Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

147 - QOC 2003-61 Question de Mme Brigitte MARIANI et des membres du groupe Union pour la démocratie française à M. le Maire de Paris concernant les missions et les activités de la régie de quartier "Les Amandines" (20e)

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2003


Libellé de la question :
"Le Conseil général a signé une première convention en 1998 avec la régie de quartiers "Les Amandines" et a soutenu tant en investissement qu'en fonctionnement cette association, participant à la re-dynamisation du quartier des Amandiers et dans le 20e arrondissement.
Mme Brigitte MARIANI et des membres du groupe Union pour la démocratie française aimeraient disposer d'une information actualisée sur les activités et missions confiées aux Amandines, déterminer précisément les publics concernés et les territoires d'action.
Ils souhaiteraient également connaître les résultats obtenus dans le domaine de l'emploi et de l'insertion ainsi que les partenaires économiques de l'association."
Réponse (M. Christian SAUTTER, adjoint) :
"Dans le cadre de l'action qu'elle conduit en vue de renforcer la présence des régies de quartier sur le territoire parisien, la nouvelle Municipalité encourage fortement leur implantation dans la Capitale.
Ces structures ont principalement pour objet de renforcer les synergies entre tous les acteurs économiques et les demandeurs d'emploi sur un territoire précis. Cette forme de collaboration, qui a fait ses preuves en province, est particulièrement indispensable dans le cadre de la lutte contre le chômage de longue durée, ceci dans le but d'une requalification urbaine des quartiers.
Entre 1998 et 2002, la régie des Amandines, implantée sur le quartier de Ménilmontant à Paris 20e, a fait figure de pionnière en mettant en place une structure spécifique grâce à un premier soutien de la part du Département.
La nouvelle équipe municipale a souhaité que le Département s'engage plus fortement dans cette action et ainsi a développé une collaboration étroite avec un partenaire reconnu.
Pour encourager l'implantation de régies, une convention a été passée par le Département avec le Comité national de liaison des régies de quartier (C.N.L.R.Q.) en 2002 visant à en accroître le nombre. D'ores et déjà, une nouvelle régie est opérationnelle sur le quartier Curial-Cambrai et d'autres projets sont en cours.
Au jour d'aujourd'hui, les activités développées par la régie des Amandines sur le quartier de Ménilmontant sont de plusieurs ordres :
- l'animation de la vie locale à l'échelle du quartier (organisation de repas de quartier, gestion de jardins de voisinage...) ;
- les activités du bâtiment qui concernent plus particulièrement des chantiers de second ?uvre ;
- l'entretien et la gestion d'espaces verts situés dans un environnement immédiat et qui permettent de sensibiliser les jeunes à la qualité du cadre de vie ;
- les différents services rendus aux particuliers ;
- le nettoyage de locaux divers à travers des offres de travaux recensées et centralisées par la régie.
La réalisation de ces divers travaux s'effectue par l'embauche d'un public particulièrement réceptif aux tâches d'animation de la vie de quartier, à la qualité des liens qui sont mis en ?uvre lors de diverses manifestations ainsi qu'à la satisfaction d'un service rendu aux habitants du quartier.
Ses salariés sont pour leur grande majorité des demandeurs d'emploi de longue durée et des allocataires parisiens du R.M.I.
Il convient de noter qu'une moitié des personnes salariées par la régie retrouve un emploi à l'issue de leur mission au sein de la régie et que l'autre moitié est orientée sur un parcours de formation spécifique en adéquation avec ses aspirations.
La régie a développé un réseau dense sur le quartier de Ménilmontant et ses partenaires économiques sont pour l'essentiel des bailleurs (privés et publics) qui offrent des possibilités d'intervention sur des chantiers de bâtiments ainsi que les associations comme la Fondation Abbé-Pierre, Assofac, La Croix Rouge, Jean-Coxtet.
Face à des contraintes de délais freinant la réalisation de certains de ses chantiers, la régie de Quartier des Amandines a rencontré en 2002 de graves difficultés de trésorerie. A ce jour, les chantiers se poursuivent. La direction de la Régie, un administrateur judiciaire, un consultant du C.N.L.R.Q. et un expert comptable élaborent un plan de continuation. En outre, le Tribunal d'instance a proposé un rééchelonnement de la dette sociale sur 10 ans, ce qui est tout à fait exceptionnel et encourageant pour la poursuite des activités de cette structure."