Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif à la pose d'une plaque en hommage à Henri KRASUCKI.

Déliberation/ Conseil municipal/ Juillet 2003 [2003 V. 128]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 23 juillet 2003.
Reçue par le représentant de l'Etat le 23 juillet 2003.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
Grande figure du syndicalisme ouvrier et de la CGT - qu'il anima comme secrétaire général de 1982 à 1992 - mélomane averti et homme d'une grande culture, Henri KRASUCKI s'engagea dans la résistance à l'occupation nazie dès l'âge de 17 ans au sein de la section juive de la M.O.I.
Il y exerça rapidement des responsabilités importantes, s'occupant des cadres et du recrutement, en liaison avec Jacques HANDELSMAN puis Adam RAYSKI.
Il fut arrêté à son domicile, 8, rue Stanislas Meunier le 23 mars 1943, à Paris, en même temps que plusieurs dizaines de résistants communistes et deux mois après l'arrestation de son père, Isaac KRASUCKI qui, bien que torturé, ne livra aucun nom à la GESTAPO.
Henri KRASUCKI fut déporté à Auschwitz en juin 1943 après trois mois d'isolement total dans le quartier des condamnés à mort de Fresnes. Seuls 72 des 1.200 juifs qui composaient son convoi devaient revoir la France.
Transféré à la mine de charbon "Hermann Goëring" de Jawischowitz puis à Buchenvald, Henri KRASUCKI y rejoignit l'organisation de résistance clandestine qui prit le contrôle militaire du camp lors de son évacuation par les SS fuyant l'avance des troupes américaines.
Ayant survécu à la déportation, contrairement à son père, gazé le jour même de son arrivée à Birkenau, il regagnera la France le 1er mai 1945 pour y retrouver les survivants de sa famille, décimée par les déportations.
L'ancien dirigeant de La Vie Ouvrière est décédé le 24 janvier 2003.
Sur la proposition de M. Georges SARRE et des élus du groupe Mouvement républicain et citoyen, le Conseil de Paris,

Emet le v?u :

Que soit apposée sur la façade de l'immeuble où vécut et fut arrêté Henri KRASUCKI, 8, rue Stanislas Meunier dans le 20e arrondissement, une plaque honorant sa mémoire.