous fournirez.

Je sème à nouveau une graine, parce que nous avons de la constance dans l'effort et de la continuité dans notre réflexion, pour alerter M. GAUDILLÈRE. Il faudra également un indicateur ou plusieurs de performance de la politique de communication de la Ville de Paris à laquelle beaucoup de crédits sont consacrés.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Mme Camille MONTACIÉ pour vous répondre.

Mme Camille MONTACIÉ, adjointe, au nom de la 1ère Commission. - Je voudrais juste rappeler que l'accord-cadre est une procédure qui nous permet de choisir quatre ou cinq prestataires, parmi lesquels, pour chaque campagne sera choisi celui qui effectuera la campagne. Cet accord-cadre est prévu pour trois fois un an et le marché porte sur 897.000 euros pour trois ans.

Pour rappel, il s'agit des campagnes de communication de la Ville. Je donne un exemple des campagnes précédentes, comme par exemple la campagne "Canicule" qui a coûté 26.000 euros environ, la campagne "Incitation au vote", la campagne "Tri des déchets". Et puis, nous avons en permanence un dispositif de prévention Sida avec des campagnes moments forts qui sont incluses dans notre accord-cadre. Voilà donc le type de communication de la Ville dont parle M. ALPHAND.

Je voudrais dire qu'effectivement les critères qualitatifs adaptés à la communication ne permettent pas de mesurer exactement au point près : ce n'est pas un chantier, ce ne sont pas des matériaux, ce sont des services de communication. Nous avons le même souci quand il s'agit de faire de la formation. Nous avons des critères qui peuvent paraître non objectifs mais on travaille aussi à partir d'exemples pris à l'échelle nationale ou internationale de marchés de communication qui nous permettent à la fois d'établir une estimation et également de noter, bien sûr, les propositions des soumissionnaires.

Enfin, je voudrais dire pour l'évaluation de ces campagnes, effectivement qu'à l'heure actuelle elles ne sont pas mesurables mais elles vont sûrement l'être. Je n'en doute pas.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - M. GAUDILLÈRE va également vous répondre.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint. - Je n'ai rien à répondre sinon que j'ai recueilli pieusement la graine que M. ALPHAND a tout à l'heure déposée sur mon bureau et nous essayerons de répondre à ses préoccupations.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DGIC 11.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DGIC 11).