Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

50 - 2003, DVD 31 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec la société "Vinci Park" (groupe Vinci) une convention de concession pour la modernisation et l'exploitation du parc de stationnement "Lobau" (4e)

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2003


M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - J'en viens au projet de délibération DVD 31 qui autorise M. le Maire de Paris à signer avec la société "Vinci Park" du groupe Vinci une convention de concession pour la modernisation et l'exploitation du parc de stationnement "Lobau".
Madame DOUVIN, vous avez la parole.
Mme Laurence DOUVIN. - Monsieur le Maire, à l'occasion du renouvellement des concessions de parcs souterrains, l'on remarque bien l'effort demandé aux concessionnaires en matière d'offre pour les vélos. Cette offre implique des tarifs attractifs, mais aussi des installations particulières en matière d'accès et de sortie ce que l'on comprend bien, mais qui ne me semble pas toujours en conformité avec le taux de progression très faible des déplacements à vélo dans la Capitale.
Tel n'est pas, ici, mon propos principal. De plus en plus, le nombre des deux-roues motorisés augmente dans Paris. Cette augmentation va évidemment de pair avec les difficultés croissantes que la politique des déplacements entraîne pour les voitures. Je suis étonnée de constater que le stationnement des motos dans les parcs souterrains n'est pas abordé dans ce projet de délibération. Autant celui des vélos l'est (leur nombre, l'atelier de réparation, le service de location), autant sur les motos rien dans la convention de concession. Les motos sont assimilées, paraît-il, à des véhicules de petit gabarit. Cela veut-il dire qu'elles suivent le même régime que les "Smart", par exemple ?
Monsieur le Maire, il y a là un manque de vision des besoins et surtout des réalités. D'une part, en surface, il faudrait un équipement beaucoup plus important de points d'attache. Le marquage au sol, manifestement, n'est pas suffisant parce que les emplacements sont alors occupés par les voitures. D'autre part en sous-sol et c'est là que le projet de délibération nous intéresse, il faudrait dans les conventions une tarification très attractive et un gardiennage pour y faire entrer en nombre des motos qui sont destinées à stationner aux mêmes endroits un certain nombre d'heures.
Je ne rêve pas, je pense bien que ceux qui se déplacent à moto pour une course de 5 minutes ne vont pas entrer dans un parking souterrain, mais les autres oui. Avec une politique comme celle-là, nous serions bien plus en phase avec les besoins de la population parisienne qu'avec la politique en faveur des vélos qui, elle, est prévue dans le projet de délibération.
Merci.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame DOUVIN.
M. BERTHAULT a la parole.
M. Jean-Didier BERTHAULT. - Monsieur le Maire, après nous avoir décrit l'ensemble de la procédure, vous proposez de retenir pour l'exploitation du parc "Lobau" la société "Vinci" bien que son offre ne soit pas la plus intéressante sur le plan des redevances versées à la Ville. Vous considérez que cette société a présenté le meilleur projet technique. En ce qui concerne les redevances, vous annoncez dans l'exposé des motifs 6,4 millions d'euros pour "Vinci" contre 8,5 millions d'euros pour "Parco-France". Dans le rapport, vous indiquez 7,4 millions d'euros pour "Vinci" et 9,6 millions d'euros pour "Parco-France" et si l'on applique les taux retenus pour "Vinci" à un chiffre d'affaires de 3 millions d'euros qui semble votre référence, l'on arrive à une redevance de 7 millions d'euros. Qu'en est-il exactement et avez-vous des précisions ?
Vous indiquez qu'une zone d'environ 30 places serait à la disposition de la Mairie de Paris. Pour quels véhicules ? La Mairie possède déjà un niveau complet du parc "Hôtel-de-Ville" et loue dans ce même parc un nombre non négligeable de places. Il vous en faut encore plus alors que vous annoncez réduire le nombre de véhicules de service dans le cadre de votre politique.
Merci de vos précisions.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - La parole est à M. BAUPIN.
M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 3e Commission. - En ce qui concerne la question de Mme DOUVIN, d'une part je pense que vous êtes injuste pour les cyclistes. Si l'on souhaite un développement du vélo dans Paris, il faut mettre en place des dispositifs incitatifs. C'est notre volonté politique. C'était d'ailleurs celle du Maire précédent. Même si l'on pouvait lui trouver un manque d'ambition, il avait au moins tranché avec la politique de son prédécesseur. Nous souhaitons pour notre part développer la place du vélo.
En ce qui concerne les deux-roues motorisés, je vous accorde qu'il y a eu un manque de vision pendant de nombreuses années en ce qui concerne leur stationnement sur la voirie. Aujourd'hui, nous sommes dans une situation de course contre la montre pour rattraper ce retard et réaliser des places de stationnement sur la voirie pour ces deux-roues motorisés.
Pour ce qui concerne les parkings souterrains, on peut imaginer que les deux-roues motorisés vont s'installer dans un parking souterrain pour des stationnements réguliers, près du domicile ou du lieu de travail.
Ce projet de délibération prévoit en ce qui concerne ce parking 41 places pour les motos, cela figure dans l'exposé des motifs, avec un tarif de stationnement qui est attractif puisqu'il représente la moitié de celui des voitures.
En ce qui concerne les remarques de M. BERTHAULT dites à toute vitesse et que je n'ai pas suivi complètement, je me sens un peu en difficulté pour répondre précisément. En tout cas, vous indiquez que la commission d'appel d'offres ne tranche pas simplement sur le montant des redevances. Pour notre part, nous pensons que la redevance fait partie des critères de choix d'un prestataire pour un parking, mais que ce n'est qu'un des éléments. Comme l'a montré la suite du débat où certains de nos collègues sont intervenus sur les tarifs attractifs pour les résidents, la sécurité, etc., tous ces éléments comptent aussi à nos yeux.
C'est une analyse multi-critères réalisée par la Commission d'appel d'offres et sur laquelle il ne m'appartient pas de revenir, qui a amené cette dernière à proposer que "Vinci" soit attributaire de ce parking.
Enfin une erreur s'est glissée dans la fiche technique associée à ce projet de délibération. Pour ce qui concerne le tarif de l'abonnement annuel normal, il est fixé non pas à 900 euros, mais à 2.143 euros. Sinon ce serait totalement illogique par rapport aux autres tarifs.
Voilà une précision que nous souhaitions apporter et qui avait été décelée lors de la 3e Commission.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur BAUPIN.
Peut-être sur ce dernier point, vous pouvez déposer un amendement technique, pour que ce soit non seulement à l'énoncé de nos débats, mais aussi dans le projet de délibération lui-même.
Je mets ainsi aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 31.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DVD 31).