Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

149 - QOC 2003-63 Question de Mme Brigitte MARIANI et des membres du groupe Union pour la démocratie française à M. le Maire de Paris relative aux années d'inscriptions budgétaires des équipements de petite enfance, livrés ou restructurés en 2001, 2002 et 2003

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2003


Libellé de la question :
"En novembre 2002, Mme Brigitte MARIANI souhaitait, au nom du groupe Union pour la démocratie française, des informations sur les années d'inscriptions budgétaires des équipements de petite enfance, livrés ou restructurés, en 2001-2002-2003.
La réponse communiquée qui donne force précisions sur les initiatives d'extension adoptées depuis avril 2001, ne fournit pas les éléments attendus. Aussi, Mme Brigitte MARIANI et les membres du groupe Union pour la démocratie française sont-ils contraints de renouveler leur demande."
Réponse (Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe) :
"En complément de la réponse déjà apportée en novembre dernier, je vous confirme que la majorité des créations de places d'accueil des jeunes enfants, réalisées au cours des années 2001 et 2002, sont le fait d'extensions de capacité d'équipements existants dans le secteur municipal et d'extensions ou d'ouvertures de places dans les structures associatives, qui ont été initiées et mises en ?uvre après avril 2001.
De plus, il est important de souligner que l'engagement pris par la nouvelle majorité municipale de créer 4.500 nouvelles places porte sur la mandature. Ainsi, en 2007, 4.500 nouvelles places seront ouvertes et donc bénéficieront aux enfants parisiens.
Bien évidemment, des opérations dont nous aurons à décider du lancement avant 2007, ouvriront leur porte après cette date.
De la même façon, en 2001 et 2002, des places qui ont été ouvertes correspondaient à des programmes lancés antérieurement à 2001. Sur le total des 1.148 places ouvertes en 2001 et 2002, elles ne constituaient qu'une partie minoritaire.
Vous conviendrez qu'au regard de la pénurie dont souffrent les Parisiennes et les Parisiens dans le domaine de la Petite enfance, la politique d'investissement antérieure à 2001 était insuffisante."