Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

110 - QOC 2003-19 Question de MM. Pierre-Christian TAITTINGER, Claude GOASGUEN, Gérard LEBAN, Christian CABROL, Daniel-Georges COURTOIS, Mmes Véronique BALDINI, Laurence DREYFUSS, Danièle GIAZZI et Laëtitia LOUIS à M. le Maire de Paris relative au projet de création de lignes d'autobus de quartier et à leur financement

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2003


Libellé de la question :
"MM. Pierre-Christian TAITTINGER, Claude GOASGUEN, Gérard LEBAN, Mme Véronique BALDINI, MM. Christian CABROL, Daniel-Georges COURTOIS, Mmes Laurence DREYFUSS, Danièle GIAZZI et Laëtitia LOUIS demandent à M. le Maire de Paris où en est le projet de création de lignes d'autobus qui assureraient la liaison à l'intérieur des arrondissements.
La R.A.T.P., à la demande de la Ville de Paris, aurait déjà étudié les conditions dans lesquelles ce type de lignes de quartier pourrait répondre à un réel besoin (quartiers avec de fortes pentes, zones mal desservies par les autres lignes de bus ou de métro en raison de la géographie, etc.)
Des projets devraient donc bientôt voir le jour.
MM. Pierre-Christian TAITTINGER, Claude GOASGUEN, Gérard LEBAN, Mme Véronique BALDINI, MM. Christian CABROL, Daniel-Georges COURTOIS, Mmes Laurence DREYFUSS, Danièle GIAZZI et Laëtitia LOUIS souhaitent savoir quel sera leur financement."
Réponse (M. Denis BAUPIN, adjoint) :
"La Municipalité parisienne a déjà eu l'occasion de faire part de l'intérêt qu'elle portait à la création de dessertes locales par minibus, venant compléter le réseau des 60 lignes de bus de Paris. Il est cependant rappelé que la Ville de Paris n'a pas compétence pour décider seule de créer ce type de desserte, la décision revenant à l'autorité organisatrice des transports, en l'occurrence, le Syndicat des transports d'Ile-de-France.
Les services de la Ville de Paris étudient, conjointement avec la R.A.T.P., le coût de ces dessertes. Il apparaît que leur mise en place est particulièrement intéressante dans certains quartiers situés à la périphérie parisienne, où la densité de desserte est actuellement plus faible, ainsi que dans les quartiers où le relief rend les déplacements pédestres difficiles pour certaines catégories de personnes.
La mise en place de ce nouveau type de service pose cependant la question de son financement. La position du Syndicat des Transports d'Ile-de-France est à ce sujet constante : il n'est pas du ressort du S.T.I.F. de financer les dessertes locales, sauf déficit de desserte avéré. Les dessertes locales existant en banlieue sont financées par les communes qui les ont demandées.
Une présentation à la Commission Extra-municipale des Déplacements des investigations menées sera faite après leur achèvement, au printemps prochain."