Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

82 - QOC 2003-80 Question de M. Pierre GATIGNON et des membres du groupe socialiste et radical de gauche à M. le Préfet de police concernant le harcèlement policier subi par le chanteur de rue, Laurent ZUNINO, dans le 13e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2003


Libellé de la question :
"Le chanteur de rue, Laurent ZUNINO qui anime le marché de la place Jeanne-d'Arc dans le 13e arrondissement pour la plus grande satisfaction de la population, se voit interdire depuis quelques semaines l'exercice de ses activités par les forces de police.
M. Pierre GATIGNON et les membres du groupe socialiste et radical de gauche souhaitent que M. le Préfet de police intervienne auprès de ses services afin qu'il soit mis fin à ce harcèlement totalement injustifié et que les forces de police se consacrent à leur mission de maintien de l'ordre."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"M. Laurent ZUNINO, chante le dimanche, jour de marché, de 9 heures 30 à 12 heures 30 sur la place Jeanne d'Arc.
Les locataires de l'immeuble situé à l'angle de la place Jeanne d'Arc et de la rue du même nom, sous les fenêtres desquels l'intéressé se produit, requièrent régulièrement les services de police de l'arrondissement afin de dénoncer ce qu'ils considèrent comme une nuisance, en raison de l'utilisation par M. ZUNINO d'un amplificateur de son.
M. ZUNINO a été invité en conséquence à réduire l'intensité sonore de ses prestations afin de respecter la tranquillité des riverains. Ainsi, il peut poursuivre son activité d'artiste, qui lui vaut au demeurant de nombreux témoignages de sympathie.
De manière générale, la nécessité de trouver un juste équilibre entre les diverses formes d'expression musicale sur la voie publique et l'aspiration des riverains à la tranquillité nécessite pleinement que la réflexion engagée en avril 2002 entre la Mairie de Paris, la Direction régionale des Affaires culturelles d'Ile-de-France et la Préfecture de police aboutisse désormais rapidement.
A n'en pas douter, le système d'autorisation actuellement en vigueur doit pouvoir évoluer.
J'ai d'ailleurs demandé à mes services d'organiser une nouvelle réunion sur ce sujet."