Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

30 - Vœu déposé par Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE et des membres du groupe U.M.P., pour qu'à l'occasion du centenaire de "La Ruche" un hommage soit rendu à Alfred Boucher, sculpteur et fondateur de cette Cité d'artistes

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2003


Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Nous allons maintenant examiner un voeu qui ne se rattache à aucun projet de délibération. Il a été déposé par le groupe U.M.P.
La parole est à Mme de CLERMONT-TONNERRE pour l'évoquer.
Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Merci, Madame la Maire.
Implantée dans le 15e arrondissement à proximité du parc Georges-Brassens, "La Ruche" est l'une des plus insolites et des plus extraordinaires cités d'artistes de Paris.
Fondée en 1902, "La Ruche" doit tout à la générosité de son fondateur, Alfred Boucher, sculpteur en vogue et philanthrope qui souhaitait, en souvenir de ses débuts difficiles, aider les peintres et sculpteurs les plus démunis en leur offrant gîte et ateliers.
Ainsi, à la clôture de l'Exposition universelle de 1900, Alfred Boucher acheta le Pavillon Vins de Gironde dont la structure avait été conçue par Gustave Eiffel. L'artiste fit ensuite transférer et remonter ce bâtiment en forme de ruche sur un terrain de 5.000 mètres carrés situé passage de Dantzig dans le 15e arrondissement.
Dès 1903, "La Ruche" accueillit plusieurs dizaines d'artistes, parmi lesquels Fernand Léger, Robert Delaunay et Henri Laurens qui furent ensuite rejoints par de nombreux artistes venus des pays de l'Est, en particulier Chagall, Zadkine, Soutine, et bien d'autres...
Creuset de l'Ecole de Paris, "La Ruche" comptait alors 140 ateliers et deviendra le rendez-vous et la terre d'asile de peintres et sculpteurs avant-gardistes.
Lieu mythique qui traversa des périodes mouvementées, "La Ruche" fut menacée de démolition dans les années 1970. Fort heureusement, la résistance des artistes et la générosité de mécènes eurent raison de la fièvre immobilière.
Aujourd'hui, la Cité demeure une communauté fraternelle de créateurs et une pépinière de talents venus de tous les horizons. Riche de son histoire et de sa diversité, "La Ruche" abrite actuellement une soixantaine d'artistes venus d'une quinzaine de pays différents, qui y vivent, y travaillent et pratiquent pour les uns, peinture, sculpture ou mosaïque, et pour les autres, photo, vidéo ou cinéma.
Madame la Maire, au moment où, tournée vers l'avenir, "La Ruche" propose une succession d'expositions et de manifestations de grande qualité pour célébrer son centenaire, nous émettons le voeu que notre Municipalité rende un hommage à Alfred Boucher, ce sculpteur au grand c?ur, qui a fondé cette exceptionnelle cité d'artistes avec le souci de venir en aide aux artistes les plus démunis.
Dans le prolongement de ce voeu, nous souhaiterions savoir, Monsieur le Maire, quelles sont vos intentions pour le devenir du terrain mitoyen de "La Ruche" qui est situé au 6, passage Dantzig ? Il s'agit d'une allée qui a fait l'objet d'une demande de permis de démolir, permis sur lequel la Commission du Vieux Paris a émis un avis défavorable en juin 2002.
La Ville a-t-elle des projets pour cette emprise ? Et si tel est le cas, quelles sont les perspectives actuellement à l'étude pour le devenir de cette allée qui était rattachée à "La Ruche" au moment de la création de cette cité d'artistes ?
Je vous remercie, Madame la Maire.
Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - La parole est à M. Christophe GIRARD.
M. Christophe GIRARD, adjoint. - "La Ruche" est, en effet, un endroit auquel la Ville de Paris se doit d'être très attachée.
Je m'y rends régulièrement et je suggère d'ailleurs que lors d'une prochaine visite, certains membres de la 9e Commission m'accompagnent.
L'association des artistes de "La Ruche" vient de se doter d'un nouveau Président qui est Ernest PIGNON-ERNEST, célèbre artiste parisien. Lorsque la Commission du Vieux-Paris a en effet attiré notre attention sur le permis de démolir, nous avons, avec Sandrine MAZETIER et Jean-Pierre CAFFET, immédiatement saisi le Maire et ce permis de démolir a donc été arrêté.
Aujourd'hui, à ma connaissance, nous sommes dans une procédure habituelle de refus, mais je vous tiendrai, ou Jean-Pierre CAFFET ou Sandrine MAZETIER, bien sûr informés de la suite donnée à cet arrêt du permis de démolition.
En tout cas, nous défendrons tous ensemble évidemment "La Ruche" à la fois dans le maintien de sa diversité actuelle avec ce caractère universel européen que vous avez décrit, mais également éventuellement pour que "La Ruche" puisse plutôt s'étendre, en tout cas certainement pas se voir réduite.
Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, ce voeu avec un avis favorable de l'Exécutif.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le voeu est adopté. (2003, V. 1).
(Applaudissements).